Dossier Retour au dossier Space 2019

Le Space, c'est parti !Anne-Marie Quemener : « Le climat, au c½ur des préoccupations de l'élevage »

| par | Terre-net Média

Le Space 2019 ouvre ses portes, avec pour thématique principale le changement climatique. Durant quatre jours, le parc expo de Rennes vivra au rythme du salon international de l'élevage.

Cliquez sur l'image pour lancer l'interview d'Anne-Marie Quemener

« Nous avons décidé de mettre le changement climatique à l'honneur cette année car nous sommes convaincus que les agriculteurs se sont déjà engagés depuis très longtemps dans des démarches en faveur du climat. » La commissaire générale du Space, Anne-Marie Quemener, lance la 33 e édition du salon international de l'élevage, tourné vers le climat.

Durant tout le salon, suivez l'actu grâce au tag Space 2019

Concrètement, l'Espace pour demain (situé dans le hall 4) présentera de nombreux équipements pour notamment réduire les gaz à effet de serre, améliorer l'ambiance des bâtiments, économiser et produire de l'énergie, etc. La thématique s'est aussi invitée dans de nombreuses conférences. De quoi répondre aux questions des éleveurs, parfois inquiets quant à l'avenir de leur filière.

Les présentations animales ne sont pas en reste pour autant. Plus de 550 bovins fouleront le ring durant ces quatre jours. Les races Salers et Pie Rouge sont à l'honneur cette année, avec notamment une dimension européenne. Suivez d'ailleurs tous les concours en live et retrouvez les palmarès et les replays via ce lien :  les concours bovins du Space.

Près de 1 400 exposants ont quant à eux répondu à l'appel et seront présents durant les quatre jours du salon. Du côté des visiteurs, le Space en comptabilisait 108 347 dont 14 000 internationaux en 2018. Cette année, les organisateurs espèrent bien faire grimper le compteur. D'ailleurs, un sondage de Web-agri, en ligne du 27 août au 3 septembre 2019, révèle que 21,8 % des lecteurs comptent se rendre au Space.

N.B. : Les résultats de ce sondage sont indicatifs (l’échantillon n’a pas été redressé).


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 3 RÉACTIONS


steph72
Il y a 7 jours
olmer tu as raison si on n'avait du prix on passerait mieux les aléas climatiques mais aussi si on n'avaient pas aussi ses charges qui nous etranglent et qui augmentent tous les ans.
En bovin viande c'est catastrophique,des prix en baisse et un surcout du à la sécheresse.
Une partie des eleveurs va jeter l'eponge,dégoutés;
Répondre
Olmer
Il y a 7 jours
Moi ma préoccupation c est le prix de vente,j aimerais bien vivre de mon métier, le climat franchement, je peux pas faire grand chose.
LE PRIX DE VENTE DE NOS PRODUCTION, BORDEL!
Répondre
Jonathan
Il y a 7 jours
Le climat c'est bien. Mais Anne-marie n'oublie pas l'essentiel qui est une meilleure valorisation de nos produits (lait, viande....), Et une baisse des charges.
Les agriculteurs manques déjà de trésorerie ce n'est sûrement pas pour investir dans des moyens pour économiser l'énergie, mais d'abord acheter du fourrage pour nourrir les animaux !!!!!
Répondre