Paroles de lecteursLa conversation entre Étienne Fourmont et son médecin a fait parler d'elle !

| par | Terre-net Média

L'échange que l'éleveur Étienne Fourmont a eu avec son médecin, retranscrit sous la forme d'une interview texto sur téléphone portable, a fait réagir les lecteurs de Web-agri. Plus par son contenu que par son format original. Il faut dire que le titre de l'article a suffi à interpeller les producteurs, qui ont tenté de défendre leur métier à travers leurs commentaires. Contrairement à ce que pensent certains, il n'est jamais trop tard pour communiquer...

paroles de lecteurs conversation entre etienne fourmont et son medecin « Il fallait communiquer beaucoup plus tôt, dès que les faux prophètes ont envahi les réseaux sociaux pour pratiquer leur endoctrinement malhonnête », juge Mono. (©Terre-net Média) 

Tintin : « C'est un peu affligeant pour un médecin. Évitons son hosto ! Bonjour l'ouverture d'esprit ! Comme quoi, on peut avoir des diplômes et être très c... »

Les anti-agris et les médias ont leur part de responsabilité

Steph72 : « En France, les éleveurs nourrissent les vaches avec du colza, de l'herbe et des légumineuses. On accuse toujours les agriculteurs mais l'Europe n'a jamais voulu être indépendante en protéines. Elle préfère exporter des céréales... »

Marco : « Exact, mais qui dirige l'Europe, qui corrompt les politiques, les bureaucrates et les experts, si ce n'est les firmes comme Monsanto et les négociants internationaux ? »

Aurélien Cossec via Linkedin : « Impressionnant le niveau de méconnaissance du métier d'éleveur et d'agriculteur en général !!! Il y a beaucoup de travail à faire pour changer ça ! Mais j'ai l'impression que les messages des lobbyistes anti-agris sont nettement plus forts malheureusement et, qui plus est, relayés par de mauvais journalistes qui écrivent des articles non fondés, sur base de "on-dits". Merci Terre-net de communiquer en faveur du monde agricole ! »

Bonarien : « Les plus dangereux sont les médias, toujours avides de sensations et prêts à répéter n'importe quelle info, vraie ou fausse peu importe, du moment qu'elle fait le buzz. J'ai bossé avec des journalistes alors, un conseil, n'expliquez pas tout ! Rappelez-vous un débat où certains parlaient des pratiques bio plus que douteuses... »

Certains pensent qu'il est trop tard pour communiquer

Mono : « Il fallait communiquer beaucoup plus tôt, dès que les faux prophètes ont envahi les réseaux sociaux pour pratiquer leur endoctrinement malhonnête. Aujourd'hui, vous pouvez défendre l'agriculture autant que vous voulez, ils sortent immédiatement des études démontant vos arguments. C'est trop tard pour la communication, il faut passer à la vitesse supérieure : l'attaque offensive. Mais même en disant, on prêche dans le désert ! »

Titian : « +1 Mono! C'est trop tard, la toile est polluée par les anti-élevage... Et il ne faut pas chercher bien loin pour trouver des ayatollahs donneurs de leçons : notre profession en compte aussi et ils tiennent souvent le devant de la scène avec leurs discours binaires. »

De la méconnaissance de l'élevage au véganisme : MDR attaque, Mono et steph725 répliquent

MDR : « Certains ou certaines feraient mieux de ne pas trop communiquer sur leurs pratiques... M. Fourmont, tout ça, ce n'est que de la com. L'ocytocine ou la prostaglandine en intramammaire au tarissement, ce ne sont pas des hormones peut-être ? »

Mono : « La plupart des éleveurs utilisent de l'homéopathie aujourd'hui. Dis donc monsieur qui prétend tout faire bien comme il faut, te rend-tu compte que ce genre d'attitude, adoptée par une partie de la profession, a permis l'essor de L machin chose ? As-tu conscience qu'en cassant les vitrines des boucheries, volant des animaux dans les élevages, voulant diffuser leur propagande dans les écoles, etc. c'est le retour des jeunesses hitlériennes ? Tu soutiens cela, toi ? »

Retrouvez, à propos des dérives sectaires du mouvement vegan : Sur les réseaux sociaux − Entre le véganisme et le terrorisme, n'y aurait-il qu'un pas ?

MDR : « Ah, ah, Mono et les sectes vegans !! Tout de suite les grands mots ! Je ne prétends rien mais quand tu veux communiquer sur quelque chose, tu dois tout dire et pas seulement ce qui t'arrange. Maintenant, si t'as envie de défendre l'industrialisation de l'élevage et toutes les pratiques qui vont avec et bien vas-y ! Bon courage mais ne compte pas sur moi. »

Steph72 : « L'industrialisation de l'élevage ? On n'est pas aux USA avec des troupeaux de 10 000 vaches ou en Amérique du Sud avec des usines à viande. Faut relativiser ! Toutefois, quand tous les gens comme vous auront fait disparaître tous les élevages à taille humaine, il ne restera plus les énormes exploitations industrielles ! »

Mono : « Tout a une explication. Après guerre, il a fallu empêcher les Français de mourir de faim. Aujourd'hui, les plus condamnables sont les politiques de par leurs orientations financières via la Pac. L'agriculteur résiste ou subit. Parfois, il cède pour être tranquille. Petite question : si on ferme tous les élevages de poulets, de poules pondeuses et de porcs dans notre pays, peux-tu garantir MDR qu'aucune importation de ces mêmes produits viendra garnir les étals des grandes surfaces, en totale concurrence avec ceux des éleveurs français, dont les pratiques sont bien plus éthiques, pour employer le mot à la mode ? La réponse, on la connaît tous, non ? Alors la lâcheté de certains, s'abaissant à dire que "ce n'est pas défendable", je ne la supporte plus. »

Et l'éternel couplet sur la ferme des 1 000 vaches...

MDR : « Ben, vas-y, communique sur la ferme des 1 000 vaches  pendant que t'y es !! »

Mono : « Dis-toi bien une chose : le mouvement vegan est politisé, facho, extrêmement dangereux et dispose des moyens financiers énormes. La ferme des 1 000 vaches n'en a en fait que la moitié et est née grâce à des financements autres qu'agricoles. C'était un projet créé par Michel Ramery pour se faire plaisir. Il n'en a pas profité longtemps, il est mort. Si les politiques jouaient leur rôle et si les agris étaient plus forts financièrement, jamais cette exploitation n'aurait vu le jour. » 

Titian : « Et oui, Mono, il y a au moins deux catégories d'idiots dans notre profession avec un point commun : ils bavent continuellement sur leurs collègues. En s'agenouillant devant nos "saigneurs" pour les uns, ou en accompagnant à l'insu de leurs plein gré tous les délires d'une partie de nos concitoyens. »

... puis un débat sur le bio et les prix, des sujets qui reviennent à tout propos dans les commentaires

MDR : « Titian, t'as oublié la 3e catégorie : ceux qui bavent sur les agriculteurs bio. »

Titian : « Oui, sûrement quelques jaloux puisque le bio est à la mode et se porte bien. Enfin, toi et moi, on sait que c'est plus compliqué que ça, non ? Par contre, ne vous leurrez pas, ce qui est sûr, c'est qu'on est tous sur le même bateau face à l'avenir incertain de l'agriculture et aux détracteurs qui veulent sa disparition. »

Thomwach : « Évidemment, puisque encore une fois, on a laissé les industriels et la grande distribution gérer la filière... Néanmoins, à mon humble avis, le bio n'en n'est qu'à ses balbutiements. Contraints ou forcés, nous y allons tout droit. L'agriculture conventionnelle comme on la pratique aujourd'hui va encore évoluer vers des méthodes plus naturelles, c'est certain. C'est sûrement une chance à saisir pour nous, paysans français, qui ne serons jamais compétitifs avec le Brésil, les Pays de l'Est, etc. Miser sur la qualité est notre seule chance, l'unique plus-value à espérer, à condition que l'État joue le jeu en réglementant beaucoup plus les importations... »

Steph72 : « Et pour quel prix au final ? Parce si la qualité n'est pas payée, cela ne durera pas longtemps. Il y a 30 à 40 ans, nos parents vendaient au même prix qu'aujourd'hui. Alors arrêtons de sacrifier les agriculteurs en leur demandant toujours plus sans rien en échange ! »

Marco : « Celui qui produit du lait fermier avec ses céréales, ses prés et ses oléoprotéagineux et le vend au même prix que le lait des fermes-usines est vraiment un pigeon de base : pourquoi ne passe-t-il pas en bio ou au moins en label rouge ? Les industries chimiques ont tout intérêt à lui faire croire qu'il est l'objet d'accusations infondées et qu'il suffit de "mieux communiquer". »

Tout comme le glyphosate, dont le lien avec les antibiotiques et les hormones n'est pas immédiat

Marco : « À propos d'hormones, votre médecin ne vous a pas parlé du "soja-au-glypho" ? Un perturbateur endocrinien immuno-dépresseur, cancérigène, mutagène, reprotoxique et j'en passe certainement. Continuez à être les techniciens de surface des Monsanto et compagnie et priez pour mourir le moins vite possible ! »

Steph72 : « On ne produit pas de soja avec du glyphosate en France, vous regardez trop la télé ! »

Marco : « Absolument pas ! On en bouffe plusieurs millions de tonnes de viande, lait et oeufs par an. Au passage, cela nous rend complices de l'assassinat des Amérindiens, de l'exode forcé des petits paysans vers les bidonvilles après que leurs cultures vivrières aient été arrosées intentionnellement par avion, de l'empoisonnement des riverains. En regardant trop la télé comme vous dites, j'ai vu un reportage sur l'Argentine : un quasi grabataire d'une quarantaine d'années montrait une photo sur laquelle il posait devant un avion épandeur en compagnie du pilote et d'un autre ouvrier qui remplissait les réservoirs de glyphosate. Des trois, il était le seul survivant... »

Titian : « Même pas sûr que ce soit du glyphosate ! Les défoliants utilisés en Argentine sont plutôt le paraquat ou le gluphosinate, des produits interdits en France... Mais bon, là encore, les journalistes ne s'embarrassent pas trop des détails. Pour faire sensation, vaut mieux faire des amalgames... » 

Le mot de la fin, de Patrice Brachet, sur les inepties proférées par certains

Patrice Brachet : « Je lis avec attention vos commentaires et je suis assommé par les bêtises écrites par certains. Je donne raison à certains : un fait même inventé par des journalistes devient réalité. Comment voulez-vous qu’il n'y ait pas d'amalgames quand on voit les énormités dites sous un article professionnel ? »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article