LoupsLa CR souhaite une « coalition européenne » pour changer la réglementation

| par | Terre-net Média

La Coordination rurale souhaite « instaurer une coalition européenne visant à renégocier la Convention de Berne concernant le loup » pour que l'élevage soit protégé. Le syndicat veut faire en sorte que l'utopie morbide de la coexistence entre le loup et l'élevage « cesse de dominer le débat sur le dos des éleveurs ».

« Le Forum économique mondial qui démarre demain à Davos, abordera notamment des questions liées à l'environnement. En matière de biodiversité, si le loup se porte bien, il n'en est pas de même pour les bergers et leurs troupeaux qui subissent de multiples attaques. Fin 2014, la Convention de Berne a été durcie en catimini, en ajoutant à la protection du loup une sur-protection de ses hybrides (agressifs, nombreux et difficiles à distinguer de prime abord au sein de la population de « loups »). La Coordination Rurale demande maintenant que l'élevage et l'économie qu'il génère, soient protégés. Elle propose au gouvernement de promouvoir une coalition européenne pour faire évoluer cette réglementation internationale. »

« Cesser de promouvoir une coexistence impossible »

« Tous les syndicats devraient être unis dans ce combat. La CR déplore que la Fno et la Fnsea adoptent un double discours, présentant à leur base une position dure contre la présence du loup et à l'administration des propositions de compromis. Cette dualité (mais peut-être devrait-on dire duplicité) se retrouve au niveau européen. Ainsi, le Copa-Cogeca (union des agriculteurs et des coopératives européennes, dont la Fnsea et la Fno sont des membres très influents) a signé, à Bruxelles le 10 juin 2014, un accord de participation à une plate-forme européenne pour la coexistence avec les grands carnivores, dont le loup. Étant donné les ravages endurés par l’élevage malgré les moyens de protection mis en œuvre, la CR réaffirme que cette coexistence est impossible et qu'une lutte enfin efficace contre le loup doit être menée par les pouvoirs publics. »

« La CR lance l'idée d'une coalition européenne »

« Face au loup, les éleveurs et les bergers doivent immédiatement pouvoir effectuer des tirs de défense pour protéger leurs bêtes, leur métier, et contribuer ainsi à une bonne gestion des espaces herbagers peu productifs. La CR souhaite donc instaurer une coalition européenne visant à renégocier la Convention de Berne concernant le loup (et ses hybrides) et faire en sorte que l’utopie morbide de la coexistence cesse de dominer le débat sur le dos des éleveurs. Plusieurs pays (Suisse, Italie, Espagne, Suède) y seraient favorables. Il faut donc cesser le double-discours face aux lobbies écologistes qui en profitent pour tirer les ficelles internationales. Dans ce combat, seule l'union fera la force ! Si les dégâts engendrés par le loup (ou ses hybrides) ne régressent pas, la CR appellera à la désobéissance civique sur les territoires concernés. »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


yeti05
Il y a 1616 jours

Comme chaque année l'heure est aux bilans.


Comme chaque année, les prédateurs gagnent du terrain, 31 départements référencés, 4 n'auraient pas connu de prédation "loup" l'Ain, l'Ariège, le Doubs, le Gard, la Meurthe et Moselle, les Pyrénées Orientales ...


Comme chaque année, la prédation ne cesse d'augmenter, y compris dans des territoires pourtant occupés depuis 20 ans et plus, comme les départements du Sud-Est,

Le 04 passe de 910 victimes indemnisées à 1225

Le 06 passe de 2449 victimes indemnisées à 2731

Le 38 passe de 111 victimes indemnisées à 1010

Le 83 passe de 804 victimes indemnisées à 1070

Aucune pause n'est enregistrée, loin de là


8226 Victimes indemnisées contre 6211 l'année passée, soit plus de 2000 bêtes supplémentaires passées de vie à trépas grâce aux bons soins des prédateurs, (et c'est sans compter les bêtes blessées, disparues, retrouvées trop tard et refusées à l'indemnisation).


Ce qui se passe dans le Sud-Est n'est qu'un début. Le phénomène s'étend.

Des éleveurs ne parlent plus d'arrêter, mais passent à l'acte dans le silence et l'indifférence la plus totale. Nombre de bergers ne supportent plus de se lever en slip et frontale 3 fois par nuit et s'en vont, pour les plus jeunes, faire une autre formation.



A partir de ce constat, je suis absolument convaincu que la plupart des élevages de plein-air auront disparu des Alpes d'ici 20 ans, les autres massifs suivront, s'il n'y a pas une mobilisation très intense de chacun de nous, éleveurs, bergers, ruraux, assos et syndicats.
Répondre
L'outil
Il y a 1617 jours
Je suis fnsea,mais la,force est d'admettre que l'idée doit être soutenue.le double langage de la fédé est insupportable ...nous devons être solidaires des bergers....et combattre avec force ces bobos écolos de mes deux!!!...cela vaut pour beaucoup de causes!!!!
Répondre