Lu dans la presse« Ouvrons les cages » revendiquent les antispécistes dans un élevage plein air !

| par | Terre-net Média

On marche sur la tête ! Nouvelle attaque d'antispécistes dans un élevage de volailles à Gembloux (Belgique). Bâtiments vandalisés et tagués « stop spécisme, ouvrons les cages » alors qu'il s'agit d'un élevage biologique avec parcours extérieur.

Tandis qu'il faisait le tour de ses bâtiments le lundi 2 septembre, Christian Many, éleveur de volailles à Gembloux (Belgique) s'est aperçu que ses poulaillers avaient été vandalisés. Nos confrères de RTBF (Radio télévision belge francophone) ont recueilli son témoignage : « Toutes les trappes des poulaillers étaient cassées, les portes grandes ouvertes et les clôtures extérieures abattues. Je me suis dirigé vers mon deuxième bâtiment et là j’ai vu des tags qui disaient, "Stop au spécisme, ouvrons les cages". Alors que j’ai un élevage biologique au milieu des champs avec un parcours extérieur. Elles ne sont pas du tout en cage mes volailles ! »

Cliquez sur l'image pour lancer le reportage vidéo de RTBF

Le temps de réparer les dégâts, Christian Many se voit contraint de confiner ses poulets à l'intérieur. Un comble pour ces individus qui prônent la libération animale. Pour l'éleveur, ils sont d'ailleurs : « lâches de s'attaquer à des bâtiments et aux animaux plutôt que d'affronter les personnes. » Il poursuit : « Tout le monde peut défendre sa cause mais en restant dans le respect. »

Encore une belle preuve d'intelligence de la part de ces militants extrémistes ! Et ça n'est pas la première : on se souvient en avril dernier des milliers de dindes étouffées à cause de l'intrusion de ces personnes dans des bâtiments, ou encore de la récente publication de L214 qui affichait clairement ne pas faire la différence entre une chèvre et un mouton...


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 5 RÉACTIONS


Calimero
Il y a 8 jours
Bah tiens, mettre en parallèle l'esclavage et l'élevage, les peuples victiment de traite négriere apprécieront.
Le vocabulaire ne changent pas en définitive, esclavage, camps de concentration... Les arguments par contre ne sont pas légions, quand ils ne sont pas fallacieux. En quoi l'élevage bio décimerait la planète d'ailleurs ?
Il serait de bon ton d'arrêter de nous imposer vos atermoiements, arrêter de cibler les enfants afin de les manipuler en les faisant culpabiliser au travers de petits camarades endoctrinés... Perso je ne suis pas fan de corrida, bah j'y vais pas. Et à contrario je revendique le droit de posséder une arme afin de pouvoir se défendre de l'intrusion de personnes malveillantes sur ma propriété, le droit n'est pas de mon côté, bah j'en ai pas...
Répondre
Valéry
Il y a 11 jours
On a officiellement mis fin à l'esclavage des humains, ça c'est aussi passé avec quelques bris de matos, et même des conflits armés, non ? Pourquoi mettre fin à l'esclavage des animaux non-humains se ferait-il sans quelques dégâts. Il est plus que temps d'arrêter d'exploiter les animaux, par respect pour les animaux, mais aussi parce que les élevages (bio ou pas, industriel ou non) déciment la planète. La planète brûle est les élevages en sont la première cause (bien que pas la seule).
Répondre
Olmer
Il y a 13 jours
Les veganes et autres uluberlu citadins, pauvres d eux.
Répondre
Gaetan
Il y a 13 jours
Le problème avec ces gens là, c'est qu' on ne peut même pas discuter sérieusement. Vandaliser en pleine nuit un bâtiment c'est lâche et stupide
Répondre
JocelyneDuTurfu
Il y a 13 jours
Le tweet comme quoi L214 ne saurait pas faire la différence entre une chèvre et un mouton est malhonnête sachant que si on cliquait sur l'article, celui-ci montrait bien qu'il s'agissait de chèvres. La vignette d'illustration n'a pas été choisie par L214.

C'est totalement contre-productif de faire ça, ça montre que L214 vérifie leurs informations contrairement à leurs contradicteurs qui se basent sur des vignettes d'illustration. Ce n'est pas de la communication positive mais du bashing, décevant.
Répondre