Robin, de journaliste à éleveurÉtape 1 : études/premier job, le temps de mûrir son projet d'installation

| par | Terre-net Média

Robin Vergonjeanne, journaliste élevage pendant plusieurs années, a repris il y deux ans une ferme en hors cadre familial près de Grenoble avec une amie, Anne. Avec un peu de recul, il revient sur chaque étape de son parcours à l'installation dans une série d'articles, expliquant ses succès et les moments plus difficiles, tout en distillant quelques conseils. Top départ avec les années d'études et un premier emploi à la rédaction de Web-agri, le temps de mûrir son projet.

vaches allaitantes dans prairies ferme bellevueRobin Vergonjeanne, passionné d'élevage, est d'abord journaliste, un métier qui lui permet de « côtoyer des techniciens, vétérinaires, économistes, mais aussi de nombreux éleveurs ». (©Robin Vergonjeanne) 

Passionné d'élevage depuis tout petit bien qu'il ne soit pas du monde agricole, Robin suit des études d'agriculture à l'école d'ingénieur de Rouen, l'Ésitpa, aujourd'hui UniLaSalle. En 2011, il réalise son stage de mémoire à la rédaction de Web-agri. Six mois durant lesquels il rédige aussi des articles, mène des interviews, part en reportages.

Voir aussi l'infographie interactive :
S'installer en agriculture : comment bien s'y prendre

Un métier qui lui plaît, centré sur sa passion, qui lui permet surtout, comme il le souligne lui-même, de « côtoyer des experts, des techniciens, vétérinaires, économistes, etc., et de nombreux éleveurs, donc d'approfondir » ses « connaissances technico-économiques » mais également pratiques. Ce qui aiguise son "œil terrain" et son envie de l'installer. Il restera cinq ans, le temps que celle-ci mûrisse et devienne un projet de plus en plus concret. Sur son temps libre, il débute son parcours à l'installation et entreprend les démarches nécessaires pour être éleveur.

« Je ne voulais pas travailler seul »

En mars 2017, "l'appel des vaches" l'amène en Isère pour un stage de parrainage à la Ferme Bellevue avec Anne, une amie rencontrée sur les bancs de l'Ésitpa qui, elle, est de la région et est attirée par les mêmes productions et systèmes d'élevage. « Je ne voulais pas travailler seul, explique Robin. Je connaissais les contraintes du métier. J'aime bouger, je ne me voyais pas 365 jours sur 365 au "cul des bêtes". À ce rythme-là, on ne tient que trois-quatre ans. » À la fin de l'année, ils reprennent l'exploitation en Gaec.

Deux ans déjà, presque jour pour jour ou tout au moins mois pour mois, qu'ils y élèvent des vaches allaitantes et des porcs bio et font de la vente directe. L'occasion pour Robin de se repencher, maintenant qu'il en est sorti, sur son parcours à l'installation proprement dit, ses réussites et ses galères, en insistant sur les points de vigilance. Alors ne manquez pas l'étape 2, où le jeune éleveur explique comment lui et sa future associée ont trouvé l'exploitation qu'ils allaient reprendre.

Le conseil de Robin :
Le parcours à l'installation est la dernière phase de la création/reprise d'une exploitation.
Le plus important est avant : son projet, c'est-à-dire ce qu'on veut faire de sa vie, au niveau pro et aussi perso.

Suivez la vie sur l'exploitation et le travail de Robin et Anne, au quotidien ou presque, sur la page Facebook de la Ferme de Bellevue 



Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article