Industrie/SocialEntremont affiche son intention de nouer un accord avec Lactalis ou Sodiaal

| AFP

Le groupe laitier Entremont Alliance et son actionnaire unique Unifem souhaitent bien conclure «avant la fin du mois d'août» un accord de principe pour «arrimer» le groupe en difficulté à l'un de ses rivaux Lactalis ou Sodiaal, a indiqué mardi un communiqué d'Entremont.

«Entremont Alliance et son actionnaire unique Unifem précisent qu'ils négocient actuellement avec Lactalis et Sodiaal un regroupement industriel visant à arrimer Entremont et ses activités à un de ces groupes, formant ainsi un ensemble plus diversifié», selon le communiqué.

«Ils feront tout ce qui est en leur pouvoir pour que les principes d'une telle opération soient arrêtés avant la fin du mois d'août», précise le communiqué.

Le communiqué d'Entremont, publié «suite à la parution de divers articles» et «pour couper court à des interprétations inexactes», fait suite notamment à une interview de Christian Mazuray, le président du groupe, publiée mardi dans le Télégramme. Dans cette interview, celui-ci souligne que le dossier Entremont «ne trouvera pas son épilogue avant début 2010», et qu'il n'y a pas actuellement «d'offre tangible» pour ce qui est de l'avenir du groupe.

«Il y a actuellement trois hypothèses possibles: Sodiaal s'est déclaré, Lactalis doit faire une proposition en septembre. Mais il y a aussi la possibilité de continuer seul» avec une injection d'argent par l'actionnaire Albert Frère, explique M. Mazuray. Interrogée par l'Afp, la direction d'Entremont s'est refusée à tout commentaire. Entremont, qui compte 6.000 producteurs de lait, absorbe notamment 30% de la production laitière bretonne, et emploie environ 4.180 personnes. Entremont appartient à la holding Unifem, qui est détenue à 63,5% par le financier belge Albert Frère et à 33,5% par la coopérative bretonne Unicopa.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article