Dossier Retour au dossier Prix du lait

Filière laitièreLe prix du lait atteint 0,52 ¤/l en Chine

| par | Terre-net Média

La production laitière a reculé en Chine en 2013, rendant le pays de plus en plus dépendant des importations de produits laitiers d'Europe et d'Océanie.

Fiable productivité de la production laitière en Chine. Le gouvernement a décidé d'importer 500.000 vaches en dix ans.Faible productivité de la production laitière en Chine. Le gouvernement a décidé d'importer 500.000 vaches en dix ans. (©Terre-net Média.)Une combinaison de plusieurs facteurs explique le recul de la production de lait de près de 6 % en Chine en 2013. Les fortes températures combinées à des prix de la viande élevés auraient poussé les petits éleveurs à vendre des animaux. Les méga exploitations de plusieurs dizaines de milliers de vaches auraient par ailleurs été confrontées à des charges en forte hausse plutôt dissuasives pour produire du lait. Il est vrai que pour nourrir le cheptel de ces fermes en particulier, la Chine a été contrainte d’importer 800.000 tonnes de foin en 2013 (en hausse de 73 % par rapport à 2012). « Elle devient ainsi le quatrième importateur de foin au monde, derrière le Japon, les Emirats Arabes Unis et la Corée du Sud » souligne  "La lettre de veille et d'analyse de l'économie de l'élevage en Chine".

Hausse du prix du lait et des importations de produits laitiers

La conséquence notable de cette situation : « la baisse de production de lait a entraîné une hausse du prix du lait payé au producteur. Il a atteint 4,27 Rmb/kg mi-février, soit près de 0,52 €/litre. Comme l’avaient prédit certains experts chinois, le seuil des 4 Rmb/kg a été dépassé avant même la fin 2013. La progression s’établit à 20 % sur le second semestre 2013 ».

L’an passé, la Chine a eu massivement recours aux importations de produits laitiers. Ainsi, « les achats de poudres grasses se sont chiffrés à 620.000 tonnes, en progression de 90 % sur 2012 » rapporte l’Idele dans sa lettre. « La Nouvelle-Zélande est restée le principal fournisseur de la Chine avec 90 % de ces poudres. Les importations de poudre maigre ont progressé de 80 %, à 235.000 tonnes. Derrière la Nouvelle-Zélande (52 %), les Etats-Unis sont le deuxième fournisseur de l’Empire du Milieu (23 %). »

La France représente 10 % des importations chinoises de lait Uht (160.000 t au total) et 18 % des importations de préparations alimentaires pour nourrissons.

Renouvellement du troupeau

Sinon, la Chine s’est engagée dans une politique de renouvellement de son troupeau de bovins laits. Elle « a signé un accord commercial avec la Roumanie, en fin d’année dernière, pour l’exportation de bovins. Cet accord porterait sur l’envoi de 500.000 animaux en dix ans », souligne l’Idele. « Le cheptel roumain, essentiellement constitué de vaches mixtes, de type Simmental, avec un potentiel laitier plus faible mais moins exigeant en intrants, a été préféré aux Holsteins importées traditionnellement de Nouvelle-Zélande, d’Australie et d’Uruguay ».

Mais le cheptel roumain ne comprend qu’un million de vaches laitières ce qui rend l’exécution du contrat difficile. D’autres pays pourraient donc aussi être appelés à fournir des animaux pour satisfaire les commandes passées par les Chinois.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


Fiat84
Il y a 1764 jours
Merci de votre coopération .
Répondre
jaguar15
Il y a 2326 jours
eh ben...0.52cts
on est moins payer que les agri chinois .....cherchez l'erreur...

Répondre