[Paroles de lecteurs] Bien-être animalBravo pour ta carte Étienne ! Mais...

| par | Terre-net Média

Si les lecteurs de Web-agri saluent l'initiative de l'éleveur Étienne Fourmont, de recenser sur une carte les actions des producteurs en faveur du bien-être animal, certains pensent qu'il faudrait surtout s'intéresser au bien-être des agriculteurs, ou plutôt à leur mal-être. D'autres en ont assez de devoir sans cesse se justifier et craignent que ce type de démarche soit vaine car les détracteurs de l'élevage crieront toujours plus fort.

paroles de lecteurs carte bien etre animal etienne fourmontL'État, les associations et les consommateurs « nous embrouillent avec le bien-être animal mais si rien n'est fait pour celui des producteurs, il n’y aura bientôt plus de paysans en France », prévient Patrice Brachet. (©Étienne Fourmont // Création Terre-net Média) 

Abdessalem : « Bravo, les éleveurs aiment leur métier et peuvent être fiers de ce qu'ils font parce qu'ils respectent les hommes et l'environnement. La qualité et l'amélioration continue sont un état d'esprit. » 

Et si cela produisait l'effet inverse ?

Titian : « Étienne, une remarque en passant, je me demande parfois s'il existe d'autres secteurs d'activité aussi transparent que l'agriculture. La reprise en main de la communication par le monde agricole est louable et souvent souhaitable, mais je me demande parfois si elle est vraiment productive. Comme diraient certains collègues : pour vivre heureux vivons cachés. »

Monique : « Je crains, en effet, que ce soit contre-productif. C'est la meilleure manière de rameuter les petits curieux, qui viendront filmer pour montrer si ce qui est dit est vrai et surtout détourner les images afin de monter des vidéos chocs comme L214, en démolissant tout au passage. » 

Une carte du mal-être des éleveurs plutôt !

Steph72 : « Il faudrait faire une carte des éoliennes et antennes relais, à l'origine de troubles chez les animaux lorsqu'elles sont à proximité des élevages. En fait, ce sont l'État et nos élus qui sont responsables du mal-être animal. (...) »

Jmb67 : « J'aurais préféré une carte du bien-être des éleveurs ou un indicateur affiché sur les produits alimentaires, pris en compte dans la charte des bonnes pratiques agricoles. Si les producteurs vont bien, les animaux aussi ! »

Tintin : « Que dire effectivement du bien-être des éleveurs avec la complexité administrative actuelle ? Trois ans pour toucher des aides MAE, bio, etc. Si tu as besoin d'acheter du fourrage ou de la paille, tu fais comment ? »

Patrice Brachet : « Étienne, tes initiatives sont formidables mais je vais te proposer une autre carte, celle de la misère paysanne. Cela ferait du bien au grand public, qui se plaint que nos produits sont très chers, de se rendre compte de la situation dramatique de beaucoup de fermes, parfois même derrière des structures rutilantes où le confort des vaches est mille fois supérieur à celui de leurs propriétaires. Ce métier, on l'a choisi, on en connaissait tous les avantages et les inconvénients mais là, on dépasse les limites du soutenable : charge de travail énorme, pas de vie de famille, ni de revenu, des normes de plus en plus contraignantes et des consommateurs qui n'y connaissent rien et veulent laver plus blanc que blanc, etc. (...) »

Jonathan : « Bien d'accord avec toi, Patrice. »

Patrice Brachet : « Et oui, on nous embrouille avec le bien-être animal mais si rien n'est fait pour celui des producteurs, il n’y aura bientôt plus de paysans en France. Alors consommateurs, réveillez-vous ! Sinon demain, qui entretiendra les paysages ? »

Étienne : « Je comprend très bien ta remarque, Patrice. Je n'ai pas voulu montrer la carte de la misère paysanne car tous les Français savent que nous ne gagnons pas bien notre vie. Je souhaitais leur prouver que nous travaillons bien et que le bien-être de nos animaux est une priorité. Et que cela mérite d'être rémunéré. Sinon, on peut toujours croiser les bras et attendre, mais ce n'est pas mon truc. »

De toute façon, les consommateurs n'ont pas de parole...

Patrice Brachet : « Merci de m'avoir répondu, Étienne et bravo pour ton engagement. Tu me connais, je ne fais jamais dans la dentelle. Je vais te dire pourquoi je ne crois pas à cette méthode. Au cours de ma carrière, j'ai essayé de sensibiliser les consommateurs à nos soucis d'éleveurs. À l'entrée du magasin, on te comprend, on te plaint et on te promet de n'acheter que des produits français. À la sortie, en regardant leurs paniers, tu t'aperçois que toutes les belles paroles ont été oubliées au fil des rayons ! (...) Alors continue ta lutte, elle est admirable. Mais attention aux encouragements du grand public car le nerf de la guerre, c'est l'argent...  (...) »

Innocent : « Moi, ça m'agace d'être toujours obligé de se justifier car demain, ceux qui t'ont applaudi à quatre mains te tourneront le dos pour la bonne et simple raison que quelqu'un aura su les convaincre que ce que tu fais est mal. (...) Des fois on a des effets boomerang inattendus et cela fait très mal... »

Retrouvez un autre Paroles de lecteurs sur le même sujet :
Vegans − Après les syndicats agricoles, aux lecteurs de faire front commun

La carte d'Étienne Fourmont sur le bien-être animal a également entraîné beaucoup de discussions sur Facebook, dont voilà un échantillon :


post facebook carte bien etre animal etienne fourmont (©Page Facebook de Web-agri) 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article