Travail aux champsMoins de 900 missions pour plus de 300 000 candidats

| AFP

Plus de 300 000 candidats se sont inscrits sur la plate-forme « des bras pour ton assiette », lancée en vue de limiter la pénurie de saisonniers agricoles en raison de la pandémie, pour moins de 900 missions proposées, indique son créateur mercredi.

Depuis le 19 mars, plus de 300 000 candidats à un emploi saisonnier dans l'agriculture se sont inscrits sur la plate-forme (desbraspourtonassiette.wizi.farm), développée par la marque Wizifarm en partenariat avec Pôle Emploi et l'Association nationale pour l'emploi et la formation des agriculteurs (Anefa).

Ces emplois sont cumulables avec le chômage partiel qui touche plus de 11 millions de salariés depuis le début du confinement destiné à lutter contre la propagation de l'épidémie de Covid-19.

Mais à ce jour, seules 843 missions ont été proposées sur ce site, représentant près de 6 600 travailleurs recherchés, détaille Wizifarm dans un communiqué. Au total, plus de 5 000 travailleurs ont reçu une proposition de mission, ajoute Wizifarm, qui n'est pas en mesure de préciser la proportion effectivement recrutée pour prêter main forte aux agriculteurs.

Ces chiffres sont en deçà de ceux avancés la semaine dernière par le ministre de l'agriculture Didier Guillaume, selon lequel 15 000 personnes étaient « déjà allées au travail pour environ 5 000 exploitations » via ce site.

Didier Guillaume avait lui-même lancé fin mars un « appel à l'armée de l'ombre des hommes et des femmes [qui] n'ont plus d'activité », les invitant à « rejoindre la grande armée de l'agriculture française ». Cet appel a été relayé par le principal syndicat agricole, la FNSEA, qui avait chiffré les besoins de recrutement à 200 000 personnes entre mars et mai.

L'agriculture française est habituellement très dépendante de la main-d'œuvre étrangère venant notamment du Maghreb ou d'Europe de l'Est, et qui se trouve dans l'impossibilité de rallier les exploitations depuis la fermeture des frontières.

Pour expliquer le nombre modeste de missions, Wizifarm souligne que la saison débute doucement, mais aussi que nombre d'agriculteurs « limitent les embauches ou attendent le dernier moment », faute de visibilité.

« La principale remarque que nous relevons, c'est leur inquiétude sur la disponibilité des inscrits après le 11 mai », souligne le fondateur de Wizifarm Jean-Baptiste Vervy, cité dans le communiqué.

Avec le déconfinement qui approche, l'élan des volontaires « est en train de s'estomper, beaucoup de gens ne peuvent pas s'engager en vue de la reprise », a remarqué auprès de l'AFP Jérôme Jury, qui cultive des fruits sur 65 hectares au sud de Lyon.

De plus en plus de voix s'élèvent aussi pour demander de rouvrir les frontières aux saisonniers étrangers.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


debutant
Il y a 173 jours
tu as oublie les retraités qui eu sont payes par la msa
Répondre
Terminé
Il y a 173 jours
L agriculture a besoin de main d'œuvre mais elle n'est pas capable de payer des salaires car non rentable faut dire les choses. Le coût par mois c'est salaire plus charges 2500 a 3000 euros par mois pour 1 ou une salariée. Résultat faut mieux jeter les denrées.
La France a une agriculture qui ne gagne plus sa vie alors si il y a des salariés ils sont sous payés..
Répondre