Prix du lait en EuropeLe seuil de 400 ¤/1.000 kg franchi ni en France ni en Pologne depuis 2013

| par | Terre-net Média

Au cours des dix-huit derniers mois, les éleveurs français n'ont pas profité pleinement de la bonne conjoncture des prix du lait. C'est en Irlande que celle-ci a été la plus favorable : les 1.000 kg ont été payés 448,70 ¤ en novembre 2013. Le prix le plus élevé en France : 385,60 ¤ en janvier 2014.

Dernier des grands producteurs de lait européen ! C’est le score déplorable de la France concernant le prix réel du lait payé à ses éleveurs (1) au cours des dix-huit derniers mois. La France et la Pologne sont les deux seuls pays de l’Union européenne parmi les plus grands producteurs et exportateurs de lait où les 1.000 kilogrammes de lait payés aux éleveurs n'ont pas franchi les 400 euros. C’est ce que révèlent les statistiques communiquées par la Commission européenne.

Le prix réel du lait a été le plus élevé en Irlande où les 1.000 kilogrammes ont atteint en moyenne 448,70 € en novembre 2013 tandis qu'en France, ils étaient payés 365,50 €. Ce qui est un niveau de prix d'autant plus faible que le niveau de vie en France est plus proche de celui des consommateurs irlandais que de celui des Polonais!

Le prix du lait en France était le plus élevé en janvier 2014 (385,60 €/1.000 kg) quand il était encore supérieur à 400 €/1.000 kg dans les cinq autres pays producteurs du nord de l’Europe.

Au cours des dix huit derniers mois, le prix du lait payé aux producteurs français était même à peine plus élevé que celui en Pologne alors que les niveaux des charges, des prix à la consommation et des salaires restent encore inférieurs à ceux en vigueur en France !

L’analyse de l’évolution du prix du lait révèle une plus forte réactivité des prix aux cours mondiaux des produits laitiers dans de nombreux pays. L’élasticité est la plus forte en Irlande. En revanche, les modalités de fixation du prix du lait ne permettent pas aux producteurs laitiers français de profiter pleinement de la conjoncture. Il semble même que la saisonnalité des prix du lait pratiquée en France les desserve car elle a ralenti leur progression en 2013 et accentué leur repli au printemps dernier. Les éleveurs se consoleront en notant cependant l’évolution à contre-courant du prix du lait depuis le début de l’été par rapport à la tendance générale observée dans les autres pays européens.

En attendant, les politiques de prix plus avantageuses en Europe du Nord représentent un manque à gagner important pour les Français. L’excédent commercial de produits laitiers en forte hausse ces douze derniers mois ne leur profite pas. La valeur ajoutée des produits vendus n’est décidément pas répartie équitablement entre les acteurs de la filière.

Terre-net Média va mettre à jour chaque mois l’évolution des prix du lait payés aux éleveurs dans les sept principaux pays producteurs et exportateurs européens. Ces informations complèteront celles communiquées par FranceAgriMer.

Mais les prix communiqués par la Commission européenne sont exprimés en €/1.000 kg tandis que ceux de FranceAgriMer le sont en €/1.000 l.

N.B : (1) Les prix mentionnés dans l'article sont les prix réels payés aux éleveurs à la collecte, bonus et pénalités déuits.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 8 RÉACTIONS


telurick79
Il y a 1742 jours
Tout les deux jours un agriculteur se suicide, ne serait il pas temps de leurs rendre hommage, par une journée à leurs mémoire. La mobilisation serait à mon avis de taille national. En Mémoire à nos voisins.
Répondre
diss christophe
Il y a 1742 jours
Bonne analyse. Chez moi, je.dirais, 1/3 arrete, 1/3 reste, 1/3 indecis
Répondre
diss christophe
Il y a 1742 jours
Il ne faut rien attendre de bon de ce qui va suivre. Attali vient de dire à la télé qu en ces temps qui sont les nÎtres, il ne fallait pas être des demandeurs d aides résignés mais devenir soi même, et faire ce qu'il faut pour le devenir. Si l on veut devenir un producteur asservi à la logique de la non rentabilité une année sur deux parce qu on aime le métier, c est le problème de celui qui a choisit d'être ce sodomite en puissance, et il faudra accepter que ça fasse mal, surtout lorsqu il faudra mettre le toit de sa maison en caution pour financer une trésorerie qui accuse le coup d un déficit....si l'on choisit de quitter un bateau qu on ne supporte plus, alors il faudra s y préparer. Dans les deux cas, l équilibre doit réapparaître.
En clair, cette nouvelle crise devait arriver, il ne pouvait pas en être autrement. J ai en souvenir une phrase de Patrick Ramet, grand défenseur de l integrat...euhh...de l a contractualisation verticale : "il pourra y avoir des crises... Le double prix est un régulateur de,marche" sous entendu " n attendez rien de nous si ce n est un peu de marketing social en vue de limiter symboliquement vos pertes"...que dire enfin de cette réunion fnpl/dbv au cnciel en mai 2013 qui a définitivement enterrer tout le projet de régulation Dantin, sacrifié sur l autel du lobby laitier EDA....alors même que la régulation était la grande clef de l après 2009...rien n a été fait pour solutionner les carence de l ancien bilan de santé de la pac de 2003. Les lacunes sobt toujours là. L europe échoué à nouveau. Les américains sont certes plus,libéraux, mais ils sont surtout plus protectionnistes avec leur nouveau farm bill. L Europe pissé sans du violon à cÎté.

Non, il n y a vraiment rien à ajouter. Bonne chance en 2015
Répondre
françois
Il y a 1743 jours
pour un pays qui dispose d'une super interprofession c'est plutÎt décevant , le changement c pas encore pour maintenant......!!!
Répondre
Commentaire de la rédaction
Il y a 1743 jours
Il s'agit du prix du lait brut (pas standardisé), en €/t, payé au producteur.
La précision était "perdue" dans le texte. Suite à votre message (nous vous en remercions), nous l'avons placée au dessus du graphique.
Répondre
Fabian
Il y a 1743 jours
C'est la période des ensilages en ce moment, l'occasion de parler de la conjoncture actuelle, ,ce qui en ressort comme analyse de mes collègues, c'est 1/2 va être en retraite bientÎt avec un arrêt du lait , sur ceux qui restent, 1/2 envisage l'arrêt du lait et n'investit plus dans le lait , surtout avec les nouvelles normes de stockage ,à peine fini de payer la mise aux normes, il faudrait encore investir pour aucun gain ,ras le bol !
Répondre
debutant
Il y a 1742 jours
que dire au vu du constat du prix paye en france vis a vis de nos voisins ..
tout simplement une honte une interpro qui nous aura sacrifie (merci mr BRICHARD AND CO) avec les contrats ne donnant aucuns pouvoir au producteurs si ce n est de celui de se taire et mourir en silence .
seul l apli aura tjs defendu des idees d encadrement du marche de couts de production le syndicat dit majoritaire pilote par BEULIN nous aura conduit a un productivisme sans retour sur investissement .
la messe est dite et quand on voit sur le terrain les discourts de production a outrance propagandes par nos organisme c est une honte de tout l hivers 2014 personne n aura mis en avant le cout de production !
quand on veut nous mettre dans un marche liberal il faut que celui ci soit reactif lorsqu il se porte bien et non reactif toujours a la baisse .
bon courage aux collegues car il va en falloir pour affronter ce qui se prepare a savoir travailler pour rien !!!
Répondre
Estelle via Facebook
Il y a 1743 jours
je suppose que les laits ont été "standardisés" mais pour quelles valeurs TB-TP ?
Répondre