Paroles de lecteursTouchés par le poème de Charles Henry, diffusé sur Facebook

| par | Terre-net Média

Le poème de Charles Henry, qui va arrêter le lait, est aussi viral sur Web-agri que sur Facebook vu le nombre de commentaires ! Beaucoup de lecteurs soutiennent l'éleveur et son initiative, et déplorent qu'il ne soit malheureusement pas le seul en situation difficile. Et si le problème n'était pas qu'économique, avancent d'autres...

paroles de lecteurs poeme sur facebook d un eleveur arretant le lait « Ce jeune fait preuve d'une belle lucidité. Combien sont la tête dans le guidon et continuent jusqu'au point de rupture ? », déplore Steph72. (©Charles Henry//Création Terre-net Média) 

Tintin : « Cela fait toujours mal de voir un jeune arrêter la production laitière. Combien de producteurs souffrent sur leur exploitation sept jours sur sept sans trouver de solutions ? Charles Henry, tu vas rebondir et pouvoir profiter de la vie ! Petite remarque en passant : si tu as monté ton projet d'atelier lait avec ton comptable, mieux vaut en changer rapidement... »

« Une belle leçon de courage », « y en a marre de travailler à perte » !

Alain : « Félicitation, Charles Henry, pour ton poème et ta décision courageuse. Malheureusement, tu n'es pas le seul dans ce cas. J'espère qu'un jour, les laiteries souffriront autant que nous, voire plus. Dans 10 ans, plus aucun jeune ne voudra produire du lait. Travailler à perte, y en a marre ! Quelle profession résisterait comme le faisons depuis des années ? Qui accepterait un revenu négatif pendant quatre ans ? »

Steph72 :  « M. Rouyer du Cniel devrait lire ce poème. À force d'annoncer une remontée imminente du prix du lait, qui ne vient jamais, les jeunes ne s'installeront plus et les éleveurs en place risquent de se décourager et d'arrêter la production laitière. »

Moty : « Bravo, je trouve ce poème remarquable et en tant que bénévole accompagnant les agriculteurs en situation difficile, je te remercie, Charles Henry, pour cette belle leçon de courage, car il est toujours difficile d'exprimer son échec. Et merci à Web-agri pour son ouverture. La plupart des médias agricoles ne font pas leur travail correctement. En effet, ils nous parlent, en permanence, des plus grosses machines, des bâtiments les plus grands, des robots, etc. et beaucoup plus rarement des difficultés ou des dysfonctionnements. L'éleveur se retrouve souvent seul face à ses problèmes. »

« À quoi bon doubler la production... pour ne rien gagner ! »

Steph72 : « Ce jeune fait preuve d'une belle lucidité. Combien sont la tête dans le guidon et continuent jusqu'au point de rupture ? À quoi bon doubler la production et réaliser d'énormes investissements pour, au final, ne rien gagner ? »

Tell14 : « Si certains jeunes cherchent à agrandir leur ferme plus que de raison, il ne faut pas les accabler, mais plutôt se demander pourquoi et comment ils sont tombés dans ce piège. Je connais un élevage (...) où Sodiaal a proposé, à l'éleveur et à son fils en cours d'installation, de multiplier les volumes produits par deux et de supprimer le pâturage. Heureusement, le comptable a fait son boulot et les exploitants ont refusé. La morale de l'histoire : ne jamais faire confiance à une coopérative !! »

Retrouvez le Paroles de lecteurs sur Sodiaal et Lactalis, réalisé après la diffusion de l'émission Cash Investigation, qui leur a été consacrée en janvier dernier : Les langues des éleveurs se délient face au silence de Lactalis et Sodiaal

Titian : « Le piège tendu aux jeunes, à grand renfort de rêves de grandeur, est archi connu. Une chose très positive mérite d'être notée : les nouvelles générations s'y accrochent beaucoup moins par orgueil malvenu. »

Encore la faute des coops ! comme des chambres, centres de gestion, banques, syndicats...

Débutant : « Et oui, Charles Henry a appliqué le discours des coops et voilà le résultat ! »

Jonathan : « Je suis à la fois triste et en colère. On peut une nouvelle fois féliciter la chambre d'agriculture, le centre de gestion, les banques... qui sont là soi-disant pour nous aider mais ne savent pas ce qu'est le métier d'éleveur laitier. Ils n'ont aucune idée des longues journées de travail, 365 jours sur 365, pour ne dégager aucun revenu. Voilà ce qu'on subit au quotidien. Eux, ils sont à l'abri dans leur bureau, chauffé l'hiver et climatisé l'été. Ils commencent à 8 h et finissent à 17 h, avec vacances, des RTT... Bref, tout ça me dégoûte !! »

Steph42 : « L'asservissement, ça suffit. Il faut plus d'argent pour les producteurs et moins pour les industriels et les GMS qui se gavent sur notre dos ! Notre syndicat majoritaire pousse aussi dans ce sens : "être gros pour être plus compétitif" ! »

Patou : « Le gouvernement veut repousser la loi Égalim au printemps. Allons-nous rester 10 ans de plus à faire la variable d'ajustement ? (...) Cela ne peut plus durer, il faut réagir ! On ne va pas rester les bras croisés à attendre que tout le monde ait sa part du gâteau alors que nous, éleveurs, n'aurons même pas les miettes ! D'autant que dans certaines situations, on ne peut faire que de l'élevage. On n'a pas tous la chance de pouvoir mettre des céréales partout ! »

Steph72 : « Ce n'est pas au consommateur qu'il faut s'attaquer mais aux intermédiaires. Pour rappel, sur 100 € de produits alimentaires, seulement 6,5 € reviennent aux agriculteurs. Donc, il y a bien un problème de répartition des marges. Les acteurs de l'amont de la filière augmentent leurs tarifs alors qu'ils savent très bien que les éleveurs ont du mal à vivre de leur travail. À eux de faire des efforts ! Quand on voit les salaires des dirigeants et cadres, il y a certainement des économies à faire... »

Jonathan : « Bien d'accord avec toi, Steph72. »

Pas qu'un problème économique... mais de charge de travail 

Bonarien : « Ce jeune incarne l'image de l'éleveur laitier qui veut aller de l'avant et ce qui lui arrive est très triste. Mais pardonnez-moi, il me semble qu'il y a quelque chose qui cloche : 180 ha au niveau travail (je ne parle pas d'argent), ce n'était pas tenable. Peut-être avait-il un salarié ? Je n'en sais rien. Bon courage en tout cas, Charles. (...) »

Un article à propos du travail en élevage laitier : « J'ai décidé de gagner du temps »

Oups : « Moi aussi, je ne comprends pas tout. Entre les vaches laitières, les cultures et le parc à gérer, il doit y avoir beaucoup de boulot, voire trop... »

Steph72 : « Combien de fois entend-on : "il faut diluer les charges de structure, s'agrandir, investir". Mais jamais ne sont évoqués la qualité de vie, les systèmes économes qui font vivre (souvent mieux) avec moins de volume, etc. »

Chrislait : « Tu parles, diluer les charges en augmentant le volume, l'arnaque !!! »

Charly Gaugau : « Moi, j'ai vécu, assez bien ma foi, pendant de nombreuses années avec 60 000 l de quotas. »

« À chacun, sa façon d'exercer son métier d'agriculteur »

Lumat : « Je viens de lire certains de vos commentaires et ils sont à l'image de ce qu'il se passe en France en ce moment. Vous n'avez pas encore compris qu'il faut arrêter d'opposer les gens et les systèmes, les "petits et les "gros", les bio et les conventionnels... Il y a des gens heureux dans tous les modes de productio et des malheureux également !! Des entreprenants et d'autres moins... Chacun doit trouver sa place et la façon de faire son métier d'agriculteur. Le problème n'est pas qu'économique et financier, il est aussi social : image des agriculteurs auprès du grand public, mode de vie "décalé" par rapport au reste de la société, place de l'alimentation dans le panier des Français, etc. Par ailleurs, on n'achète pas forcément un robot de traite par folie des grandeurs. Moi, je vais investir pour me préserver physiquement et améliorer ma qualité de vie. Et si demain, ma situation financière se dégrade, je ne dirais pas : "c'est de la faute du vendeur, du centre de gestion, du banquier, de la coop, de la chambre d'agriculture" mais plutôt, comme c'est très justement dit dans le poème, des consommateurs qui ne se rendent pas compte que la France a la première agriculture du monde en termes de qualité. Au lieu de tous se regarder en chien de faïence, ce serait plus constructif de transmettre cette idée-là ! Il s'agit d'un problème plus large de reconnaissance de la valeur de ce qu'on produit. Quand les consommateurs feront-ils attention à ce qu'ils mangent plutôt qu'à la dernière "chinoiserie" à la mode ? Je suis complètement dépitée par leur incohérence : il veulent du lait de pâturage mais sans bouses sur la route, du bio mais on se fait insulter quand on épand du fumier ou du lisier... En plus, nous sommes filmés à notre insu pour une diffusion sur les réseaux avec des commentaires haineux... Cette injustice me mine car même si nous ne sommes pas en bio, nous avons une vraie conscience écologique ! Les agriculteurs ne doivent pas perdre une occasion de prêcher la bonne parole, c'est comme ça que les choses changeront petit à petit. Mais j'avoue que c'est usant de toujours se justifier. »

Man : « Très bien parlé Lumat. Je suis entièrement d'accord avec toi. »

Sur sa chaîne Youtube, Étienne, éleveur, défend l'élevage contre l'agribashing

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


Debout
Il y a 5 jours
J'ai aussi arrêté la production laitière cette année. C'est incontournable tant l environnement social politique et forcément économique n'est plus du tout en adéquation avec la réalité. Le drame se rajoute au drame pour ceux qui veulent arrêter les animaux sont quasi invendables même avec de la génétique il n'y a plus de trésorerie dans les exploitations, les banques ne financent plus la production laitière etc... Les laiteries redonnent des volumes supplémentaires... Pourquoi ? Il paraît que c'est la sécheresse ???? Les producteurs font aujourd'hui avec ce qu'ils ont et ne cherchent plus forcément l augmentation.. Filière en réel danger pour la France..
Celui qui cesse aujourd'hui vends son cheptel à perte et son volume lait récupéré gratis par la laiterie... Lamentable tout ce gâchis...
Une autre parenthèse l état ne soutient plus financièrement SOS paysans pour suivre les agriculteurs en difficulté une vraie fuite en avant et du déni des politiques du grand malaise dans le monde agricole... La seule réponse de Macron... Agriculteurs regrouper vous....???
Il s en fou... Il est là pour mettre le pays à plat la finance à la finance pour but une pyramide mondiale financière en depouillant les citoyens......
Répondre