Accès au foncierL'achat différé pour faciliter l'installation des jeunes agriculteurs

| par | Terre-net Média

Le Crédit Mutuel de Bretagne lance un nouveau dispositif, en partenariat avec la Safer de la région, pour simplifier l'accès au foncier au moment de l'installation et donc le renouvellement des générations d'agriculteurs : l'achat différé de terres agricoles.

paysage de terres agricoles Grâce à l'achat différé de foncier, « l'élevage de Romain Louzaouen maîtrise désormais son plan d’épandage et est devenu autonome à 80 % pour l’alimentation de ses animaux », explique le Conseil régional de Bretagne. (©Terre-net Média) 

L'accès au foncier est généralement ce qui pose le plus problème lorsqu'on souhaite s'installer en agriculture, notamment pour les projets hors cadre familial. D'où la série d'articles réalisés par la rédaction il y a maintenant un an :

« Le foncier est un point délicat quand on reprend une exploitation », insistait encore le mois dernier Robin Vergonjeanne, ancien journaliste pour Web-agri devenu éleveur de Charolaises en Isère, dans une suite de reportages sur son parcours à l'installation. Ainsi, dès qu'un nouveau dispositif est proposé pour aider les jeunes agriculteurs, nous essayons de le relayer. Après la location de terres avec option d’achat en Bretagne par exemple, ou la convention de portage de foncier signée entre le Crédit Agricole et la Safer des Hauts-de-France, c'est au tour du Crédit Mutuel et de la Safer de la région bretonne de lancer l'achat différé de foncier.

Romain Louzaouen a ainsi repris 47 ha

La société d'aménagement foncier achète les terrains non bâtis entrant dans le projet d'installation à la place du porteur de projet, qui devra les acquérir dans les 10 ans, le prix restant celui du marché au moment de l'engagement. La banque, elle, octroie un prêt de 3 M€ à l'organisme pour la mise en œuvre de cet outil. Quant à la Région Bretagne, elle apporte une garantie de 450 000 € à cet emprunt. Les premiers résultats de cette nouvelle offre seront évalués après une période test de trois ans,  afin de voir si « elle correspond bien aux attentes des exploitants agricoles », précise le Conseil régional dans un communiqué. 

Investir dans l’outil de production et améliorer le confort de travail.

Romain Louzaouen, installé depuis octobre 2019 en Gaec avec son frère David (95 ha, atelier naisseur-engraisseur de 200 truies), est le premier bénéficiaire de l'achat différé de foncier en Bretagne. Grâce à cette solution, il « a repris 47 ha, dont 17 ha en autofinancement et 30 ha en financement bancaire, et a pu investir dans l’outil de production et améliorer la qualité de vie au travail ». « L'élevage maîtrise désormais son plan d’épandage et est devenu autonome à 80 % pour l’alimentation de ses animaux », poursuit la collectivité locale ajoutant que ce dispositif permet de « répondre à l'enjeu phare du renouvellement générationnel en agriculture puisqu'il favorise l'accès au foncier, donc l'installation des jeunes agriculteurs », tout « préservant le potentiel agricole et environnemental breton ». 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 11 RÉACTIONS


Pipo
Il y a 246 jours
Le jour où vous verrez la SAFER privilégier les jeunes !!! Je vois bien le truc, le gamin il s'installe, au bout de 10ans, il sera bien incapable d'acheter le foncier, la SAFER sera donc l'heureuse propriétaire de 30 hectares qu'elle revendra un peu plus cher aux requins locaux qui se battront pour les avoir. Joli coup pour la SAFER.
Répondre
Clouseau
Il y a 247 jours
Les habitués du forum disaient pourtant la semaine dernière que tous les agriculteurs étaient de pauvres locataires et en aucun cas propriétaires.
La preuve que non.
Répondre
Réaliste
Il y a 247 jours
Tant qu'il faudra 50 ans de travail pour payer le moindre hectare on pourra différer tout ce que l'on veut ça ne changera strictement rien au problèmes sur le terrain, ni pour les installations ni pour les exploitants en place.
Répondre
Terminé
Il y a 248 jours
Safer, crédit mutuel, crédit agricole avec CER, chambre agri, MSA, tout le problème est là !! J y ajouterai terre net et web agri pour communiquer sur ces institutions qui ont mis par terre l agriculture française.
Différer, cela veut encore bien dire le grand malaise pourquoi différer parce que toutes ces institutions qui normalement doivent défendre l agriculture ne veulent pas que les prix des produits agricoles augmentent. Elles sont de conivance avec les coopératives pour comment conserver un agriculteur pour qu il puisse nous fournir des produits agricoles à pas cher. Je suis dégouté scandalisé de toujours et toujours voir cette politique de l aveugle. Des gens qui ne se remettent pas en cause. Ceci est un exemple pour une publicité du crédit mutuel et de la Safer, la semaine prochaine se sera le crédit agricole... bref la situation est bien plus grave que vous ne l imaginer. Différé bien triste d entendre cela, c'est bien parce que tout l environnement est malade que l agriculteur n a plus de revenu complètement écrasé détruit dépossédé. Il suffit de voir pour chaque agriculteur de voir comment cela se passe autour de lui. Une catastrophe nationale, des agriculteurs exploitants propriétaires cela ne va bientôt plus exister. Agriculteur = soumis au travail, esclave des contrôles et des institutions, humilié, non reconnu, au final n a plus rien. Ce n'est pas cet exemple qui va faire changer la tragédie actuelle.
Répondre
misérable
Il y a 248 jours
Une ferme par région ,pourquoi pas ça obligerait tous les agriculteurs à se donner la main et travailler dans le même intérêt et il y aurait moins de gaspillage d'argent public ; maintenant le social à voulut que l'on passe plus de temps à remplir des papiers que de s'occuper des bêtes et des cultures alors forcément les performances économiques s' en ressente ;je ne suis pas jaloux sur mes voisins ,ils font des choix et les assument du moment qu'ils payent leurs dettes et qu'ils me respectent .
Répondre
ronchon
Il y a 248 jours
une ferme par région !! c'est pas c.... !! derniere petite remarque à Misérable parceque ce genre de réflexion m'agace fortement ; tout d'abord , les meilleurs s'en sortent et les mauvais s'enfoncent , c'est normal , cela s'appel la sélection naturelle , sauf qu'en France , on leur tient la tete hors de l'eau , mais pour quoi faire ???? Il reste deux constructeurs de voitures en France en 2020, combien y en avait'il il y a un siecle ?? deux seulement , dans des usines gigantesques et personne ne trouve cela choquant ....aujourd'hui Une ferme qui vivotte avale les primes de l'Europe , comme les autres , mais il ne ressort rien !!!! ...pas de production , pas de revenu donc pas d'impots , pas de MSA , droit aux bourses et à beaucoup de choses ... on appel cela de l'assistanat , mais c'est pas tout ça qui fait avancer le pays ....Une chose est sûre , la mauvaise fois , la jalousie et la faculté à baver sur ses voisins et à cracher sur la machine qui nous fait vivre se transmet de père en fils . Ton père à dut faire comme toi toute sa vie , s'occuper de ses voisins plutôt que d'essayer de les prendre en exemple , sinon les 150 ha il les aurait certainement, comme tout ceux qui ont travaillé . Une chose est sûre également , ton fils , il ne les aura pas non plus !!! On transmet ce qu'on est capable de transmettre .....
Répondre
ronchon
Il y a 249 jours
on est la risée du monde avec notre agriculture !!!! on ne sais cultiver et élever que des parasites !!!! chaque agriculteur en fait vivre 8 ou 9 !!!!
Répondre
Grochat
Il y a 248 jours
Une ferme par département !!
C'est pas c..., mais quand j'entends parler de surpression des départements, il faudrait une ferme par région, c'est à dire 6 en France !!!!
Répondre
misérable
Il y a 241 jours
Une ferme par commune serait déjà pas mal pour satisfaire les besoins d'une certaine idéologie de la communauté antique !
Répondre
ronchon
Il y a 249 jours
il faudrait une ferme par département pour que l'agriculture française s'en sorte dans les années à venir , le reste n'est que bla bla et bricolage .....
Répondre