[Cap Climat] Pascal et Nathalie (56)« Les haies offrent de l'ombre et un fourrage supplémentaire aux vaches l'été »

| par | Terre-net Média

Pascal Gapihan et Nathalie Chamaillard, éleveurs à Ruffiac dans le Morbihan, ont implanté 1,5 km de haies sur leur exploitation. Une décision qui présente plusieurs bénéfices : augmentation de la biodiversité, ombrage et fourrage supplémentaire pour les vaches l'été, limitation de l'érosion... Leur témoignage est issu du recueil Cap Climat où plusieurs éleveurs présentent leurs pratiques pour s'adapter aux aléas climatiques et atténuer l'impact de leur système sur le changement climatique.

Pascal Gapihan et Nathalie ChamaillardPascal Gapihan et Nathalie Chamaillard sont éleveurs laitiers en bio à Ruffiac dans le Morbihan. (©Gab56)

Chiffres-clés de la ferme :
  • Installation en 1990 pour Pascal et 2018 pour Nathalie
  • 2 UTH (Pascal et Nathalie)
  • 38 vaches laitières en agriculture biologique : vaches laitières en races prim’holstein, montbéliarde et croisée jersiais/danois
  • 214 000 l/an : 5 300 l/vache 
  • 38 ha de SAU : 33 ha de prairies, 3 ha de maïs, 2 ha de mélanges céréaliers
  • Débouchés : laiterie

« Nous avons implanté 1,5 km de haies avec les aides CTE en 2001 grâce au financement et à l’accompagnement du Bassin Versant de l’Oust. Une entreprise est venue installer les bâches. Nous avons choisi nos arbres parmi une dizaine d’essences, puis nous avons planté les jeunes plants nous-mêmes.

Un an après l’implantation, nous avons eu une formation pour l’entretien des haies et la taille. L’entretien nécessite une taille au lamier tous les cinq ans que nous finançons grâce à une aide « MAE bocage ». Avec ces aides, les investissements financiers n’ont pas été très lourds, c’est plus le temps de travail qui est important, surtout les premières années.

Nous avons essayé de valoriser les tailles en bois raméal fragmenté (BRF) pour l’utiliser en paillage aux pieds des arbres et pour les vaches, mais ça ne nous a pas convaincus : trop coûteux et énergivore pour notre taille de ferme.

Les haies redessinent le paysage de la ferme, surtout sur une commune comme la nôtre, qui a été à l’époque « pionnière » dans le remembrement. Ça limite le ruissellement, donne de l’ombre et du fourrage aux vaches l’été et favorise la biodiversité… Pourquoi s’en priver ? »

>>> Intérêts de la pratique :

  • Augmenter la biodiversité en bordure de parcelles
  • Proposer un ombrage aux animaux
  • Fournir un fourrage supplémentaire 
  • Faire écran aux vents
  • Lutter contre l'érosion 
  • Contribuer à la qualité des eaux 
  • Stocker du carbone 
  • Produire du bois
Cap Climat (©Cap Climat)
Dans le cadre de Cap Climat, programme mis en place par le réseau Gab-Frab de Bretagne avec le groupe Yves Rocher et l'Ademe, quinze éleveurs bovins bretons ont réfléchi aux pratiques d'adaptation des élevages face aux aléas climatiques.
Retrouvez l'ensemble des témoignages d'éleveurs dans la publication Cap Climat.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 3 RÉACTIONS


hub
Il y a 106 jours
214000 l pour 2 UTH ! Eh ben c'est pas avec ca qu'on va nourrir la planete, bientot la famine, la pénurie, les tickets de rationnement avec ces écolos-bobos-gauchos....Ils ont meme pas de robot, c'est nul ! ;p)
Répondre
LBT
Il y a 100 jours
Fermes industrielles endettées et non autonome inversement non rentables et physiquement épuisantes à terme...
Répondre
La chouette
Il y a 107 jours
Ça nous change des fermes laitières industrielles intégrées !
Félicitations aux éleveurs. Merci .
Répondre