Echanges commerciaux en 2013Les produits laitiers et carnés pèsent sur l'excédent agroalimentaire

| par | Terre-net Média

Tous produits confondus, l'excédent des échanges agroalimentaires français atteint 11,6 milliards d'euros. L'analyse des chiffres révèle cependant de moindres performances pour les filières animales.

Contribution de l'agroalimentaire à la balance commerciale de la FranceContribution de l'agroalimentaire à la balance commerciale de la France. (©Ministère de l'agriculture. )« Avec une progression de 3,3 % et une consolidation de son solde positif à 11,6 milliards d’euros (Mds d’€) en 2013, l’agroalimentaire représente aujourd’hui le secteur qui a le plus contribué au redressement du déficit commercial de la France », se réjouissent dans un communiqué commun les ministères de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire.

La hausse de l’excédent commercial avec les pays tiers (hors Union Européenne) traduit les « premiers résultats très encourageants de la stratégie de développement à l’exportation sur tous les marchés émergents, notamment l’Asie et l’Amérique latine, stratégie de "diplomatie économique" menée en collaboration étroite avec les ministères des Affaires étrangères et du Commerce extérieur ».

Moindres performances pour les filières animales

Ceci dit, tous produits confondus, l’excédent commercial avec l’Union européenne (5,5 Mds d’€) diminue de 362 M€ par rapport à 2012. L’analyse des chiffres du commerce extérieur révèle de moindres performances pour l’ensemble des filières animales, aussi bien en vifs qu’en produits transformés.

Selon une étude du ministère de l’Agriculture, « les ventes de bovins vivants diminuent de 161 millions  d’euros, du fait de l’arrêt des envois vers la Turquie et d’une baisse vers l’Italie ».

Les exportations de produits laitiers (6,59 Mds d’€) augmentent de 232 millions d’euros (M€), du fait des ventes vers la Chine, le Royaume-Uni et la Russie. Mais les achats de produits laitiers croissent plus vite de 353 M€, notamment sous l’effet de la hausse des prix. Les achats de viandes, notamment porcines et les préparations, augmentent (+ 122 M€ au total).

La signature "Viande de France" pourrait mieux identifier les produits issus d’animaux nés, élevés, abattus et transformés en France aussi bien sur le territoire national qu’à l’export.

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article