Vu sur YoutubeLes fermes laitières recrutent !

| par | Terre-net Média

Grâce au salariat, des perspectives d'emploi existent en productions animales, laitière en particulier. D'autant qu'avec les évolutions qui se profilent pour l'élevage français, la main-d'œuvre va devenir un enjeu majeur.

Cliquez sur la flèche pour lancer la vidéo

Le salariat, une solution face à la charge de travail en élevage, souvent lourde, mais aussi une alternative quand on ne peut pas s'installer, voire un tremplin avant de reprendre sa propre exploitation : tel est le message que veut promouvoir la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) au travers de différentes actions, en particulier lors des salons. Le syndicat a même publié une vidéo sur Youtube pour toucher un large public, notamment les jeunes en formation agricole.

« Le besoin de main-d'œuvre est l'une des particularités des productions animales », explique Daniel Perrin, trésorier. Selon lui, elle est au cœur des évolutions actuelles et futures de l'élevage laitier et plutôt que de pratiquer la « politique de l'autruche », mieux vaut travailler et communiquer sur ce sujet.

En 2018, 25 % des élevages laitiers emploient un ou plusieurs salariés, contre seulement 3 % en 2000. 

Le responsable syndical voit deux enjeux majeurs pour les années à venir : « former les chefs d'exploitations, qui ne sont pas forcément habitués à manager, et trouver des salariés compétents et passionnés ». « Il faut leur expliquer que le salariat peut être une étape transitoire pour pouvoir s'installer, plus tard, sur une autre ferme ou, si le courant passe bien, s'associer avec son ex-patron ou encore reprendre son élevage s'il part à la retraite. »

Pour André Bonnard, secrétaire général de la FNPL, le salariat en productions animales permet de maintenir des exploitations qui, si elles s'écartent un peu du modèle familial classique, restent à taille humaine et sont donc plus faciles à transmettre. « Elles correspondent également à ce que souhaitent aujourd'hui les consommateurs, qui réprouvent de plus en plus les grosses structures. » 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 3 RÉACTIONS


vik
Il y a 20 jours
Normal c'est des fermes usine un salarié = mort 2/3 exploitations familiales et s'il vous plait avec une agriculture très raisonnée. Et pour info il me faudrait 2 salariés pour me remplacer . Là haut ils ont toujours pas compris pour une moyenne de 80000e par an, a 0,31ct le prix du litre de lait pour info 1996 2,10ct Donc pour faire face = les 1000 vaches
Répondre
David
Il y a 26 jours
Marges de prod
Répondre
laiturgie
Il y a 27 jours
il faudrait déjà que les fermes , arrivent à couvrir leur coùt de production !,,,,,,,,
et ensuite , qu'elles aient une bonne marge pour faire des reserves pour renouvellement matérielle , et ensuite une marge pour financer un salarié !
SVP , merci Mr le ministre ! ,,,,,,,,
Répondre