Produits laitiersLa demande des pays émergents et de la Chine augmente de 2,3 % par an

| par | Terre-net Média

A Bruxelles, des experts réunis par la Copa-Cogeca ont planché sur l'organisation de la filière laitière et sur ses perspectives de développement dans un contexte particulièrement favorable.

Dans l’attente de la publication en juin d'un rapport de la Commission européenne sur la révision du Paquet lait et les développements du marché, la représentation européenne des syndicats et des coopératives à Bruxelles (Copa-Cogeca) a organisé un séminaire d’experts pour traiter des opportunités que le marché mondial offrait aux producteurs laitiers européens. Voici le communiqué du Copa-Cogeca sur ce séminaire.

« Les experts prévoient que la demande, alimentée par les économies émergentes comme la Chine, augmente de 2,3 % par an. Cela constitue de nouveaux débouchés pour les producteurs laitiers européens. En Chine, la consommation de produits laitiers a fait un bond de 317 % entre 1998 et 2013, pour atteindre 25 kg. Le marché potentiel de ce pays reste considérable. Les experts indiquent en effet que la consommation devrait doubler d'ici à 2020.

Le type de demande sera toutefois différent, avec des mélanges différents, notamment pour le lait infantile. Les producteurs européens devront donc s'adapter à ces marchés.

La production européenne devrait connaître une croissance modérée au cours des dix prochaines années, une croissance qui sera principalement absorbée par les fromages.

Toutefois, les experts ont mis en garde contre des problèmes logistiques rencontrés lorsque l'on exporte vers les marchés non-européens, comme les certificats vétérinaires, les licences d'exportation, l'enregistrement ou l'agrément des installations.

Le président du groupe "Lait et produits laitiers" du Copa-Cogeca, Mansel Raymond, a souligné qu'il était important que les producteurs européens puissent profiter des opportunités croissantes offertes par le marché pour améliorer les revenus agricoles. Il a donc demandé à la Commission européenne de réduire la charge administrative liée aux exportations vers les pays tiers. Ceci sera essentiel pour que l'Union européenne soit un exportateur de premier plan sur les marchés mondiaux.

Le secrétaire général du Copa-Cogeca, Pekka Pesonen, a pour sa part rappelé que la production laitière de l'UE était un des moteurs économiques des zones rurales. Il a également indiqué qu'il fallait trouver des solutions orientées vers le marché pour faire face à la volatilité accrue sur les marchés laitiers. Le Copa-Cogeca considère que les outils actuels pour se prémunir contre la volatilité, comme l'intervention publique, sont importants. Les marchés à terme pourraient également permettre de réduire un peu ce phénomène. L'observatoire du marché laitier pourrait s'avérer utile. Il faudra également encourager la modernisation des coopératives laitières dans les zones rurales.

Le séminaire a également été l'occasion de débattre sur la mise en œuvre du Paquet lait, qui vise à renforcer les relations contractuelles entre agriculteurs et transformateurs et à améliorer la position des agriculteurs au sein de la chaîne, leur permettant ainsi d'obtenir un meilleur prix pour leur lait. Jusqu'à présent, le Paquet lait a été mis en œuvre sur une base volontaire par le Royaume-Uni, la Belgique, la République tchèque, le Danemark, l'Estonie, l'Allemagne, les Pays-Bas, la Pologne et la Suède tandis que Chypre, la France, l'Espagne, la Hongrie, la Lituanie, la Lettonie, le Portugal, la Slovénie, la Slovaquie, l'Italie, la Roumanie et la Bulgarie ont adopté une approche obligatoire. Mansel Raymond a déclaré : « les contrats écrits offrent aux producteurs une certaine stabilité et un équilibre plus juste. Cependant, le Paquet lait n'en est qu'à ses débuts et les premières répercussions ne seront pas visibles tout de suite ».

Ce séminaire a été organisé avant la publication en juin d'un rapport de la Commission européenne sur la révision du Paquet lait et les développements du marché. »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article