Perspectives de prix du lait pour 2018FMB s'interroge sur les objectifs de certaines OP verticales

| par | Terre-net Média

Indiquant avoir proposé aux principales laiteries privées une nouvelle formule de prix permettant une fourchette de prix payés aux producteurs de 340 à 380 ¤/1 000 l, les organisations de producteurs FMB Grand Ouest et Normandie s'interrogent sur les objectifs défendus par les OP verticales. « Les OP ne servent-elles pas les intérêts des industriels privés et des coopératives en se préoccupant plutôt de la gestion des volumes au détriment de la revendication d'un prix rémunérateur. »

France Milkboard critique les objectifs visés par certaines organisations de producteurs verticales en matière de rémunération des producteurs laitiers pour 2018.France Milkboard critique les objectifs visés par certaines organisations de producteurs verticales en matière de rémunération des producteurs laitiers pour 2018. (©Terre-net Média) L’objectif des organisations de producteurs laitiers est-il bien de mieux rémunérer les éleveurs ? Voilà en substance la question posée par les deux OP transversales FMB Grand Ouest et FMB Normandie dans un communiqué.

« Les OP ne servent-elles pas les intérêts des industriels privés et des coopératives en se préoccupant plutôt de la gestion des volumes au détriment de la revendication d'un prix rémunérateur pour leurs producteurs adhérents ? », questionnent les deux structures.

« FMB s'interroge sur les objectifs poursuivis par les OP en France au vu des dernières rencontres OP qui ont eu lieu récemment au Cniel. Nous constatons que nous sommes la seule OP à revendiquer un prix payé qui prend réellement en compte les coûts de production comme prévu par le projet de loi issu des États généraux et déjà demandé dans le cadre de la loi Sapin 2 qui n’est toujours pas respectée ! »

Les deux OP FMB expliquent qu’elles proposent, « depuis janvier, une nouvelle formule à tous ses industriels partenaires : les groupes Lactalis, Savencia, Sill et les laiteries Vaubernier et Saint-Père ». « La formule FMB intègre les coûts de production à 50 % dans le calcul avec comme indicateur, l’indice Milc, notifié par le Cniel tous les mois. Après expertise, cette formule donne un prix situé dans une fourchette de 340 à 380 €/1 000 l pour un lait standard 38/32. »

« L’année 2018 démarre sous les mêmes auspices qu'en 2017 »

« Qu’en est-il des autres OP Lactalis, l’Unell et l’OPLGO ? La formule dite novatrice proposée par l’Unell à Lactalis accuse une baisse de 30 €/mois sur le premier trimestre par rapport à la formule contractuelle qui servait à la fixation du prix depuis 2011, année de la signature de 97 % des contrats Lactalis. » Et les deux structures FMB de dénoncer : « Tous les producteurs Lactalis en France perdent donc 100 €/1 000 l sur le premier trimestre 2018. »

Malgré la pénurie de beurre fin 2017, « le prix du lait n’a pas pour autant connu la même embellie que les cours de la matière grasse, la moyenne pour 2017 avoisinant les 320 €/1 000 l. L’année 2018 démarre sous les mêmes auspices », résume France MilkBoard.

Et FMB de rappeler les conclusions d’une étude sur les coûts de production : « Le coût de production tourne autour de 450 €/1 000 l en France en 2017. Un chiffre consolidé par l’Institut de l’élevage, qui sort une moyenne pour 2017 à plus de 485 €/1 000 l. »

À lire aussi >> Prix du lait et coûts de production - 

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 5 RÉACTIONS


PATRICE BRACHET
Il y a 3 jours
Pour les coops je ne sais pas à part le petit Damien pour les op ce sont des collègues souvent non syndicaliste et qui se comportent comme une coop (charges en augmentation le dialogue devient difficile avec les industriels ) bilan on recule ( savencia)
Répondre
PàgraT
Il y a 3 jours
Qui sont dans les conseils d'administration des coopératives? Qui sont à la tête des OP verticales?
Répondre
PATRICE BRACHET
Il y a 5 jours
C est les o p qui ne veulent pas passer en horizontal renseignez vous !!???
Répondre
PàgraT
Il y a 5 jours
Dans le cadre des organisations verticales, les paysans sont toujours la variable d'ajustement et s'ils l'ouvrent trop, se font sortir! Allez savoir pourquoi, le syndicat majoritaire défend ce système et ne veut pas d'organisation horizontale? S'agit-il de conflits d'intérêt ?
Répondre
jmb67
Il y a 6 jours
il faudra sortir un jour de cette guerre intestine syndicale !!!!!!! un communiquer qui fait bander Mr LACTALIS ...........
Répondre