Témoignage sur FacebookOphélie : « Après un accident de travail, prenez le temps de vous soigner »

| par | Terre-net Média

Ophélie, auteur de la page Facebook L'amour, la passion des vaches, revient sur l'accident dont elle a été victime il y a un an sur l'exploitation agricole de ses parents. Par ce témoignage, elle veut inciter les agriculteurs à prendre le temps de se soigner pour éviter des séquelles qui complexifient ensuite le travail quotidien.

Jeune fille avec sa vache Suite à son accident, Ophélie (cette photo est une photo d'illustration, il ne s'agit pas d'elle) rencontre des difficultés lorsqu'elle s'occupe des vaches de ses parents, notamment pour la traite et l'alimentation des veaux. (©Cynoclub, Fotolia )

Ophélie, auteur de la page Facebook L'amour, la passion des vaches, raconte : « Le 22 novembre 2016, alors que j'avais 20 ans, ma vie a basculé à jamais : je suis tombée en triant des bêtes, et le taureau m'a tapée, sous les yeux de mon père, totalement impuissant. »

« J'ai vu ma vie défiler, j'ai fermé les yeux, j'ai entendu la voix de mon père me dire de ne pas crier. Puis à un moment, tout s'arrête. Papa me dit : "Lève toi". Mais je n'arrive pas à bouger ma jambe. Il me relève, j'ai de fortes douleurs à la main, au coude, à l'épaule, à la jambe, au genou, à la cheville.»

« J'ai continué à travailler malgré la douleur de plus en plus forte, je n'avais pas le temps d'aller aux urgences car il fallait donner à manger aux vaches et notre tracteur était en panne » « Deux jours plus tard, direction les urgences car ma main ne fonctionnait plus du tout. On m'a diagnostiqué une foulure au poignet et à la cheville. Mais un mois après, le diagnostic était plus corsé : entorse de la cheville et du poignet, foulure du genou, rupture des ligaments du poignet et le nerf a été gravement touché, fracture du scaphoïde... Il m'a fallu tout réapprendre en faisant des heures de kiné  : écrire, couper la viande, tenir un objet dans la main droite, etc. »

Aujourd'hui, les gestes du quotidien sont difficiles à réaliser : brancher une vache, donner à boire aux veaux...

« Aujourd'hui, les gestes du quotidien sont difficiles à réaliser car j'ai perdu la sensibilité dans les doigts. Je peux à peine serrer un objet dans les mains : il tombe sans même que je m'en rende compte. C'est aussi difficile pour moi de brancher une vache, c'est douloureux et ça me parait extrêmement lourd. C'est compliqué de faire boire les veaux au biberon...» 

Cette jeune femme de 21 ans reconnaît qu'elle n'a pas pris le temps de se soigner et qu'elle a donc des séquelles. Aussi, elle veut passer un message aux autres agriculteurs : « Prenez le temps de vous soigner, d'aller à l’hôpital car vous le regretterez. Moi, je le regrette, j'en subis les conséquences au quotidien ainsi que la douleur. C'est pas facile de demander toujours de l'aide à papa pour les vaches ou à maman pour mettre les boutons de ma chemise. »

Retrouvez Ophélie sur sa page Facebook : L'amour, la passion des vaches.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


louis
Il y a 211 jours
Je ne comprend vraiment pas cette personne car a l'heure actuelle il y as des services de remplacement qui son pris en charge en grande partie par les assurances aujourd'hui tout le monde est au courant de ce service
Répondre
Oli belgio
Il y a 230 jours
Pensez à la feuille de choux et un bandage. Ulcères, plaies, contusions sur muscles et tendons ca marche bien et surtout ca permet de se remettre au boulot tout de suite car ca limite la douleur.
Il n'y a pas longtemps en taillant une patte de vache de 900 kg, en voulant la sortir du travail, elle m'a décroché un coup de patte en pleine cuisse. Je suis resté 5 minutes sonné à terre à pleurer de douleur croyant que ma jambe était cassée. Je l'ai bandée avec du choux tout de suite. J'ai repris le travail après deux heures de sieste. Je n'ai pas eu d'hématome.
Répondre