Filière laitière et réforme de la PacFrance OP Lait organise ses Assises mardi 13 octobre pour alimenter le débat

Près de deux ans après sa création, le réseau national des OP laitières organise ses « Assises », en partenariat avec Web-agri et le Cer France de Bretagne, mardi 13 octobre 2020, dans les locaux du think tank AgrIDées. Avec au moins deux objectifs : dresser un bilan de la structuration des producteurs de lait, et surtout dégager des pistes d'amélioration qui seront « déposées au débat national sur la réforme de la Pac ».

France OP Lait fédère 20 organisations de producteurs. France OP Lait fédère 20 organisations de producteurs. (©Terre-net Média) France OP Lait, syndicat qui fédère 20 organisations de producteurs laitiers depuis novembre 2018, tient ses premières «  Assises » mardi 13 octobre 2020 à Paris, dans les locaux du think tank AgrIDées, en partenariat avec Web-agri.fr et le Cer France de Bretagne. Un événement organisé à un moment charnière : près de 10 ans après le décret rendant obligatoire la contractualisation pour le lait, près de 8 ans après l’ agrément des premières organisations de producteurs, un peu plus de 5 ans après la fin des quotas laitiers, 3 ans quasiment jour pour jour après le fameux discours d’Emmanuel Macron à Rungis exhortant les producteurs à se regrouper, et bientôt 2 ans après la création de France OP Lait.

Pour Denis Berranger, le président de France OP Lait, il s’agit de « dire ce qui marche dans les organisations de producteurs, mesurer ce qui n’a pas encore pu aboutir et formuler les ajustements nécessaires, notamment à travers la réforme de la Pac ». France OP Lait a ainsi convié de nombreux acteurs à venir débattre : les acteurs de l'interprofession, des industriels privés, des coopératives, des députés spécialistes des questions agricoles, mais aussi des représentants d'OP d'autres filières, notamment en viande bovine et fruits et légumes. Les échanges de la journée entre les différents acteurs de la filière invités à témoigner doivent d’ailleurs alimenter le débat national sur la réforme.

Alimenter le débat national sur la réforme de la Pac

« S’il est légitime que le gouvernement attende des producteurs des résultats en termes d’organisation et de professionnalisation dans la négociation des prix avec les industriels, il est aussi important d’établir un point d’étape, notamment à la veille de la définition du plan stratégique national de la France pour la Pac », explique-t-il.

Les coûts de production des producteurs sont-ils mieux pris en compte aujourd’hui ? Comment définir un juste prix face aux divers indicateurs de prix ? Les négociations commerciales sont-elles devenues plus transparentes ? Pourquoi certaines organisations de producteurs réussissent-elles mieux que d’autres ? Comment agir sur la mise en marché ? Autant de questions posées par les organisateurs, à quelques jours de la date butoir de la conclusion des accords-cadres entre OP et collecteurs.

Dans ce contexte sanitaire si particulier et les mesures de restrictions qui en découlent, ces Assises seront intégralement filmées. Les différents échanges seront diffusés dans les jours qui suivront sur Web-agri, et également consultables sur Youtube.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 3 RÉACTIONS


Rêveur
Il y a 17 jours
Berranger l homme qui se prenait pour un shérif et qui va ruiner les laitiers comme les op prune ont ruiné les pruniculteurs On prend le même chemin les cotisations augmentent pour des résultats que n importe quel benet obtiendrait. Et maintenant web et Cer ronronnent pour france op mais non de dieu réveillez vous. Roquefeuille vaut pas cher mais il a plus d amour propre que berranger
Répondre
Jonathan
Il y a 20 jours
Bien d'accord. Et notre fameux Denis beranger combien gagne t'il par mois ??? Alors que lui et son OP ne nous apportes rien....encore un profiteur du système !!!
Répondre
Terminé
Il y a 21 jours
Débat inutile. Le vrai combat c'est le regroupement de tout les producteurs, reprendre possession de sa production et l eleveur facture lui même ses ventes en fonction de ses coûts de production. Tant que les agriculteurs ne vont pas reprendre la possession de leur produit c est cuit tout les débats seront inutiles preuve loi egalim une cata !!tout le monde fait le constat du non revenu des producteurs mais ne font rien. La seule façon c'est de ne plus livrer et tout le monde, ça a capoté en 2009 voilà où on en est la disparition de l élevage en France.
Répondre