AgroalimentaireInVivo en négociations exclusives pour acquérir 100 % de Soufflet

| AFP

InVivo, premier groupement coopératif agricole français, est entré en négociations exclusives avec Soufflet pour prendre le contrôle de 100 % du capital du groupe familial, l'un des premiers malteurs mondiaux et l'un des principaux meuniers-boulangers français, ont annoncé les deux groupes mercredi.

Logos Invivo et logo SouffletInVivo en négociations exclusives pour acquérir 100 % de Soufflet. (©Invivo/Soufflet) 

« Le groupe InVivo, union nationale de coopératives agricoles françaises (...) et le groupe Soufflet, groupe familial agroalimentaire français de dimension internationale, annoncent aujourd'hui être entrés en négociations exclusives en vue de l'acquisition de 100 % du capital du groupe Soufflet par le groupe InVivo », indiquent les groupes dans un communiqué conjoint.

Les instances représentatives du personnel ont été informées mercredi de ce projet dans chacun des deux groupes, lesquels espèrent que l'ensemble de l'opération sera « finalisée avant la fin de l'année 2021 ».

« La combinaison des activités, très majoritairement complémentaires, du groupe InVivo avec celles du groupe Soufflet préserverait dans la durée leurs structurations par métiers, leurs cohérences, leurs positionnements et leurs identités respectives », assurent les groupes.

L'intégrité du groupe serait préservée et Soufflet « deviendrait une filiale d'InVivo », a indiqué une source proche du dossier. Si elle se concrétisait, l'opération ferait d'InVivo un champion européen, le deuxième groupe coopératif agricole sur le continent, avec environ 10 milliards d'euros de chiffre d'affaires, derrière le Munichois BayWa AG.

La famille Soufflet, qui a fait en 60 ans d'un petit commerce de grains de l'Aube un membre du trio de tête des malteurs mondiaux et un acteur incontournable du commerce des céréales, avec 7 000 collaborateurs dans 19 pays, de la semence au fournil, a toujours été extrêmement attaché à son indépendance.

« Mon objectif a toujours été, depuis toujours, de rester indépendant et de n'avoir aucun associé », avait confié à l'AFP en 2018 Michel Soufflet, le patriarche, toujours à la tête du conseil de surveillance du groupe, dont son fils Jean-Michel assure la tête du directoire. 

Mais l'absence de successeur semble avoir décidé les deux hommes à chercher un repreneur.

« En nous rapprochant d'InVivo, notre groupe familial trouverait une solution franco-française pour pérenniser son identité, assurer la continuité de ses activités et préserver son ancrage nogentais et sa présence régionale », a ainsi déclaré Jean-Michel Soufflet, cité dans le communiqué.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 11 RÉACTIONS


nini
Il y a 10 jours
2,3 milliards d'euros d'après Challenges qui avait estimé l'entreprise à 650 millions il y a peu. On peut diviser ce chiffre par le nombre d'adhérents de coop en France pour savoir indirectement ce que chacun a investi dans le machin. On peut aussi multiplier les dividendes sur nos fermes.... ou pas!
Répondre
Atlas03
Il y a 11 jours
La coopération agricole ..!!!! Mon dieux que c'est beau ... ça m’en donne la chaire de poules ..!!
Répondre
Grochat
Il y a 11 jours
C'est la CFDT et fo qui vont se frotter les mains, car ce sont les syndicats majoritaires dans les coops. Plus la coop sera importante, plus ces parasites auront un pouvoir de nuisance pour leur gueule et comme d'habitude nous n'aurons jamais les bénéfices de ces fusions, c'est juste un tremplin politique pour le président de cette acquisition
Répondre
moi meme
Il y a 12 jours
st ce que mr lemaire ministe des finance approuve l'operation ??franco franco c'est bien .pour la mondialisation du groupe soufflet je ne suis pas sur .je n'ai pas d'elements .
Répondre
Très drôle
Il y a 12 jours
Pas de repreneur dans la famille Soufflet. Qui pouvait se payer un tel groupe ? Valait-il mieux le vendre à des étrangers ? L'image que Soufflet renvoie c'est d'essayer de préserver les emplois et de maintenir un groupe Français. Par contre Invivo assume complétement de ne plus être au service des coopérateurs...
Répondre
anonyme
Il y a 12 jours
Je suis mort de rire :) !! Enfin Invivo accepte qu'elle n'est pas une coop mais un groupe privé qui vit au dépend de ses dernières. Je suis curieux de voir ce que cela va donner. Ca va peut permettre de couper le cordon ... En tout cas, l'image pour Soufflet risque d'être compliquée à assumer.
Répondre
Très drôle
Il y a 12 jours
Le plus drôle dans tout ça, c'est que c'est le groupe qui trimballe des erreurs de gestion depuis x années (c'est plus facile quand ce n'est pas ton argent) qui souhaitent racheter un groupe sain et toujours bien géré par la famille Soufflet !
Répondre
Jk
Il y a 13 jours
Une coop qui rachète un négoce c'est déjà vu. Une coop qui fait du bénef avec un négoce, ça par contre...
Je pense à toutes ces ristournes non reversées aux agriculteurs par leur coop car non reversées par invivo leur centrale d'achat. Ça fait un paquet de sous pour racheter une boutique à 5 milliards de CA.
Répondre
Maxens
Il y a 13 jours
Et l autorité de concurrence européenne elle va rien trouver a Redire??? Bah non plus ee concurrence, les victimes ce sont des agriculteurs...c est pas bien grave tout le monde s en fou
Répondre
agri exaspéré
Il y a 13 jours
lorsque 2 gros négociants de céréales s'associent, cela ne pose aucun problème, par contre lorsque vous voulez reprendre la ferme de votre voisin pour essayer de gagner un peu plus en réduisant les charges de structures, vous etes recalés en CDOA et vous n'obtenez pas l'autorisation d'exploiter ! Lamentable
Répondre