Paroles de lecteursÊtre éleveur aujourd'hui, ça fait peur !

| par | Terre-net Média

« Entre les fermes qui disparaissent, les difficultés au quotidien, les charges qui augmentent, les végans qui s'introduisent partout, les scientifiques et journalistes qui plaident pour la disparition de l'élevage... il y a de quoi avoir peur d'être éleveur aujourd'hui selon les lecteurs de Web-agri, contrairement à ce que montre le film "Même pas peur d'être éleveur" réalisé par le Cniel, le BTPL et le centre de formation de Poisy dans le cadre de la journée mondiale du lait en juin dernier.

paroles de lecteurs film meme pas peur d etre eleveurSelon tintin, pour s"installer en élevage laitier, « il faut être jeune et ne pas trop savoir ce qui vous attend ». (©Cniel, BTPL, Centre d'élevage de Poissy // Création Terre-net Média) 

Steph72 : « Messieurs du Cniel, préoccupez-vous du prix du lait et il n'y aura pas besoin de comm' pour inciter les jeunes à s'installer en production laitière ! » 

« Préoccupez-vous d'abord du prix du lait ! »

Mc Kinley : « Bien dit ! »

Francis Cousin : « Et respect à tous les éleveurs... »

« Un titre très mal choisi »

titian : « Combien a coûté le slogan/titre à l'interprofession laitière ? Franchement, difficile aussi de trouver aussi nul ! Si la peur inhibe bien la capacité de réflexion, les certitudes aussi... »

Sur la même thématique, lire aussi le Paroles de lecteurs :
Qui veut encore s'installer en lait ?

The germs : « Le titre est plutôt mal choisi, car justement, aujourd'hui, être éleveur, ça fait peur. Entre les fermes qui disparaissent, les difficultés au quotidien, les charges qui augmentent, les végans qui s'introduisent partout, les scientifiques et journalistes qui plaident pour la disparition de l'élevage... et j'en passe : il y a de quoi avoir peur !!! »

Rémi : « Le titre n'est pas bon, effectivement. Le slogan qui serait plus approprié : installez-vous en lait pour faire vivre tous les vautours qui graviteront autour de vous ! En contrepartie, vous travaillerez beaucoup pour un faible salaire. »

Les éleveurs, eux-mêmes, « n'incitent pas
les jeunes à s'installer »

tintin : « Oui, il faut être jeune et ne pas trop savoir ce qui vous attend... Pourquoi ne pas questionner des éleveurs qui ont 20 ou 30 ans d'expérience et leur demander s'ils seraient d'accord pour recommencer ? Moi, je le serais si je savais ce qu'il se passe derrière le rideau ! Fini de rouler pour les banques et les coopératives laitières : faire du lait en toute autonomie... »

Moty : « Complètement d'accord avec tintin ! J'ajouterais que si l'on veut un prix rémunérateur, il faut être capable collectivement de maîtriser les volumes de production laitière. Je trouve par ailleurs que beaucoup d'éleveurs n'incitent pas les jeunes à s'installer en élevage laitier. Pour la majorité, ils sont pris dans l'engrenage  : trop d'investissements, trop de travail, peu de temps libre. Producteur laitier depuis 25 ans, dont 15 ans en couple, j'ai toujours trouvé que la vie était belle. Sur une petite ferme,  avec trois enfants dont deux, de 17 et 21 ans, qui souhaitent reprendre l'exploitation à moyen terme. Mais il faut effectivement une bonne dose d'autonomie, notamment décisionnelle, chose que le monde agricole a tendance à perdre, en déléguant de nombreuses tâches. »

Face au manque d'installation, de plus en plus d'agriculteurs sont en âge de transmettre leur exploitation.

Retrouvez, sur cette thématique, le Paroles de lecteurs publié ce jour sur Terre-net : Le défi des départs en retraite massifs, c'est maintenant !

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 4 RÉACTIONS


jeannine.pou
Il y a 68 jours
évidemment que ça fait peur... femme d'éleveur de salers depuis 17 ans et mère de plusieurs garçons en tant que parents nous ne voulons pas que nos enfants reprennent l'exploitation on ne leur souhaite pas une vie difficile sans vacances ni arrêt dédié aux animaux qui va l'être encore plus avec la fausse viande végétales et de laboratoires qui vont inonder le marché que va t il leur rester quand les élevages fermeront et que les gens ne voudront plus de viande qui vient d'un animal abattu ? on prefere qu'ils choisissent une voie qui leur plait et gagnent leur vie autrement et plus facilement, chose que l'on aurai jamais imaginer à l'époque ou on s'est marier on espérait qu'un jour un de nos enfants reprennent l'exploitation mais plus maintenant
Répondre
Ingalls
Il y a 71 jours
Moty, un petit élevage laitier sans transformation, sur le papier pourquoi pas, mais qui est ce qui va venir te collecter ?!
C'est tellement plus simple de remplir un semi sur 5 à 7 points de collecte... Ça marge encore plus pour l'industrie...
Petit élevage sans transfo, à la limite en AOP de montagne bien valorisé mais attention le prix des fermes... Ça pique !!!
Celui qui voudra rester petit à l'avenir devra, je pense, obligatoirement trouver un marché de niche et donc transformer. Mais bon ça fait un métier de plus, ça n'en finit jamais !
Répondre
Moty
Il y a 71 jours
Ce que l'on observe, on s'oriente vers 2 systèmes en élevage laitier.
1 °) des exploitations agricoles de + en + grosses avec une rentabilité assez faible car trés mécanisées et/ou robotisées qui ont du mal à trouver de la main-d'oeuvre.
2°) des fermes de petites tailles , avec ou sans transformation, avec beaucoup moins d'investissement et assez autonomes en fourrages et concentrés qui semblent correspondre aux attentes sociétales .
Répondre
La régulation
Il y a 71 jours
C'est bien de pleurer sur la situation des producteurs de lait, c'est bien de réclamer un prix du lait plus élevé..... mais qu'on fait les paysans en janvier dernier ? Pour qui ont-ils votés? Et aujourd'hui on pleure ? Cela fait 10 ans que l'élevage laitier subit cette crise qui élimine les paysans chaque jour qui passe. Les paysans ont encore trouvé le moyen de voter , en janvier dernier, pour leurs bourreaux ! Bravo les gars !!! C'est trop tard de pleurer , l'industrie va spolier vos fermes , vous allez devenir des esclaves , parce que les paysans ont eu peur du changement !!!!
Répondre