Suicide agricoleGuillaume Canet alerte les politiques jusqu'à Bruxelles

| par | Terre-net Média

Après l'Élysée, l'Assemblée nationale et le Sénat, Guillaume Canet a voulu attirer l'attention des députés européens sur le suicide des agriculteurs. Via la série Retour à la terre de Brut, dont le 8e épisode vient d'être publié sur la plateforme Facebook Watch, il cherche également à sensibiliser le grand public.

Dans cette vidéo postée sur son compte Instagram, Guillaume Canet se filme devant le Parlement européen.

Le 28 janvier en effet, pile la veille de la sélection officielle pour les Césars 2020, où Au nom de la terre est nommé dans trois catégories ("meilleur premier film", "meilleur espoir masculin" et "prix du public"), il s'est rendu à Bruxelles avec l'équipe d'Au nom de la terre, et notamment son réalisateur Édouard Bergeon et son producteur Christophe Rossignol, pour projeter le film aux députés et les faire participer à un débat sur le suicide des agriculteurs.

Nous continuons notre combat à Bruxelles.

L'acteur écrit dans le texte accompagnant son message filmé, qui a déjà été vu près de 240 000 fois : « Après l'avoir montré à l'Élysée, à l'Assemblée nationale et au Sénat, nous continuons notre combat pour sensibiliser les politiques sur la condition des paysans et essayer de faire bouger les choses. »

Le DVD Au nom de la terre est sorti !
Pour ceux qui ne aurait manqué ou désirent revoir Au nom de la terre, le film est disponible depuis le 4 février en DVD, BRD et édition DVD collecteur.

Sensibiliser le grand public grâce à la série Retour à la terre :

guillaume canet serie retrou a la terre brutGuillaume Canet se filmant chez l'un des agriculteurs rencontrés pour la série Retour à la terre. (©Brut) 

En parallèle de cette sensibilisation politique, Guillaume Canet cherche à attirer l'attention du grand public sur les difficultés du monde agricole et le fléau du suicide des agriculteurs via la série Retour à la terre. Depuis début octobre, huit épisodes de 5 min (le 8e est sorti le 6 février) ont été réalisés par le média vidéo Brut et diffusés sur la plateforme Facebook Watch. Dans l'épisode 1, l'acteur revient bien sûr sur son film et le suicide agricole et dans l'épisode 2, il le présente à l'Assemblée nationale et recueille les réactions de plusieurs députés. 

Guillaume Canet à la rencontre des agriculteurs

Mais il échange aussi avec des producteurs lors de projections-débats ou en en allant à leur rencontre sur leurs exploitations.

Dans l'épisode 4 par exemple, il nous livre le témoignage de Denis, éleveur laitier qui a failli passer à l'acte. Une baisse de production, ayant entraîné très rapidement des soucis financiers, puis la crise du lait de 2009 : le producteur a été pris dans un véritable engrenage.

J'ai retrouvé l'envie de travailler et de continuer mon activité. (Denis, éleveur laitier)

Il précise comment Solidarité paysans l'a aidé à passer ce cap difficile, un des bénévoles de l'association rappelant que les exploitants ne doivent pas hésité à solliciter ses services. Aujourd'hui, la situation économique de l'élevage s'est améliorée et Denis a « retrouvé l'envie de travailler et de continuer son activité », son fils s'étant même associé avec lui depuis.

Il dénonce des prix agricoles trop bas

Dans cette série, Guillaume Canet aborde également d'autres sujets en lien avec l'agriculture.

Dans l'épisode 1 : il évoque les prix agricoles trop bas, qui ne rémunèrent pas le travail des exploitants, ou les normes drastiques auxquelles doivent répondre les denrées alimentaires françaises avec Vincent et Valérie, agriculteurs en Mayenne,.

Dans l'épisode 5 : il met en avant la démarche équitable "C'est qui le patron ?".  Il fait notamment intervenir Thierry Comte et son fils Gaëtan, producteurs de lait. Une initiative qui donne « un bon coup de pouce » selon Thierry, mais il faudra du « temps pour reboucher le trou qui s'est creusé » au niveau des résultats économiques des élevages laitiers.

Dans l'épisode 7 : il fait un parallèle entre le prix du pain et le revenu des producteurs. Sylvian Grass, producteur de farine et de pâtes, explique à une consommatrice qu'en « payant sa baguette 3 centimes plus cher, les céréaliers seraient rémunérés pour leur travail ».

Certains épisodes ayant dépassé 1 million de vues (le 1er a même atteint 2 millions), Retour à la terre pourrait réussir, comme l'acteur le souhaite, à sensibiliser la société à la cause agricole.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 8 RÉACTIONS


sicnarf
Il y a 8 jours
Mme Christiane Lambert a la mémoire courte,à moins qu'elle fasse preuve de cynisme? Qui furent les instigateurs du X ième plan pour le devenir de l'agriculture en 1989: ''le cours mondial (lait,blé...) devra être la référence pour les productions européennes''Ces hommes s'appelaient Luc GUYAU président de la FNSEA ,Louis PERRIN président de l'APCA et quelques autres fossoyeurs de la profession agricole. Un homme avec un grand H s'était alors élevé contre cette trahison : JACQUES LAIGNEAU , fondateur de la Coordination Rurale et maintenant...quel gachis ! à mediter
Répondre
Giloir85
Il y a 15 jours
On est tous en train de crever dans ce métier. Nos banque nous font pas confiance. exetera exetera
Répondre
Dan 63
Il y a 16 jours
Mais que fond nos syndicats ? Que nous propose la FNSEA? Préfère défendre les farmers qui avalent la majeure partie des subventions... De l argent il y en a mais très mal repartie
Les coopératives la SAFER le crédit agricole aux mains de la FD
Combien de paysans doivent ils être sacrifié sur l hôtel de la mal bouffe et du productivisme ?
Répondre
jersiaise
Il y a 16 jours
Merci, mais les avertirent ses mous la c'est bien mais comprendront t'ils le mal qu'ils sèment à court termes
Répondre
Yp42
Il y a 16 jours
Et toujours pas de réaction politique pour "sauvez l'agri" ...
Ce message a été signalé 2 fois
Répondre
vik
Il y a 16 jours
Oui merci beaucoup pour mes vaches Ms Quillaume( agriculture raisonnée et familiale), mais je voulais dire aussi dans le film il manque une chose les controles rien que cette année 3 controles + j'ai dépassé mon quotas donc je paye la pénalité mais ma laiterie paye t'elle la pénalité non bien sur car elle n'ai pas controlé car elle magoulle avec l'autre coop normal pression avec le nombre de salariés ect ect
Répondre
Jeronimo
Il y a 16 jours
Merci
Répondre
sceadupas
Il y a 16 jours
merci enfin un acteur sensible a la maltraitance des agriculteurs -eleveur
Répondre