Méthanisation agricoleL'APCA, la FNSEA et GRTGaz unis pour aider les projets d'injection directe

| par | Terre-net Média

Les représentants de l'APCA, du syndicat agricole majoritaire et du réseau gazier GRTGaz veulent, par des actions conjointes et coordonnées sur le terrain, soutenir davantage les projets de méthanisation agricole en injection directe sur le réseau de gaz.

Les représentants des Chambres d’agriculture, de la FNSEA et de GRTgaz ont présenté, mardi 5 décembre 2017 trois pistes d’actions conjointes pour accélérer le développement de la filière biométhane agricole. Dans un contexte où les opérateurs de réseaux gaziers ambitionnent de satisfaire un objectif de 30 % de gaz renouvelable d’ici 2030, Claude Cochonneau, Christiane Lambert et Thierry Trouvé veulent donner une nouvelle impulsion à la convention déjà initiée en 2016.

Les trois organisations appellent au « développement de nouveaux modes de financement soutenus par les pouvoirs publics et mieux adaptés aux spécificités de la méthanisation agricole » pour « soutenir les porteurs de projets ». Elles veulent conjointement « faciliter la relation de confiance sur le long terme entre les banques, les financeurs et les agriculteurs. »

Actuellement, « quelques dizaines d'installations de méthanisation agricole injectent du gaz renouvelable dans les réseaux. » Mais, selon eux, « ce sont plusieurs milliers de nouveaux sites qui devraient voir le jour à horizon 2030 ».

Améliorer la formation des agriculteurs et la diffusion de références

« Afin que l'agriculteur devienne aussi producteur de gaz renouvelable, les professionnels des mondes agricole et gazier souhaitent notamment que la formation initiale des futurs exploitants soit renforcée, de même que la formation professionnelle aux agriculteurs en activité. Les agriculteurs doivent avoir un accès à des références techniques et économiques fiables, harmonisées au niveau national afin de pouvoir se lancer dans des projets de méthanisation solides et durables. »

Enfin, les acteurs du monde agricole souhaitent « amplifier la diffusion de références et d'innovation sur de nouveaux systèmes agricoles que ce soit dans les domaines de l'agronomie, de la vie des sols ou encore de la production de biomasse adaptée aux systèmes de culture ». De leur côté, les opérateurs gaziers investissent dans des programmes de recherche visant à adapter les infrastructures à la montée en puissance du biométhane. Le développement du « smart grid », réseau intelligent, et des installations de rebours « permettra de maximiser l'insertion croissante du gaz renouvelable au meilleur coût pour la collectivité. »

Avec un gisement de matière méthanisable détenu à 90 % par le monde agricole, « l'essor du gaz renouvelable dans les territoires constitue une réponse prometteuse aux enjeux de multiperformance du monde agricole et de lutte contre le changement climatique », assurent les organisations.

 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article