Paroles d'enfants d'éleveurs (1/2)L'élevage laitier, « un beau métier » et aussi le « fruit de nombreux efforts »

| par | Terre-net Média

Faustine, Éden, Mathis, Marius, Lucilien et Chloé en ont des points communs : des parents, producteurs de Beaufort en zone de montagne, un cadre de vie vaste et préservé en pleine nature, où ils se sentent libres, un attachement pour les animaux de la ferme familiale et surtout... la fierté d'être enfants d'éleveurs. Certains d'entre eux rêvent de reprendre un jour le flambeau, d'autres se destinent à un avenir différent : s'ils sont encore jeunes, ils savent déjà ce qu'ils veulent et portent un regard juste sur le métier d'agriculteur. Découvrez ci-dessous les trois premiers portraits.

Faustine, 6 ans, à Hauteluce : « Plus tard, je serai inséminatrice de vaches »

faustine fille d eleveurs producteurs de beaufort a hauteluce Malgré son jeune âge, Faustine a déjà la fibre animale ! (©Happy Com)

« Plus tard, je veux être inséminatrice de vaches. » Faustine est encore très jeune mais sait ce qu'elle veut. Et elle a déjà la fibre animale : participant régulièrement à la traite avec ses parents, elle reconnaît toutes les vaches, même de dos, rien qu'à leurs mamelles !

Faustine reconnaît toutes les vaches rien qu'à leurs mamelles !

Car si elle trouve que ses parents exercent une belle profession, elle s'intéresse avant tout aux animaux. Son coup de cœur ? Le dernier veau né il y a trois semaines, Riquiqui, qu’elle « materne » comme une maman.

L'exploitation : 40 VL Abondances
  • Renaud, le père de Faustine, a repris la ferme familiale en 2013.
  • En 2015, il a créé le Gaec des Glières avec sa compagne Sandrine, monitrice de ski l'hiver.

Cette année, pour la première fois, elle et sa petite sœur Candice vont passer l’été en alpages, dans le petit chalet que ses parents ont retapé, pour leur éviter les nombreux allers-retours avec la vallée.

Un "bureau" difficile mais très beau.

Passionnés par leur métier, ces derniers regardent avec beaucoup d'admiration « la vue exceptionnelle sur le village, qui change selon la saison, la lumière et la météo ». « Le bureau est difficile mais très beau alors cela compense la fatigue », plaisantent-ils.

Mathis, 6 ans et demi, à Arêche-Beaufort : « Mon père fait un beau métier »

mathis fils d eleveurs producteurs de beaufort a areche beaufort  Mathis apprécie la vie à la ferme et dans les alpages. (©Happy Com)

« Je suis libre, j’ai tout l’espace pour moi et pour jouer avec mes cousins, il n’y a pas le bruit des voitures. J’aide mon père et je passe beaucoup de temps avec mes deux vaches préférées : Lolita, une Tarine et Lisette, une Abondance. » Mathis apprécie la vie à la ferme et dans les alpages.

J'ai tout l'espace pour moi.

S'il est encore trop petit pour savoir s'il sera producteur de Beaufort, explique-t-il, il aimerait bien vivre dans la montagne. « La ferme et l’estive me plaisent, le ski, l’hiver, aussi ». « Mon père fait un beau métier », insiste-t-il.

L'exploitation : 60 VL (2/3 Tarines, 1/3 Abondances)
  • Thomas, le père de Mathis, et son frère sont associés depuis 10 ans avec leurs parents sur la ferme de leur grand-père.
  • L'hiver, ils sont moniteurs de ski.

« C'est un mini moi », enchaîne celui-ci à propos de son fils, qui préfère nourrir les animaux et traire que manger du fromage. « Là-haut, c’est l’école de la vie, on est seuls au monde, il faut faire venir l’eau et l’économiser, installer des panneaux solaires pour avoir de l’électricité, vivre au rythme de la nature. Même si parfois c’est dur, on ne se souvient que des bons moments : le soleil qui se lève sur une nature splendide, avec les cloches des vaches comme musique, la vie de famille sur trois générations. De vraies valeurs qui, j’espère, serviront de repères pour Mathis, quoi qu’il fasse. »

Des valeurs qui serviront de repères pour Mathis.

Voir également le reportage en alpages : Anne, vachère en Chartreuse

Éden, 10 ans, à Beaufort-sur-Doron : « Le fruit de beaucoup d’efforts »

eden fille d eleveurs producteurs de beaufort a beaufort sur doron Éden a conscience que ses parents ont un métier « prenant ». (©Happy Com)

Si elle adore traire les vaches avec son père et livrer le lait à la coopérative avec sa grande sœur Mélanie, et apprécie le Beaufort en fondue, Éden a conscience que la production de ce fromage est le « fruit de beaucoup d’efforts ».

La passion sera-t-elle suffisante pour accepter les contraintes ?

Ses parents ont un métier « prenant », où « on ne compte pas ses heures », et la fillette se demande si la passion sera suffisamment forte pour en accepter toutes les contraintes.

L'exploitation : 75 Tarines, dont 42 VL
  • La maman d'Éden, Nathalie, ex-vachère de remplacement, a succédé à la mère de son mari Yvon dans le Gaec familial.
  • Yvon est agriculteur à 100 % et Nathalie est régulatrice au poste de secours des Saisies en hiver.

Pour l'heure, elle profite en toute liberté avec ses copines de « son terrain de jeu, unique, l'été au chalet ». Elle marche aussi beaucoup avec sa grand-mère pour observer la nature, les marmottes, les chamois, les bouquetins. Et passe du temps avec sa vache favorite, la plus vieille du troupeau.

Un terrain de jeu unique !

Sans oublier sa participation active aux animations en alpages pour les touristes ! Peut-être suivra-t-elle les traces de ses grands-parents, ses parents et sa sœur qui, à 16 ans, projette d'installer un élevage de chèvres sur la ferme.

Ne manquez pas, la semaine prochaine sur Web-agri, les témoignages de Chloé, Marius et Lucilien.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article