Déficit de production d'herbeLa situation dans de nombreuses régions devient dramatique

| par | Terre-net Média

Le deuxième épisode caniculaire fin juillet suivi de faibles précipitations en août ont accentué le déficit de production cumulée des prairies permanentes. Au 20 août, plus des deux tiers des régions fourragères sont maintenant déficitaires.

Charrin, village de la Nièvre, sous les affres de la sécheresse.Charrin, village de la Nièvre, sous les affres de la sécheresse. (©@StphAurousseau) 

Au 20 août 2019, la pousse cumulée des prairies permanentes au niveau national s’est encore dégradée encore par rapport au mois précédent. Elle est désormais inférieure de 18 % à la pousse de référence, à la même période. L’indicateur de rendement Isop (1) s’établit ainsi à 82 %, selon une note de conjoncture du service statistique du ministère de l’agriculture. La part de pousse réalisée au 20 août n’a atteint que 68 % de la pousse annuelle de référence contre 83 % habituellement (référence 1982-2009).

Carte de l'indicateur de rendement des prairies permanentes, par régions fourragères, au 20 août 2019 Carte de l'indicateur de rendement des prairies permanentes, par régions fourragères, au 20 août 2019 (©Agreste)
En rouge: Déficit important -  75% et moins ;
En orange: Déficit faible -  de plus de 75% à 90% ;
En vert clair: Normale - de plus de 90% à 110% ;
En vert foncé: Excédent - plus de 110%.

Résultat : Plus des deux tiers des régions fourragères sont déficitaires : 44 % présentent un déficit faible (indicateur de rendement compris entre 75 % et 90 %), dont la Normandie, les Hauts de France et le Grand Est, qui rejoignent cette catégorie.

23 % des régions fourragères sont en déficit important (indicateur de rendement < 75 %) soit une progression de deux points par rapport au mois précédent.

La région Auvergne Rhône Alpes reste la plus affectée par les conditions climatiques de la période : sa pousse cumulée au 20 août atteint 53 % de la pousse annuelle de référence contre 79 % habituellement. Les régions Bourgogne - Franche - Comté et Centre - Val de Loire sont également fortement impactées avec respectivement 62 % et 67 % de la part de pousse annuelle, soit 18 points de moins que pour la période de référence.

(1) L’indicateur de rendement des prairies permanentes Isop, à une date donnée, est égal au rapport entre la pousse cumulée à cette date depuis le début de l’année et la pousse cumulée à la même date calculée sur la période de référence 1982-2009.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 5 RÉACTIONS


Sbarbier
Il y a 68 jours
C'est bizarre ce mois d'août sec alors que terre-net avait annoncé un mois d'août pluvieux... Vos prévisions (à 60% vous aviez prévenu que c'était à 40% bidon) pourraient ne pas être en ligne ça éviterait les faux espoirs.
Répondre
Jonathan
Il y a 71 jours
Moi en Ille-et-Vilaine. En terres sableuses et caillouteuses, c'est la catastrophe. Les maïs vont faire 6 à 10 tonnes. Pas d'herbe ou très peu depuis mi mai. Les dérobés semés lèvent très mal..... Ça va faire plus que mal à la trésorerie qui n'est déjà pas bonne !!!!
Répondre
steph72
Il y a 71 jours
Moustache de quel coin de la Normandie tu es?
Nous,plus rien depuis début juillet,de la paille pour les genisses,du foin pour les taries;
Les laitieres en ration hivernale depuis juillet et pourtant nous ne sommes chargés qu'a 1,4 et il nous manque du fourrage,si ça continue comme ça on aura 3 mois de pousse d'herbe dans l'année;
Les mais ensilage vont faire 8 t ,certains secteurs du 72 sur le sable non irrigué vont faire moins et il n'y a pas de grain.
Mais contrairement à la Normandie,on est habitué,c'est au moins 4 années sur 10 comme chez nous.
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 71 jours
Quand on écoute la télévision en partant de la pointe Finistère jusqu’à la Normandie c est le paradis soit disant ! Donc quelqu’un aurait le courage de dire la vérité ? Chez nous les allaitants nourrissent depuis mi juin à part une virgule au centre du département où ils ont pris 100mm fin juillet Ailleurs c est raclé à part les fonds de vallée et encore côté ombre En ensilage les maïs sont très bien en vallée sous irrigation ( sans c est la cata) en coteaux ceux qui ont pu arroser un peu sauvent les meubles ( du volume pas beaucoup de grain ) les autres ensilent pas grand chose pour ce qui est du foin cela a été 30a40%de rendement en moins pour Les ensilages d herbe il en manque et les dérobées ceux qui ont pu arroser les autres........Les métei étaient très en retard 15 jours ce qui a mis la panique dans les semis de maïs ! Personnellement on est interdit d arroser le maïs est vert mais cela pousse pas ! A suivre
Répondre
moustache
Il y a 72 jours
bon va falloir arreter les conneries,je suis basé en Normandie et entendre dire que nous sommes que tres peu affecté ça me fout les boules aujourd'hui chez nous nous sommes proche des 50% de perte,ce qu'il faut bien retenir c'est que chez nous nous avons un chargement plus elevés du fait des productions des prairies les années "normales" donc une secheresse chez nous ça fait quand meme mal tres mal il y a beaucoup d'animaux a l'ha et quand y a plus rien y a plus rien il faut nourrir tous le monde ça fait 1 mois et demi que je soigne en tapant dans le stock hivernal,la viande vaut rien les treso sont mortes la paille est a prix d'or la seule sortie serait de vendre toutes les betes et de faire de la prod de fourrage pour vendre aux voisins qui n'ont plus une tune non plus....
Répondre