Au Space 2017Les métiers de l'agriculture recrutent

| par Cécile Julien | Terre-net Média

Le Space est aussi l'occasion pour des recruteurs et des personnes à la recherche d'un nouveau poste de se rencontrer. Lors de son job dating, l'Apecita proposera 200 postes dans 37 entreprises du secteur agricole.

Jobdating au Space 2017200 postes sont à pourvoir lors du job dating de l'Apecita. (©Cécile Julien)

Avec 15 minutes pour convaincre, un job dating est une première rencontre rapide entre un candidat et un employeur. Depuis sept ans, l’Apecita, spécialiste de l’emploi et du recrutement en agriculture et agroalimentaire, organise de tels job datings.

Cette année, 37 entreprises proposent 200 postes et plus de 300 rendez-vous sont prévus. « Le job dating est une première étape, explique Nathalie Riou, de l’Apecita Bretagne. Elle permet au recruteur de voir quels sont les profils intéressants, les personnes motivées, pour le poste qu’il a à pouvoir. Après cette première rencontre, des entretiens plus conventionnels permettront de poursuivre la procédure de recrutement ».

Côté entreprises comme candidats, le Space est le lieu idéal pour une première rencontre. Les entreprises peuvent voir un maximum de candidats sur une journée pendant ce salon qui draine plus de 100.000 visiteurs. Les candidats qui peuvent aussi avoir plusieurs entrevues et compléter leur recherche d’emploi en rencontrant des exposants. Bonne nouvelle, chaque année, le job dating du Space débouche sur de nombreuses embauches.

Avoir la sensibilité agricole

200 postes à pouvoir, cela peut sembler énorme face à la conjoncture agricole. « Si on a connu un creux dans les recrutements en 2016, le nombre d’offres est reparti à la hausse cette année, analyse Annie Jestin, responsable de l’Apecita en Bretagne. Les entreprises se développent, ont besoin de nouvelles compétences. Le monde agricole recrute dans la plupart de ses métiers, de la production jusqu’à la transformation. Il y a toujours des postes mais avec des exigences qui augmentent. Là où on embauchait à Bac + 2, désormais c’est un niveau Bac + 3 qui est demandé ».

Certains secteurs ont toujours du mal à trouver leurs futurs collaborateurs. « Il y a toujours des postes qui sont plus difficiles à pourvoir, note Annie Jestin. Par exemple, les fonctions support, comme des comptables ou des juristes. Les recruteurs recherchent des profils avec une connaissance du monde agricole, en plus de leur formation universitaire ».

De même dans ces secteurs en développement, comme le bio, les nouvelles technologies ou le photovoltaïque, où il n’y a pas encore de formation ou suffisamment de jeunes à sortir de formation pour répondre aux besoins. « En production, ce sont toujours les filières porcine et avicole, qui embauchent mais ont du mal à trouver », relaie Annie Jestin.

Pour suivre toute l'actualité du Space, cliquez sur Space 2017.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


Patrick
Il y a 60 jours
c'est clair le modèle Breton et ensuite l'agro alimentaire de la France, un des premiers employeurs de France mais nous devons pouvoir nous permettre cela car cela n'inquiète ni nos dirigeants, ni La Fnsea ou les JA
Répondre
vik
Il y a 66 jours
C grave
Répondre