Dossier Retour au dossier Prix du lait

[Série spéciale] La Suède laitièreUn prix du lait parmi les plus élevés d'Europe

| par | Terre-net Média

Pays laitier parmi les plus septentrionaux au monde, le royaume de Suède serait en capacité d'accroître son potentiel de production dans les années à venir. Dans ce pays écologiste et avant-gardiste en matière de bien-être animal, les éleveurs ont l'obligation de faire pâturer leurs vaches et l'alimentation Ogm y est proscrite.

Bâtiment vaches laitières SuèdeLes stabulations, souvent hautes et larges, ont des toits isolés pour maintenir une température de 10°C à l'intérieur. (©Terre-net Média) 

Avec un peu moins de 5.000 éleveurs laitiers, la Suède est loin de peser parmi les poids lourds des pays européens producteurs de lait ; le quota national avoisine les 3,3 milliards de litres, soit sept à huit fois moins que la France (24,2 milliards) ou que l’Allemagne (28,2 milliards). Comme la France, la Suède ne réalise pas son quota national. Sur la campagne 2011-2012, le pays n’a produit que 2,86 milliards de litres, soit 79 % de l’objectif alloué par Bruxelles. Une tendance à la baisse qui s’est accélérée durant ces dix dernières années.

Plus de 400 € les 1.000 litres

Pourtant, la Suède présente l’un des prix du lait les plus élevés d’Europe - avec l'Italie et la Grèce - grâce notamment à sa forte consommation intérieure. Le prix de base (TB 42, TA 34) payé aux producteurs atteint les 430 €/t en février 2014 (3,8 couronnes suédoises SEK/kg de lait), il tournait aux alentours de 380 €/t en 2012 (3,27 SEK/kg) et est descendu à 266 €/t (2,90 SEK/kg) durant la crise du lait en 2009, soit 50 à 60 euros de plus que les éleveurs bretons à la même époque.

Rouge suèdoiseLa Rouge suédoise est la race la plus utilisée.(©Tnm)

La coopérative danoise Arla Food jouit d’un quasi-monopole dans les pays scandinaves, elle collecte les trois quarts du lait suédois. Les 9,6 millions de Suédois, dont 2 millions habitent dans l’agglomération de Stockholm, sont les rois de la consommation de lait frais (92 litres/habitant/an), et non de lait Uht comme il est d’usage en France. En 2012, le lait à boire et les produits frais représentent 43 % de la production suédoise (contre 24 % en France), le fromage 30 %, la poudre de lait 20 % et 6 % pour le beurre et autres matières grasses.

12,5 % de lait bio

Selon l’European Dairy Farmer (Edf), la Suède présenterait un réel potentiel pour accroître sa production après 2015. Troisième plus grands pays d’Europe en superficie, le royaume dispose d'une faible densité de population et 69 % de son territoire est couvert de forêts. L’eau et les terres ne semblent donc pas constituer des facteurs trop limitants pour augmenter la production laitière, et les outils industriels agroalimentaires pourraient y être développés. Mais les éleveurs suédois souhaitent-ils vraiment accroître leur production ? La réponse après 2015.

Attachés à la préservation de l’environnement, les Suédois sont également d’importants consommateurs de lait bio. La production laitière biologique a doublé depuis 2007, pour atteindre 12,5 % du lait suédois en 2012.

De l’herbe, des céréales, mais pas de soja Ogm

La production laitière est concentrée dans la partie sud de la Suède, en dessous de Stockholm, où l’herbe et les céréales poussent convenablement à la belle saison, aidées par des journées de 19 heures d’ensoleillement au mois de juin. Faute de températures suffisantes, la culture du maïs fourrage reste toutefois assez limitée. L’alimentation du troupeau est donc principalement basée sur l’herbe ensilée et pâturée avec une forte complémentation en céréales, dépassant souvent les 10 kilos par vache et par jour. Par ailleurs, la Suède interdit l’import d’aliments du bétail issus de cultures génétiquement modifiées. Les éleveurs doivent donc acheter ou cultiver des protéines végétales non Ogm.

Brossage et pâturage obligatoires

Brosse à vaches DelavalUne brosse pour 50 vaches. (©Tnm)

Les pays scandinaves sont particulièrement attachés au bien-être animal. La loi suédoise oblige les éleveurs à installer une brosse automatique pour 50 vaches en bâtiment. De même, les animaux doivent obligatoirement sortir pâturer au moins quatre mois par an. Une loi qui pourrait peut être un jour gagner toute l’Europe. Cependant, les stabulations suédoises sont optimisées pour y loger un maximum de vaches et encore un bon tiers des étables sont en système entravé. Une raison à cela : le coût élevé des bâtiments dont le toit doit être isolé du froid.

En moyenne, les fermes laitières comptent environ 300 ha, dont la moitié en herbe et en cultures et l’autre moitié en bois. Ces hectares de forêts servent d’ailleurs souvent d’hypothèques lorsque les banques rechignent à prêter de l’argent pour de nouveaux investissements.

Le coût du travail favorise la robotisation

Comme partout, la taille des cheptels augmente. L’exploitation moyenne compte 70 vaches laitières, avec parfois un atelier de taurillons. 20 % des élevages ont plus de 100 vaches, mais contrairement à l’Allemagne ou à certains pays de l’Est, les très gros élevages ne sont pas monnaie courante. Les structures sont très majoritairement familiales avec peu d’employés. En effet, le coût du travail en Suède est le plus élevé de l’Union européenne : 42,89 € de l’heure dans l’industrie (Q3 2013) tandis qu’il est de 29,06 €/h en moyenne dans la zone euro et de 35,47 €/h en France. Fortement corrélé au coût du travail, le marché du robot de traite – le constructeur suédois Delaval en tête - a donc été très dynamique ces dernières années, bien que la crise et la frilosité des banques aient un peu refroidi l’engouement pour la robotisation. On estime à plus d’un tiers la part des fermes équipées d‘un robot de traite.

En Suède le prix du lait est l’un des plus élevés d’Europe Andreas produit 1,4 ML avec deux robots de traite et un d’alimentation Le Herd Navigator a changé le métier de la famille Andersson Dans sa ferme expérimentale, Delaval teste ses nouvelles technologies de traite Lait bio intensif et robots de traite font très bon ménage chez les Jakobsson La Rouge suédoise, une race intéressante en pure ou en croisement
Rejoignez le Club prix du lait
N.B : Sources : - European dairy farmer - Lrf : Federation of swedish farmers

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article