[Paroles de lecteurs] Acte antispécisteBeaucoup soutiennent l'agriyoutubeur Étienne Fourmont sauf quelques-uns...

| par | Terre-net Média

Avec une cinquantaine de réactions en seulement quatre jours, le tag antispéciste "2020 abolition", trouvé sur le silo à maïs de l'agriyoutubeur Étienne Fourmont, a fait couler beaucoup d'encre dans les commentaires de l'article le relayant. La plupart des lecteurs de Web-agri lui apportent leur soutien et condamnent toute intrusion dans les élevages, mais pas tous...

paroles de lecteurs web agri tag antispeciste pour silo etienne fourmont agriyoutubeur Ces actes de vandalisme peuvent « arriver à tous les éleveurs, car leurs auteurs se foutent que les animaux sortent ou non, ils veulent la suppression de l'élevage ! », souligne steph72. (©Agrikol // Création Terre-net Média)

À Arthur et Fabien63, qui « ont l’impression que les abolitionnistes de l’élevage ciblent davantage, dans leurs agressions verbales, physiques et actes de vandalisme (comme celui dont vient d'être victime l'agriyoutubeur Étienne Fourmont, alias Agrikol et auquel ils réagissent, NDLR) les producteurs membres du syndicat majoritaire et les exploitations intensives », Olmer répond que « les fermes industrielles n'existent plus en France. Il faut vivre avec son temps ». Bob renchérit : « Les gens veulent manger de la viande d'animaux qui sortent pour consommer de l'herbe mais pas la payer au juste prix ! ». « La triste réalité » selon Poly.

À travers les actes de malveillance des antispécistes, certains estiment même que « c'est le modèle prôné par le syndicalisme majoritaire qui est pointé du doigt ». Et qu'en les relayant, « les choses sont claires, Web-agri est pro FNSEA ». Or la rédaction a à cœur de « défendre tous les éleveurs, quel que soit leur système et leur étiquette syndicale, car chaque façon de faire et de penser a sa place » sur ce site professionnel d'information en élevage, rappelle Delphine, rédactrice en chef. C'est pourquoi, « nous essayons de donner la parole au plus grand nombre » et laissons les lecteurs s'exprimer à travers les commentaires d'articles. Ainsi, quelques-uns parlent de « fake news » et de « bad buzz » à propos du tag "2020 abolition" sur le silo d'Étienne Fourmont ou déclarent qu'il « n'y a pas d'élément tangible pour dire que les antispécistes sont les auteurs », reprochant parfois à l'agriyoutubeur avec une certaine agressivité de vouloir « faire parler de lui » et de grossir l'événement. 

Peut-on « se féliciter du malheur des autres » ?

« Personnellement, je ne me félicite pas du malheur des autres, Fédé ou pas. D'ailleurs, ras-le-bol de la politique en agriculture, rappelle pour ramener à la raison The germs. Si demain, on détruit ou tague la ferme de tous ceux qui, soi-disant, "ne sont pas comme il faut", on est tous potentiellement concernés et ça risque de très mal finir. Moi, même si mes vaches sont dehors, je comprends que des producteurs ne peuvent, ou ne veulent, pas faire de même, surtout avec les sécheresses à répétition. » steph72 poursuit : « Sans défendre un modèle ou un autre », ces actes de vandalisme peuvent « arriver à tous les éleveurs, car leurs auteurs se foutent que les animaux sortent ou non, ils veulent la suppression de l'élevage ! » D'après Titian, « ils trouveront toujours quelque chose pour faire le buzz et servir leur idéologie ».

Lire aussi le Paroles de lecteurs : Faut-il ou non sortir les vaches ?

« On se moque de savoir pour quel syndicat Étienne vote ! Ces intrusions dans les exploitations sont inadmissibles ! », s'exclame Poly qui craint qu'« un de ces gus reste un jour sur le carreau » et déplore : « C'est malheureusement comme ça que cela va se terminer. » Avant d'ajouter : « Cette guéguerre entre bio/non bio, intensifs/extensifs, céréaliers/éleveurs, vaches à l'herbe ou pas, est franchement pénible. Elle donne juste du grain à moudre à tous les gens qui souhaitent nous voir disparaître. Il y a des marchés et des consommateurs pour tout type de produits, à chacun de l'accepter et de s'adapter en fonction des ses affinités et possibilités. »

Cette guéguerre entre bio/non bio, intensifs/extensifs, céréaliers/éleveurs, vaches à l'herbe ou pas, est franchement pénible.

« Toute intrusion dans une ferme est inacceptable ! »

Ces trois lecteurs ne sont pas les seuls à soutenir Étienne Fourmont. De nombreux autres les rejoignent parmi lesquels Titian : « Au rythme où vont les choses, les agris ne doivent pas se tromper de cible et condamner fermement tout propos ou geste malveillant, ne serait-ce que par solidarité. » Idiot qui, « ne partage pas les fanfaronnades » de l'agriyoutubeur, lui accorde son « soutien total ». « Si l'on s'en tient au tag, ce n'est pas l'attaque vegan la plus violente mais on ne sait pas s'il y a eu plus grave derrière. Et tant qu'on ne l'a pas vécue, on ne peut pas juger de l'impact que cela peut avoir sur soi et ses proches », fait remarquer pour sa part The germs.

Les agris ne doivent pas se tromper  de cible.

Ces arguments ne convainquent pas du tout Hub : « Si on en est là aujourd'hui, c'est bien à cause d'un mode d'élevage bien précis, soi-disant à la pointe de la technologie mais en réalité basé essentiellement sur le profit, le rendement et où les animaux sont relégués au second plan. Qu'importe ce qu'ils mangent du moment qu'ils grossissent vite, sans parler des conséquences environnementales... Il faut que les gens sachent comment sont produits leurs aliments. »

Tom lui répond illico : « Tu ne sais pas qu'on est dans un système mondialisé où la France échange avec des pays qui n'ont pas les mêmes contraintes. Certes il faut évoluer mais progressivement. Si demain, tu supprimes d'un coup le soja, il y aura pénurie de lait, d'œufs, de poulets, de porcs qui seront remplacés par des produits plus ou moins tracés. Quant aux profits, les éleveurs ne sont même pas payés au Smic ! Et tous ceux qui vendent en direct ou en circuits courts, ont bien du mal à s'en sortir ! Sur le fond, tu as raison, l'élevage industriel devra à long terme disparaître sauf que tout le monde n'est pas prêt à payer plus cher les produits agricoles. Les intrusions dans les fermes, elles, sont inacceptables !! »

« On n'ira pas loin avec des mentalités comme ça ! »

Poly appuie : « Hub, tu te trompes. Ces gens ne veulent plus d'élevage du tout, ni de celui d'Étienne, ni du mien, ni du tiens. » « On n'a jamais solutionné une problématique en détruisant », complète DVPN. « La fin ne justifie pas toujours les moyens. Toute philosophie prônant le contraire peut nous amener dans le mur », souligne également The germs. La partie n'est pas gagnée pour autant car Fabien 53 se range du côté de Hub : « Continuons notre bon vieux système maïs/soja, c'est bien plus simple. Pour en changer, il faut être technique, ce qui n'est pas le cas de tous les éleveurs. Si cela fonctionnait aussi bien que ça, il n'y aurait pas autant d'agris qui se plaignent. Depuis longtemps en France, des éleveurs produisent du lait sans protéines extérieures et, à ma connaissance, ils vivent aussi bien que les autres. » « Que mettent derrière ce mot tous ceux qui parlent d'élevage "industriel" ? Certains éleveurs produisent plus, avec 50 VL nourries au maïs que d'autres avec 100 à l'herbe. Or, pour beaucoup, c'est la taille et non le mode de production qui fait qu'une exploitation est dite "industrielle" », rétorque The germs.

Honte aux agriculteurs qui dénigrent leurs collègues et contribuent largement à détruire l'agriculture.« L'agriculture est un tout, ce n'est que dans l'union que la profession trouvera le salut. Honte aux agriculteurs qui dénigrent leurs collègues et contribuent largement à détruire l'agriculture », conclut Monique. « On n'ira pas loin avec des mentalités comme ça !, constate avec regret Djo15. Si on en est là justement, c'est parce que nous avançons chacun de notre côté sans se préoccuper de nos voisins. » « Si on laisse faire les abolitionnistes, c'est la fin assurée de l'élevage et pas que des intensifs !! », met en garde steph72.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article