AbattoirLe groupe Bigard va embaucher 650 personnes en CDI d'ici fin 2020

| AFP

Le groupe Bigard, numéro un français de la viande, a annoncé vendredi l'embauche de 650 personnes en CDI d'ici la fin de l'année malgré « un contexte économique et social difficile ».

« On a maintenu les engagements du groupe Bigard à savoir 650 embauches d'ici la fin de l'année », a indiqué à l'AFP Benjamin Castel, directeur général adjoint du groupe basé à Quimperlé (Finistère). L'entreprise prévoit d'embaucher à compter de septembre 150 alternants, ainsi que 500 autres personnes, également en CDI, d'ici la fin de l'année, « essentiellement sur des emplois d'opérateurs de production », a précisé monsieur Castel.

« Nous avons peu de turnover dans le groupe, mais 200 et 300 départs à la retraite tous les ans et comme nous sommes sur des emplois à fort savoir-faire. Former un désosseur, c'est entre deux et trois ans, on ne veut pas avoir une année blanche avec des répercussions sur 2022 ou 2023 », a-t-il expliqué.

Ces embauches interviendront sur l'ensemble des 55 établissements, dont 28 abattoirs, que compte le groupe en France.

Celui-ci va en outre verser à 11 000 de ses 14 000 salariés « une prime d'engagement alors qu'ils ont continué à travailler quand la France était complètement à l'arrêt », a ajouté le dirigeant, assurant que « toutes les mesures barrière » avaient été mises en place pendant la période de confinement. La prime s'élève à un peu plus de 300 euros en moyenne par salarié.

« Nous avons également pris des engagements de non recours à l'activité partielle en 2020 », a ajouté Benjamin Castel. Le groupe familial (4,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires) détient trois marques leader, Bigard, Charal et Socopa.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 5 RÉACTIONS


Grochat
Il y a 97 jours
Va bien falloir embaucher dans les abattoirs pour transformer toutes
ces têtes de bétail par manque de
trésorerie ou à cause des abandons de l'élevage.
Je connais pas mal d'agris qui a l'heure de la retraite liquident leur troupeau, mettent leur ferme à leur conjoint(e) ou à leurs descendants, comme ça ils perçoivent leur aumône de la msa tout en restant maître de leur patrimoine.
La faute à une réglementation du fermage abusive et bien-sûr à un manque abyssal de prix rémunérateur.....
Répondre
Jonathan
Il y a 99 jours
Bien d'accord avec OLMER ne plus payer aucun fournisseurs
Répondre
Olmer
Il y a 100 jours
Abatteurs, coops,banques,cer etcs sont les cancers de l agriculture.
ON VEUT DES PRIX RÉMUNÉRATEURS.
ARRÊTONS DE PAYER NOS FOURNISSEURS !!!!
Répondre
Jeuneagri
Il y a 100 jours
Mr castel roule en C15 aussi ??? Bravo pour la poudre aux yeux ! C'est quoi la contrepartie, baisse des prix ???
Répondre
titi
Il y a 100 jours
650 emploies bien mais combien d agriculteur en faillite pour ce meme groupe. pas grave quand un agriculteur est en faillite l etat n a meme pas de chomage a payer cela doit bien aranger notre chere ministre de l agriculteur qui ne pense qua faire baisser les prix des denrees alimentaire francaise
Répondre