Végans contre omnivoresL'ambivalence du monde végan pointée du doigt

| par | Terre-net Média

La Cour de justice de l'Union européenne a rendu un arrêt interdisant, sauf exceptions, l'usage de certains termes comme « lait », « crème » ou « fromage » pour nommer des produits purement végétaux. La décision, qui pourrait en susciter d'autres pour les produits carnés, met en exergue l'ambivalence du monde végan.

Dans le commerce végétalien, l'ambivalence entre entre une idéologie anti-viande et l'usage de termes se référant directement aux secteurs de la boucherie ou de la charcuterie n'a pas de limite.Dans le commerce végétalien, l'ambivalence entre une idéologie anti-viande et l'usage de termes se référant directement aux secteurs de la boucherie ou de la charcuterie n'a pas de limite. (©Terre-net Média)

Selon le Larousse, le lait, dans sa définition première est un « liquide blanc (…) sécrété par les glandes mammaires de la femme et par celles des mammifères femelles pour la nutrition des jeunes. »

Le fromage, quant à lui, est un « produit alimentaire obtenu par coagulation du lait, égouttage du caillé ainsi obtenu et, éventuellement, affinage », et la crème désigne le « produit de l'écrémage du lait constitué de lait très enrichi en matière grasse ».

Pourquoi rappeler ces définitions que vous connaissez ? Parce qu’une récente décision de la Cour de justice de l’Union européenne a jugé nécessaire, à juste titre, de les rappeler aux défenseurs, promoteurs, commerçants et fanatiques du régime végan.

Depuis les débuts du véganisme, ces derniers n’ont pas trouvé mieux que d’employer les mêmes termes utilisés pour désigner tous les produits dont ils dénoncent la consommation. Tous les rayons ou sites de vente en ligne spécialisés regorgent de laits, fromages, steaks, saucisses ou autres rôtis… végétaux. Et quand il n’y a plus de « steak végétal », quelques « substituts façon bœuf, porc ou volaille » prennent le relais sémantique.

Certes, la très grande majorité de la communauté végan est tout aussi tolérante à l’égard des « viandards » que la grande majorité de ces derniers l’est à l’égard des végétaliens. Mais comment expliquer, au regard de l’activisme de quelques-uns, que l’alimentation 100 % végétale ne se soit pas développée avec ses propres termes, évitant ainsi, au passage, de tromper ou induire en erreur le consommateur ?

Du « simili » usurpateur

Dans sa décision du 14 juin 2017, la Cour de justice de l’Union européenne a tranché : les marchands de véganisme ne pourront plus utiliser, sauf exceptions, les termes « lait », « beurre » ou « crème » pour désigner des produits qui ne sont pas d’origine animale. Une décision saluée par l’ensemble de la profession agricole.

Et après ? Cette première étape judiciaire pourrait être suivie d’une autre. Car si les laits, beurres ou fromages végétaux doivent être appelés autrement, les boutiques véganes regorgent encore de très nombreux steaks, escalopes, saucisses et autres côtelettes pouvant induire le consommateur en erreur. Surtout, ces dénominations témoignent de l’ambivalence d’une communauté végétalienne qui, tout en se nourrissant de tous ces « produits simili-carnés », défend l’abolition de la consommation de viande.

La prochaine étape ne serait-elle pas d’interdire au véganisme l’usage de ces termes issus de la boucherie ou la charcuterie ?

La décision de la CJUE du 14 juin 2017 devrait en fait éveiller les méninges du monde végan, pour qu’ils s’affranchissent, une bonne fois pour toute, d’un vocabulaire se référant à une consommation carnée qu’ils dénoncent ou haïssent.

 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 48 RÉACTIONS


PàgraT
Il y a 33 jours
Si vous ne voulez pas manger de viande issue d'élevages industriels, vous pouvez toujours acheter des viandes d'élevages en semi-plein air. Quant aux odeurs naturelles par essence, les éleveurs travaillent à leur limitation ( traitement naturel des litières, enfouissement direct dans la terre des déjections à odeur forte ...). Imaginez donc les projets urbains novateurs avec production en cycle fermé de légumes fertilisés avec les eaux usées,déjections humaines comprises. Moi à choisir, je préfère manger des légumes cultivés sur des terres fumées aux déjections animales!
Répondre
MDR
Il y a 35 jours
Franchement ,quand on visite vos elevages indus,ça donne pas envie d'en manger,rien que l'odeur t'as envie de gerber!!
Répondre
PàgraT
Il y a 55 jours
Vous correspondez point par point au portrait que j'ai décrit plus avant. Vous ignorez tout de la nature,comme si l'absence de l'homme sur terre engendrerait moins de violences. La nature cela n'a jamais été Disney! Et ce ne le sera jamais!
Répondre
JerryGolai
Il y a 57 jours
Vivement l'abolition de l'élevage, cette horreur qui tue 65 milliards d'animaux par an pour rien, pour que des gens se fassent de l'argent sur la mort et l'exploitation des animaux. Quelle honte de faire souffrir et de tuer alors que ce n'est plus nécessaire, les prochaines génération s'en souviendront et nous regarderont avec dégoût.
Répondre
PàgraT
Il y a 55 jours
Quand bien même vous auriez raison au sujet des vitamines B12 propagé par l'AFP, cela n'enlève rien au reste de mes propos, vu la somme de bêtises que vous et vos pairs nous assènent au sujet de l'élevage que pourtant vous ne connaissez pas.Toujours selon l'AFP des intégristes hindous auraient assassiné plusieurs de leurs compatriotes parce qu'ils consommaient de la viande. J'ai déjà vu un de vos membres molester un SDF pour lui retirer son chien devant des caméras
Répondre
Thomas
Il y a 58 jours
http://www.vivelab12.fr/dou-vient-la-vitamine-b12/
Jamais la B12 ne vient des animaux, il faut arrêter de lire des hoax et de les propager sans s'être documenté au préalable.
Répondre
David Olivier
Il y a 33 jours
Les animaux d'élevage sont largement supplémentés en vitamine B12, ce que les éleveurs savent bien s'ils lisent les étiquettes des aliments qu'ils utilisent. Les consommateurs de viande sont donc indirectement supplémentés, avec la même B12 que prennent les véganes directement. http://david.olivier.name/fr/les-animaux-emballages-version-longue
Répondre
Pàgrat
Il y a 58 jours
Les végans fanatisés ne sont que des usurpateurs,LA VITAMINE B12 qu'ils ingurgitent pour parer les carences est d'origine animale Leur mouvement est sectaire, totalitaire, et liberticide.La nature est belle certes mais elle est violente; tout le monde mange tout le monde. Etre végan, c'est renier sa propre nature!
Répondre
David Olivier
Il y a 59 jours
Il faut dire et répéter que cette décision de justice, contrairement à ce que suggère l'article, n'interdit en aucune manière l'usage, par le commun des mortels, en privé comme en public, des termes «lait», «fromage», etc. pour désigner les produits végétaux.

La décision concerne uniquement l'utilisation de ces termes dans la désignation *commerciale* des produits (étiquettes, publicité...). On ne peut pas marquer «lait de soja» sur le brik de lait de soja. On peut l'appeler lait de soja entre nous, sur nos blogs, et même, dans des textes administratifs.
Répondre
steph72
Il y a 59 jours
La disparition des pâturages n'inclue pas obigatoirement la fermeture du paysage.

Et à votre avis ,que se met il en place,s'il n'y a plus de paturage;des ronces et brousailles ???
Les incendie dans le sud sont aggravées par la disparition du pastoralisme à cause du loup .
C'est vrai que les especes protégées qui brulent ( faune flore) c'est secondaire..
Répondre