ChineLes parents inquiets se ruent sur les poudres de lait infantile importées

| par | Terre-net Média

Année après année, le déficit de produits laitiers se creuse en Chine, la demande croissant plus rapidement que l'offre. Au pays de l'enfant unique, les consommateurs ont peu confiance dans la qualité sanitaire de la production laitière nationale.

 

Production laitière chine nombre de vaches
La Chine est le premier pays importateur de produits laitiers (près de 7 millions de tonnes en 2012), derrière la Russie et l’Algérie. Elle a importé pour 4,5 milliards de produits laitiers en 2012, en hausse de 23 % par rapport à 2011. Cela ne représente que 4 % de ses importations agricoles et agroalimentaires en valeur. (© Idele)

« Les touristes chinois rapportent des boîtes de poudre de lait pour nourrissons dans leurs valises et les étudiants chinois en Europe en envoient à leur famille par colis ! », raconte Jean-Marc Chaumet de l’Institut de l’élevage. En effet, les parents chinois ont été fortement impactés par le scandale de la mélamine dans le lait en 2008. Introduite par des intermédiaires, la mélamine permet de masquer le faible taux protéique du lait lorsqu’il est coupé avec l’eau. D’après le ministère de la santé chinois, durant l’automne 2008, presque 300.000 enfants sont tombés malades et six sont morts à la suite de la consommation de ce lait en poudre frelaté.

« Malgré les campagne de lutte contre l’insécurité alimentaire, les scandales sanitaires persistent en Chine, assure Jean-Marc Chaumet. 2.000 tonnes de lait infantile à la mélamine ont encore été saisies en 2011. L’an dernier, des quantités anormales de mercure ou d’aflatoxine (cancérigène) ont été trouvées dans le lait en poudre. »

1 milliard de dollars de lait infantile importé

 

La Chine importe 450.000 tonnes de foin américain

Avec un prix du lait autour de 0,40 €/l, la production laitière chinoise progresse de 6 % par an (33,8 millions de tonnes en 2012) mais n’a pas atteint son niveau de 2007, avant la crise de la mélamine (36 Mt).

Le nombre de vaches, estimé à 8 millions de tête, progresse de 5 %. En 2012, près de 128.000 vaches et génisses ont été importées d’Australie, de Nouvelle-Zélande et d’Uruguay, soit une hausse de 30 % par an.
Les gros troupeaux laitiers se multiplient et aujourd’hui un tiers des vaches chinoises appartiennent à un troupeau de plus de 100 VL.

Plus étonnant, la Chine a importé 450.000 tonnes de foin en 2012 en provenance des Etats-Unis. « Les grands troupeaux se sont implantés vers les côtes, proches des grandes métropoles. Mais ces élevages manquent de fourrages. Il est plus simple d’importer du fourrage de bonne qualité par bateaux que de le transporter sur des milliers de kilomètres à travers les routes du pays », explique Jean-Marc Chaumet.

La méfiance des consommateurs chinois envers leur fabrication nationale de préparations pour nourrissons a entraîné des importations pour environ 1 milliard de dollars. En l’espace de 10 ans, les importations chinoises de ces produits ont été multipliées par 10 et dépassent les 90.000 tonnes en 2012, issues essentiellement de Nouvelle-Zélande.

« Le marché intérieur des poudres de lait infantile est estimé à 5 milliards de dollars et quatre marques étrangères captent près de la moitié des parts de marché : Mead Johnson, Dumex, Wyeth et Abbott, indique l’économiste de l’Institut de l’élevage. Afin de faciliter les importations, la Chine vient de baiser les droits de douanes pour 2013 sur les poudres de lait infantile de 20 à 5 %. Mais ces mesures ne suffiront sans doute pas à satisfaire les parents chinois qui cherchent par tous les moyens à se procurer du lait pour leur enfant. Hong-Kong, dont les droits de douanes sont minimes, a même été confronté à une pénurie d’envergure qui a conduit les autorités à prendre des mesure drastiques (limitation du poids des bagages, pas plus de deux boîtes de lait par personne,…) pour maintenir des quantités de lait infantile sur son territoire et stopper les trafics vers la Chine continentale. »

La haut de gamme a la côte

De même, les importations des autres produits laitiers sont en hausse constante. La Nouvelle-Zélande demeure le fournisseur majeur de la Chine et ses parts de marché progressent : 96 % pour la poudre grasse, 63 % pour la poudre maigre, 90 % du beurre et 36 % du fromage. L’Union européenne représente 43 % des importations de poudre de lactosérum, derrière les Etats-Unis (46 %).

Traditionnellement, les Chinois mangent peu de produits laitiers : 30 litres par an par habitant en moyenne, alors qu’un Français en consomme dix fois plus. Néanmoins, la « mondialisation gastronomique » crée de nouvelles habitudes de consommations avec, par exemple, l’introduction des hamburgers ou des pizzas qui contiennent du fromage bas de gamme. « Par ailleurs, les produits chers et haut de gamme comme les yaourts ou le lait liquide non reconstitué à partir de lait en poudre, connaissent une croissance fulgurante, de plus de 134 % en 2012 ! »

lait infantile chine

D’après le ministère de la santé chinois, 30 % seulement des mères choisissent l’allaitement maternel comme seule source de nourriture des nourrissons. Les vastes campagnes de publicité des marques d’aliments pour nourrissons pousseraient les parents à acheter du lait en poudre.  (© Idele)



N.B : Source : Institut de l'élevage. Marchés mondiaux des produits laitiers en 2012. Idele_Chine N°5

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article