Filière bovineLa Chine a importé six fois plus de viande en 2013

| par | Terre-net Média

Pour réduire sa dépendance, le gouvernement chinois engage un nouveau plan de relance de la production de viande bovine sur son sol mais aussi en investissant à l'étranger.

L'élevage est de dimension familiale en Chine.L'élevage est de dimension familiale en Chine. (©Terre-net Média)Attaché à sa sécurité alimentaire, le gouvernement engage un plan de relance de la production de viande bovine pour enrayer l’augmentation des importations de carcasses. L’objectif est d’augmenter les productions par étape : 7,17 millions de tonnes (Mt) en 2015 et 7,86 en 2020, soit une hausse de 19 % en 8 ans, selon "La lettre de veille et d'analyse de l'économie de l'élevage en Chine".

Mais ces hypothèses de croissance sous-entendent des niveaux de consommation de 7,21 millions de tonnes en 2015 et de 7,96 millions de tonnes en 2020. Autrement dit, des importations bien moins importantes que celles enregistrées.

Or « l’empire du Milieu est devenu en 2013 un des premiers importateurs mondiaux de viande bovine. Avec 380.000 téc, il a multiplié par six ses importations en une seule année », précise l’Institut de l’élevage (Idele_Chine).

Australie, principal fournisseur

L’Australie est restée son premier fournisseur avec 53 % de parts de marché (205.000 téc), loin devant l’Uruguay (23 % des volumes importés par la Chine). Les autres fournisseurs sont la Nouvelle-Zélande (12 %), le Canada (9 %) et l’Argentine (3 %).

En 2014, Idele_Chine (Institut de l’élevage) ne note pas d’inflexion. « Les importations devraient poursuivre sur leur lancée. Si le Brésil a été absent du marché chinois en 2013 suite à une déclaration d’Esb, il devrait revenir en 2014. Les États-Unis poursuivent leurs efforts pour ouvrir les frontières chinoises à leur viande bovine ».

L’empire du Milieu compte aussi sur de nouveaux partenaires pour alimenter son marché intérieur : ouverture aux importations en provenance des Etats-Unis, fin du blocus de la viande brésilienne suite à un cas d’Esb, élargissement de la gamme de produits carnés en provenance d’Australie. « L’Inde pourrait également faire son arrivée suite à l’accord de principe passé en 2014 », ajoute l’Idele.

Investir à l'étranger dans la production bovine

La Chine prévoit aussi d’accroître sa sécurité alimentaire en investissant à l’étranger dans des filières de production de viande bovine, en Australie notamment.

Au niveau national, le plan de relance de la production de bovins viande passe par l’augmentation de la production de fourrages, l’amélioration des techniques d’élevage et par l’accroissement des effectifs des élevages en réservant les aides à ceux produisant plus de 100 à 1.000  animaux par an.  « Les autorités comptent également sur l’effet d’entraînement de la filière par le maillon industriel qui doit développer ses capacités d’abattage et de transformation ».

Enfin, la promotion des ressources fourragères fait également partie des priorités.

N.B : D'après Idele_Chine.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article