Végans contre omnivoresL'ambivalence du monde végan pointée du doigt

| par | Terre-net Média

La Cour de justice de l'Union européenne a rendu un arrêt interdisant, sauf exceptions, l'usage de certains termes comme « lait », « crème » ou « fromage » pour nommer des produits purement végétaux. La décision, qui pourrait en susciter d'autres pour les produits carnés, met en exergue l'ambivalence du monde végan.

Dans le commerce végétalien, l'ambivalence entre entre une idéologie anti-viande et l'usage de termes se référant directement aux secteurs de la boucherie ou de la charcuterie n'a pas de limite.Dans le commerce végétalien, l'ambivalence entre une idéologie anti-viande et l'usage de termes se référant directement aux secteurs de la boucherie ou de la charcuterie n'a pas de limite. (©Terre-net Média)

Selon le Larousse, le lait, dans sa définition première est un « liquide blanc (…) sécrété par les glandes mammaires de la femme et par celles des mammifères femelles pour la nutrition des jeunes. »

Le fromage, quant à lui, est un « produit alimentaire obtenu par coagulation du lait, égouttage du caillé ainsi obtenu et, éventuellement, affinage », et la crème désigne le « produit de l'écrémage du lait constitué de lait très enrichi en matière grasse ».

Pourquoi rappeler ces définitions que vous connaissez ? Parce qu’une récente décision de la Cour de justice de l’Union européenne a jugé nécessaire, à juste titre, de les rappeler aux défenseurs, promoteurs, commerçants et fanatiques du régime végan.

Depuis les débuts du véganisme, ces derniers n’ont pas trouvé mieux que d’employer les mêmes termes utilisés pour désigner tous les produits dont ils dénoncent la consommation. Tous les rayons ou sites de vente en ligne spécialisés regorgent de laits, fromages, steaks, saucisses ou autres rôtis… végétaux. Et quand il n’y a plus de « steak végétal », quelques « substituts façon bœuf, porc ou volaille » prennent le relais sémantique.

Certes, la très grande majorité de la communauté végan est tout aussi tolérante à l’égard des « viandards » que la grande majorité de ces derniers l’est à l’égard des végétaliens. Mais comment expliquer, au regard de l’activisme de quelques-uns, que l’alimentation 100 % végétale ne se soit pas développée avec ses propres termes, évitant ainsi, au passage, de tromper ou induire en erreur le consommateur ?

Du « simili » usurpateur

Dans sa décision du 14 juin 2017, la Cour de justice de l’Union européenne a tranché : les marchands de véganisme ne pourront plus utiliser, sauf exceptions, les termes « lait », « beurre » ou « crème » pour désigner des produits qui ne sont pas d’origine animale. Une décision saluée par l’ensemble de la profession agricole.

Et après ? Cette première étape judiciaire pourrait être suivie d’une autre. Car si les laits, beurres ou fromages végétaux doivent être appelés autrement, les boutiques véganes regorgent encore de très nombreux steaks, escalopes, saucisses et autres côtelettes pouvant induire le consommateur en erreur. Surtout, ces dénominations témoignent de l’ambivalence d’une communauté végétalienne qui, tout en se nourrissant de tous ces « produits simili-carnés », défend l’abolition de la consommation de viande.

La prochaine étape ne serait-elle pas d’interdire au véganisme l’usage de ces termes issus de la boucherie ou la charcuterie ?

La décision de la CJUE du 14 juin 2017 devrait en fait éveiller les méninges du monde végan, pour qu’ils s’affranchissent, une bonne fois pour toute, d’un vocabulaire se référant à une consommation carnée qu’ils dénoncent ou haïssent.

 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 36 RÉACTIONS


steph72
Il y a 17 jours
Et les prédateurs est ce qu'il demandent l'avis à la victime?
Les loups qui mangent les moutons par ex.
Quand aux dégâts environnementaux,vous savez de quoi vous parlez?
Les dégâts environnementaux sont bien plus importants par le mode de vie citadin,avec son artificialisation des terres contrairement à l'elevage qui entretient le territoire et utilise les prairies capteur de co2
Plus d'elevage et c'est la friche
Répondre
titian
Il y a 17 jours
Désolé c'est bien une réalité historique, hors informations orienté et nettoyé par les sites vegans, bien entendu.
Mais soit passons, loin de moi l'idée de quantifier la grandeur d'âme par le régime alimentaire choisi et parfois subis.
Nando Parrado en est d'ailleurs un bon exemple.
Mono a raison, le plus important est bien le respect de chacun en évitant de s'enfermer dans trop de certitudes.
Répondre
zazzoon
Il y a 17 jours
propos complètement débile. Ce cinglé n'était pas végétarien et encore moins vegan.
Si on part par là, d'après vous quel était l'alimentation de Saddam hussein, de Ben Laden ou de Staline ?
Répondre
mono44
Il y a 17 jours
l'homme a contraire beaucoup participé au développement de la planète et y contribue encore largement .L'esclavage est humain , l'élevage est animal .En matière d'humilité vous ne feriez pas mal d'en faire part , vous démontez une profession et un sujet qui vous sont complètement inconnus .Que vous ne vouliez pas consommer d'aliment carné , c'est votre droit par contre imposer votre idéologie vous est interdit
Répondre
titian
Il y a 17 jours
En effet pour certains, il y a trop d'humains sur la planète.
On connaît les dérives possible d'une telle pensée.
Répondre
Pierre
Il y a 16 jours
Ha tiens, un troll végan est de sortie sur Web-agri !!!
Répondre
titian
Il y a 17 jours
Il est clair que dénaturer quelques sérieux rapports qui exhortent par simple bon sens à beaucoup plus de sobriété, a plus à voir avec un célèbre vegan dénommé Adolphe H qu'avec le Nobel.
Répondre
LOD
Il y a 17 jours
Alors l'ONU, le journal Nature Communication, Einstein etc... qui exhortent d'être végétarien, sont dans l'idéologie et toi tu vas avoir le Nobel ;) :D
Répondre
zazzoon
Il y a 17 jours
La seule espèce dont la planète n'a aucun besoin pour exister, c'est l'homme. Donc un peu d'humilité ne ferait pas de mal. A vous entendre, sans l'invention de l'esclavage animal, la planète disparaîtrait.
Alors par quel miracle a t'elle pu s'en sortir avant l'élevage ?
Répondre
titian
Il y a 17 jours
Il est clair que la mort demande rarement l'avis de celui qu'elle veut frapper, c'est simplement notre destiné à tous.
Pour moi l'enveloppe n'est que secondaire, il convient de respecter la vie et la mort.

Tout aussi surprenant l'ambivalence de quelques célèbres commentateurs TV activistes vegans notoires, véritables chiens de gardes du programme politique mettant là au nu les prédateurs économiques, enrobé bien sûr de bien-pensance Darwinienne.
Répondre