Pourquoi je me lève chaque matin ?« Même pas peur », un documentaire consacré à la passion de l'élevage

| par | Terre-net Média

Hervé Morainville, directeur du BTPL, et Thierry Hetreau, vétérinaire et formateur dans un centre d'élevage, travaillent depuis plus d'un an à la réalisation d'un documentaire consacré à la passion de l'élevage. Ce film « qui fera du bien aux éleveurs laitiers » sortira à l'occasion des salons d'élevage à l'automne, notamment au Space 2018.

Thierry Hetreau et Hervé Morainville expliquent les raisons de cette réalisation

Hervé Morainville, directeur du BTPL (Bureau technique de promotion laitière) et Thierry Hetreau, vétérinaire et formateur au centre d’élevage de Poisy, en Haute-Savoie, travaillent depuis plus d’un an à la réalisation d’un documentaire consacré à la passion de l’élevage.

« L’objectif de ce documentaire sur l’élevage laitier est de donner une image réaliste et positive de l’élevage français », explique Hervé Morainville : il s’agit de poser le débat dans un contexte où la situation économique des éleveurs est très délicate et de montrer les origines de la passion pour le métier d’éleveur. »

« Encore beaucoup d’éleveurs qui croient en leur métier »

Réalisé en partenariat avec le Cniel, le film s’attache à suivre dans la durée le parcours de jeunes éleveurs laitiers aux quatre coins de la France. « C’est un documentaire sur les avenirs du lait. Nous avons suivi quatre éleveurs dans la durée. Avec quatre systèmes d’élevage bien différents, de l’extensif à l’herbe à l’intensif robotisé. La France laitière est riche de sa diversité ! » Les réalisateurs ont également suivi un éleveur étranger installé en France et un éleveur français installé en Nouvelle-Zélande.

Même pas peur est un film qui s’adresse aux éleveurs, insiste Thierry Hetreau qui n’en est pas à son premier coup d’essai. Le formateur au centre d’élevage de Poisy a co-réalisé Même pas mal, un documentaire sur les enjeux du bien-être animal.

Avec des images magnifiques, ce documentaire montre finalement « pourquoi les éleveurs se lèvent chaque matin ». « Il y a encore beaucoup de gens qui croient dans le métier d’éleveur.»

La sortie de ce film « qui fera du bien aux éleveurs laitiers » est prévue à l’occasion des salons d’élevage d’automne, notamment lors du Space 2018. Mais il ne s’agira que de la première étape du projet des réalisateurs. Comme pour le premier documentaire Même pas mal, un tour de France est prévu, ponctué de soirées-débats avec les éleveurs. « La salle de cinéma ou la salle des fêtes est un lieu plus convivial que les centres de conférences pour débattre de la passion du métier. Ce film va être un formidable outil d’animation pour permettre aux éleveurs de réfléchir à leur propre projet d’exploitation », explique Hervé Morainville.

Teaser du documentaire « Même pas peur », sortie prévue en septembre 2018


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 16 RÉACTIONS


garou
Il y a 115 jours
Face à la recrudescence de l'utilisation des réseaux sociaux et d'Internet, certaines personnes perdent parfois la notion de la réalité sans vraiment s'en rendre compte.Ce film devrait nous changer de la vie virtuelle ,et nous remettre les pieds sur terre
Répondre
malou01
Il y a 119 jours
il faut être passionne c est une évidence mais j ai des enfants qui sont passionnés de divers sports mais si ils restent sur la touche si l entraineur les ignorent ect ils se lassent la passion n a jamais nourrie son homme la tete bien sur c est merveilleux de faire un metier qui plait chaque jour mais la vous avez tout faux surtout rien compris les passionnés sont fatigués la banque les rappels a l ordre
les familles crient a l aident il faut appeler un chat un chat nous ne vivons pas d amour et d eau fraiche comme vous je suppose ?????
Répondre
PATRICE BRACHET
Il y a 120 jours
À PB je vais te récolter une histoire : Steph et les autres ont raison car on ne fait voir que ce qu il faut voir ce qui dérange est passé sous silence exemple : j était à une grande messe, La Préfète dit qu’il serait bien que l on parle d agriculture de conservation ,les grands prête détournent la conversation et écrasent le sujet parce que c est gênant d en parler on dérange alors que je suis dans la salle et que tout le monde me connaît ! Donc vos documents pré montés non merci !
Répondre
steph72
Il y a 120 jours
Et selon vous il y a matière à ne pas raler???
2 années de crise,des prix agricoles au niveau d'il y a 30 ans!!!
Alors que produire du lait coute de plus en plus cher.
Les campagnes de com payées par les cvo des eleveurs sur leur facture de lait,ça coute combien??
Alors que bon nombre d'exploitations ont des difficultés financières.

Répondre
PB
Il y a 120 jours
Bravo pour cette initiative !
Réaction à la lecture des commentaires : il faudrait arrêter de râler et plutôt dire merci à tous ceux qui communiquent pour montrer la vraie image du métier d'éleveur !!! Entre d'un côté les extrémistes vegans et de l'autre les agri-râleurs on est mal barré pour le moral !!!
Répondre
PATRICE BRACHET
Il y a 120 jours
Steph vous avez raison mais mon autre système d alimentation me conforte donc j ai toujours la passion Pour info : -30000€ d achat aliments -9500€frais veto -4500€frais phytosanitaires tous cela pour 2017 et pour 150 vl résultat comptable sympa donc la passion est encore plus forte car l on veut aller plus loin Mais les marchands de misère sont plus mes copains et pour eux je suis le roi des c......
Répondre
prudence
Il y a 120 jours
si ça continue , il y aura plus de personnel dans les chambres d'agricultures et les coopératives que dans les exploitations agricoles ; helàs et les pompes funèbres tourneront à plein pot !!!!!
Répondre
PATRICE BRACHET
Il y a 120 jours
On a un avantage c est nos sous !qui paye , budget ect. ???
Répondre
Pierre
Il y a 120 jours
Je crois surtout que beaucoup ne se rendent pas compte de l'ampleur et de la gravité de la situation ! Et que beaucoup trop d'organismes (et d'entreprises devenues institutions) sont sur-dimensionnées et pas assez productives/efficaces par rapport au nombre d'exploitations qui a fortement diminué.
Répondre
prudence
Il y a 120 jours
la passion ,c'est de vivre de son métier ,sinon c'est la désilusion !
Répondre