[Synthèse] Souveraineté alimentaireL'après-Covid-19 agricole sera-t-il si différent du monde d'avant ?

| par | Terre-net Média

Si les conséquences de la pandémie de Covid-19 ont globalement davantage épargné le secteur agricole que d'autres secteurs économiques, les agriculteurs et les filières ont dû faire face à un certain nombre de perturbations et d'adaptations. Pour tirer au mieux les leçons de cette crise, la plupart des organisations agricoles, politiques ou non gouvernementales ont livré leurs propositions pour une agriculture plus forte et plus résiliente dans le "monde d'après".

A la faveur de la crise, nombre d'organisations ont proposé leur vision de l'avenir agricole après le Covid-19À la faveur de la crise, beaucoup d'organisations ont proposé leur vision de l'avenir agricole après le Covid-19. (©Terre-net Média) Plus que d’autres secteurs économiques, le monde agricole a été particulièrement mis sous pression pendant la crise liée au Covid-19. Les changements de mode de consommation des Français confinés, les difficultés rencontrées pour la commercialisation de certains produits, les tensions sur les chaînes logistiques ont remis l’alimentation au cœur des préoccupations de nos concitoyens, mais aussi des politiques, à l’instar du chef de l’État qui n’en finit plus d’affirmer sa volonté de « rebâtir une souveraineté alimentaire en France ».

Retrouvez en bas de ce texte les liens vers nos différents articles sur le thème de la souveraineté alimentaire.

Si ce recentrage des priorités ne peut que satisfaire l’ensemble des organisations agricoles, les propositions divergent quant aux moyens à mobiliser, et aux directions à prendre, pour permettre au(x) modèle(s) agricole(s) français de mieux résister aux crises de façon durable, tout en assurant une alimentation suffisante en quantité et en qualité à nos concitoyens.

Faut-il limiter les exportations dans certaines filières ? Reconnaître d’utilité publique l’agriculture paysanne, vecteur de dynamisme au cœur des territoires ? Investir massivement pour relocaliser la production sur le territoire national ?

Économistes, politiques, organisations agricoles et ONG ont été nombreux à élaborer des voies de sorties de crise pour une agriculture plus résiliente et/ou plus verte, plus locale, plus performante, garante d'une souveraineté alimentaire française, si ce n'est retrouvée, au moins plus importante.

Force est toutefois de constater que si les propositions des organisations du milieu agricole ont été riches et multiples, elles ne marquent pas pour autant de rupture avec les positions défendues par chacune d'entre elles avant la crise. Rien de surprenant, puisque la pandémie n’a pas ébranlé en profondeur le secteur agricole, n’obligeant pas ses acteurs à une totale remise en question. La crise sera-t-elle un mal pour un bien, en soulignant les faiblesses du système actuel et incitant à y remédier ?

Probablement pas, pour 52 % des répondants à notre sondage, qui estiment qu'une fois la crise passée, il n'y aura sans doute pas de changement majeur. Et seuls 9,7 % des répondants pensent que la crise sera l'occasion de repenser en profondeur le modèle agricole.

(Sondage réalisé sur Terre-net.fr du 26 mai au 2 juin 2020. Les résultats sont indicatifs, l'échantillon n'a pas été redressé).


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 17 RÉACTIONS


Marius
Il y a 21 jours
Bouillon vous oubliez de parler des Coops et du principal syndicat (devenu plus rouge que vert) . (Il est plus facile de taper sur les politiques). Les Coops se tournent vers les courtiers plutôt que de mettre en oeuvre une transformation (plus-value) pour les céréales par exemple des moulins. Mais elles préfèrent se vanter d'exporter des milliers de tonnes de blé au Maroc à des prix bas. Alors que les grandes surfaces importent des tonnes de farine d'Italie, d'Allemagne voire maintenant de BULGARIE. Nos céréaliers toujours impassibles sur ce plan. Mais réactifs pour demander du pognon en cassant et détériorant du matériel urbain avec des tracteurs construits aux states. Là il sont forts. Désolé de le dire. Les Coops ne sont plus dirigées par agriculteurs mais par des technocrates qui ont mis sous eteignoir les conseils d'administration. Ces derniers sont devenus un conseil d'enregistrement. Le ver est dans le fruit mais beaucoup préfèrent ne pas le voir et casser du sucre sur les politiques. Il faut revenir sur des bases antérieures et arrêter les errements de "supposés techniciens du business".
Répondre
Bouillon
Il y a 27 jours
Des mondialistes qui parlent de souveraineté sont des menteurs , car ils ont fait des politiques contraires à nos intérêts nationaux , en privilégiant le tout marché dérégulé , dictés par les laqués de Bruxelles soumis à la finance arrogante et prédatrice . Tous ces gens sont des vendus pour la plupart , ils ne produisent rien , profitent de tout en imposant aux sans dents , aux manants ( qui produisent tout et ne profitent de rien ) de se serrer la ceinture encore et encore , en nous faisant la morale avec des contraintes toujours plus drastiques , tout en n' important de la marchandise à prix cassé qui provoque de la concurrence déloyale ( traités de libre échange ) , qui poussent nos petites entreprises à la faillite , avec les charrettes de chômeurs qui vont avec !!! Et après , ils ont le toupet de dire : qu'il faut relocaliser , qu'il faut de la souveraineté alimentaire ( alors qu'avant le Covid , le mot souveraineté était taxé de nationaliste , de repli sur soi , d'isolationniste ) .
Après le Covid : rien ne changera pour le lambda , on sera toujours des vaches à lait .
Les requins mondialistes ,opportunistes par contre vont tirer profit de cette crise ,avec l'effet d'aubaine , ils vont racheter tout ce qui est en faillite à prix bradé , pour avoir le monopole absolu , avec l'aval des politiques qui leur renvoient l'ascenseur ( Bercy ferme les yeux) .
Enfin , la colère n'est pas prête de s'éteindre !!!
"Prenez soin de vous " , "soyez prudent " , "portez vous bien" , qui disent , les gentils journalistes bienveillants qui ne racontent que la vérité .
Répondre
Moty
Il y a 28 jours
Souveraineté alimentaire : vaste débat. Problématique vaste et complexe. Je ne suis pas sûr que l'on parle tous du même sujet. La définition la + courante étant , pour un pays ou un groupe de pays de : produire et choisir son alimentation. Ceci signifie que ce n'est plus une politique du tout export , mais bien de la " re-localisation " . Pour nous , européens c'est bien un grand changement, de moins aller sur le marché mondial. + de 500 millions de consommateurs .
Ici en Bretagne, le covid aggrave la situation déjà compliquée pour presque toutes les filières en volaille , en VL conventionnelle .
Nous, producteurs devons trouver des pistes de changement pour un avenir + optimiste
Répondre
monique
Il y a 28 jours
le covid n'est que le commencement d'une lente agonie économique dont l'agriculture .Rien en s'arrêtera avant que tout soit effondré .
Répondre
hub
Il y a 27 jours
On est bien d'accord ,sauf evenements exceptionnels ,c'est quand meme bien souvent le résultat de nos décisions . Le redressement est fait pr eviter la sortie de route sauf si vs persistez ds vos idées , un changement de systeme suffit bien souvent..
Répondre
titian
Il y a 27 jours
Tu as raison de nuancer et de faire un distinguo avec nos élites perchées, mais ce n'est pas la peur de manquer de PQ qui aura soudainement fait plus réfléchir la masse.
Répondre
ptiloui
Il y a 28 jours
Toutes les personnes qui se retrouvent avec des placards vides et pas les moyens de les remplir, voir même à la rue, se posent pourtant bien vite des questions très pratico pratiques... Les élites évidemment vont encore planer un bout de temps, et ce sont elles qui monopolisent les médias principaux.
Répondre
Pipo
Il y a 26 jours
comme dit on père qui n'est plus tout jeune : « depuis mes 14ans j'entends que c'est la crise économique». Si les entreprises ne sont pas capables de supporter une baisse (ponctuelle!!!) de leur chiffres d'affaire de 20% ( annuel d'après les chiffres moyens) faut vraiment qu'ils viennent prendre des cours chez les agriculteurs dont le chiffre d'affaire est réduit de 50% en 5ans et qui continue de baisser ! ! !
Répondre
baldin
Il y a 28 jours
Ouep le raccourci est un peu court, est ce que Hub est plus un profil avec heritage d une ferme de 3-4 générations de propriétaires ou un mec hors milieu agricole Qui doit tout financer depuis zéro
Répondre
Pipo
Il y a 29 jours
*insurrectionnel
Répondre