État des nappes phréatiquesUne situation qui se dégrade encore à l'Est

| par Amélie Bachelet avec AFP | Terre-net Média

Le niveau des nappes phréatiques est globalement « satisfaisant » sur une grande moitié ouest de la France mais plus dégradé dans l'est du pays, en raison du manque de précipitations d'un été sec, indique le Bureau de Recherches géologiques et minières.

État des nappes phréatiques au 1er septembre 2020État des nappes phréatiques au 1er septembre 2020. Cliquez sur la carte pour l'agrandir. (©BRGM)

« En août, la situation est satisfaisante sur une grande partie ouest du territoire où les niveaux sont majoritairement autour des moyennes mensuelles à modérément hauts, » avec des situations satisfaisantes notamment sur l'ouest du Bassin parisien, la Bretagne, la Vendée, l'Aquitaine ou encore le littoral méditerranéen et la Corse, écrit le service géologique national français. Dans ces régions, l'effet des pluies abondantes de l'hiver dernier se fait encore sentir, malgré la sécheresse estivale.

Cette absence de précipitations fait par contre que « la situation se dégrade lentement sur les nappes les plus réactives du fait de l’absence de précipitations depuis plusieurs semaines » : Champagne, Lorraine, Berry.

Le niveau des nappes est même bas sur le Limousin, l'Auvergne, la Bourgogne ou le couloir rhodanien, et « très bas » en Alsace, poursuit le BRGM. « Ce constat s’explique par plusieurs hivers successifs avec des pluies déficitaires que la recharge 2019-2020 n’a pas permis de compenser. La situation se dégrade sur les secteurs ayant connu une sécheresse des sols en août et une forte sollicitation des eaux souterraines par les prélèvements ».

« Les précipitations annoncées pour septembre ne devraient pas engendrer une recharge significative des nappes ». « Des tendances stables ou à la hausse pourraient s'observer uniquement sur les secteurs arrosés abritant des nappes réactives. La vidange devrait se poursuivre sur l'ensemble des nappes du territoire jusqu'à la mise en dormance de la végétation et la survenue d'épisodes pluviométriques abondants, soit jusqu'à mi-octobre à fin novembre », ajoute-t-il.

Retrouvez toutes les prévisions météorologiques de vos parcelles en vous connectant sur :

Observatoire météo de Terre-net Média


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 4 RÉACTIONS


laurent du 79
Il y a 50 jours
ça peut paraitre anodin mais en Nouvelle Aquitaine la consommation d'eau potable et industrielle, dans les nappes phréatiques, correspond exactement aux prélèvements agricoles, donc si cette eau était recyclée pour l'arrosage (conformément au code de l'environnement) on diviserait par deux les prélèvements estivaux.
Idem pour les ruissellements urbains, la Nouvelle Aquitaine compte 781 200 hectares artificialisées (9.3% du territoire) avec une pluviométrie moyenne de 700mm par an on obtient 5 milliards de m3 d'eau douce exploitable pour des usages non domestiques comme l'arrosage. 5 milliards de m3 c'est 3 fois la consommation TOTALE de toute la région (potable agricole et industrie) qui n'est que de 1.5 milliards, c'est 10 fois les prélèvements agricoles estivaux dans les nappes phréatiques (500 millions de m3) , c'est à dire qu'au lieu d'irriguer 400 000 hectares on pourrait en irriguer 4 millions donc la TOTALITÉ de la Surface Agricole Utile de la Nouvelle Aquitaine sans prélever une goutte dans les nappes phréatiques l'été...
https://www.mediaterre.org/france/actu,20200211092626.html
Répondre
laurent du 79
Il y a 50 jours
Si les villes étaient aux normes les nappes phréatiques ne baisseraient pas ! l'eau est un bien commun qui commence par la pluie, les villes rejettent 90% des pluies en rivières alors que les champs infiltrent tout !
les nappes baissent parce que le cycle des pluies est coupé l'été par manque de végétation sur les surfaces agricoles et on coupe l'irrigation pour alimenter des villes qui ne sont pas aux normes ... c'est le serpent qui se mord la queue !
A chaque fois que les nappes phréatiques baissent on coupe l'irrigation, autrement dit le salaire des agriculteurs est indexé au niveau des nappes phréatiques, si on avait indexé le salaire des fonctionnaires des préfectures et des dirigeants des agences de l'eau au niveau des nappes phréatiques les réserves de surface seraient construites depuis longtemps ! En Nouvelle Aquitaine la situation est pire qu'ailleurs parce que la région finance la destruction des retenues existantes et bloque toute nouvelle construction, la situation se dégrade fortement sur le plan des sécheresses mais aussi des inondations, quatre morts l'an dernier dans le sud-ouest ! Les Amishs ont des réserves d'eau, des sapins de noël et mangent de la viande ! Les Amishs sont très heureux parce qu'ils adhérent librement à leurs idées ! Les ZAD des extrémistes mettent en danger la démocratie et vont à l'encontre de l'unité nationale.
Répondre
Jojo
Il y a 80 jours
Le mauvais temps, c'est le même temps qui dure trop longtemps
Répondre
erick28
Il y a 80 jours
honnètement , cela ne doit pas ètre très grave que les nappes baissent , car lorsque l'on regarde la météo aux infos au journal de 13 heures a la tv ( quelques soit les chaines ) les présentateurs , se félicite ou se réjouissent du beau temp et du soleil que l'on à .
Répondre