Robin, de journaliste à éleveurÉtape 2 : l'une des plus dures, trouver l'exploitation où s'installer

| par | Terre-net Média

Robin Vergonjeanne a repris fin 2017 une ferme en hors cadre familial dans le département de l'Isère avec une copine de promo, Anne. Avec un peu de recul, il revient sur chaque étape de son parcours à l'installation dans une série d'articles, expliquant ses succès et les moments plus difficiles, tout en distillant quelques conseils. L'étape 2, trouver l'exploitation qui convient le mieux au projet, est sans doute l'une des plus difficiles.

ferme de bellevue pres de grenoble Robin et sa future associée Anne ont des impératifs géographiques. La ferme de Bellevue, près de Grenoble, a une situation idéale. (©Robin Vergonjeanne) 

Il faut dire que dès le départ, Anne et Robin sont face à plusieurs impératifs, géographiques et financiers. Ils ne sont pas du milieu agricole et n'ont pas un gros apport personnel. Pour que leur installation soit économiquement viable, ils doivent être double actifs.

Retour à la première étape du parcours à l'installation de Robin :
Études/premier job, le temps de mûrir son projet 

Robin continuera à travailler pour Web-agri en tant que pigiste, une activité qu'il peut exercer partout en France. Mais pour Anne, il serait plus facile de conserver son emploi de professeur à Grenoble. Ça tombe bien, Robin aime la montagne « Ma petite amie étant dans le secteur de l'urbanisme, nous devions également trouver une ferme à proximité d'une ville », ajoute-t-il.

Le conseil de Robin :
Les hors cadre familiaux représentent 1/3 des installations. Un vivier à exploiter pour les cédants en manque de repreneurs.

Le RDI (répertoire départ installation), une mine d'annonces

Le secteur grenoblois semble répondre à ces critères. Reste à dénicher l'exploitation qui convienne aussi au projet des futurs éleveurs. Ces derniers contactent le point accueil installation/transmission (PAIT) de l'Isère et épluchent le RDI (répertoire départ installation). Les annonces ne manquent pas, conséquences de la pyramide des âges en agriculture, avec de plus en plus d'exploitants qui arrivent à la retraite, et de moins en moins de candidats pour les remplacer. Une offre retient l'attention d'Anne, celle de la Ferme de Bellevue au Moutaret, sur le massif de Belledonne entre Allevard et Pontcharra.

Elle n'est pas loin de Grenoble, mais les installations sont un peu vétustes. « De toute façon, en zone montagneuse, difficile de beaucoup mécaniser et automatiser », reconnaît Robin. Les éleveurs en herbe décident alors de s'orienter vers un système ruminant herbager, « où l'on utilise le moins possible le tracteur ». Un « modèle économe » qui plus est, et sur lequel il est préférable d'être deux question organisation et charge de travail. Maintenant que la ferme est trouvée, Robin et Anne doivent passer à l'étape 3, c'est-à-dire rencontrer le cédant pour avoir son accord

Le conseil de Robin :
La ferme parfaite n'existe pas. Il faut savoir profiter de ses atouts et s'adapter à ses contraintes.

Suivez la vie sur l'exploitation et le travail de Robin et Anne, au quotidien ou presque, sur la page Facebook de la Ferme de Bellevue :



Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


cow boy
Il y a 12 jours
Dans le Brionnais charolais où tout est en élevage allaitant, il est très dure de trouver une exploitation à reprendre malgré ce qu'on dit sur les difficultés de l'élevage bovin.
Les fermes sont vite reprises.

Les seules qui ne trouvent pas preneurs sont celles qui ont un problème : prix surévalué, celles de 600 hectares, celles à proximité de nuisance sonores....
Répondre
steph72
Il y a 15 jours
C'est pas difficile,il y l'embarras du choix pour s'installer en elevage.
Je connais des communes ou il y a 30 % des fermes qui sont à céder et qui ne trouve pas preneur.
Quand il y a de VA ,les banques ne veulent plus financer,pas rentable et trop risqué.
Et l'accord avec le ceta ne va pas les rassurer.
Répondre