Maladie de la vache folle"Risque contrôlé" pour USA et Canada (OIE)

| AFP

Les Etats-Unis et le Canada ont été classés à l'unanimité dans la catégorie "risques contrôlés" pour l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB, ou maladie de la vache folle), a annoncé mardi à Paris l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) lors de sa réunion annuelle.

Ces deux pays, qui n'avaient pas soumis de dossier auparavant à l'OIE et n'étaient donc pas classés, ont été considérés par la commission scientifique de l'OIE, puis par un vote unanime des 150 membres présents à Paris comme présentant des "risques contrôlés", a déclaré au cours d'une conférence de presse le directeur général de l'organisation, Bernard Vallat. L'OIE compte trois catégories de risques : "négligeables", "contrôlés" et "indéterminés". Chacune de ces catégories comporte des conditions imposées aux pays pour leurs exportations. M. Vallat a rappelé que "les viandes désossées issues des animaux âgés de moins de 30 mois étaient, elles, considérées sans risques".

La classification des Etats-Unis, a souligné M. Vallat, "va permettre (à ce pays) et à ses clients de se référer à des normes" dans leurs négociations commerciales. Depuis le début de la conférence de l'OIE, une quinzaine de paysans et salariés sud-coréens manifestent devant le lieu de la réunion pour protester contre les accords de libre-échange contribuant, selon eux, "à l'érosion des normes sanitaires". Les manifestants craignaient que l'OIE ne reconnaisse les Etats-Unis comme présentant toutes les garanties dans le contrôle de l'ESB, ce qui permettrait, selon eux, l'importation en Corée du Sud "de viande de mauvaise qualité".

La Corée du Sud a levé, depuis septembre 2006, son embargo imposé depuis près de trois ans sur le boeuf américain qui avait été décrété à la suite d'un cas de vache folle. De plus, les Etats-Unis et la Corée du Sud ont conclu, en avril, un accord de libre-échange, vivement contesté par des militants altermondialistes et nombre d'agriculteurs sud-coréens qui ont peur de faire les frais de l'ouverture à la concurrence du marché sud-coréen.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article