EcophytoEn polyculture-élevage aussi, il faut alléger le poids des phytos

| par Cécile Julien | Terre-net Média

Le plan Ecophyto concerne aussi les exploitations en polyculture-élevage. Réduire l'utilisation des phytos quand on a beaucoup de cultures fourragères passe souvent par une évolution de son assolement vers plus d'herbe. Ces bonnes pratiques environnementales débouchent aussi sur une meilleure durabilité économique.

Le plan écophyto touche aussi les exploitations de polyculture-élevageAugmenter la place de l'herbe dans son assolement réduit l'utilisation des phytosanitaires sur son exploitation. (©Cécile Julien)

Quand on parle réduction d’utilisations des produits phytosanitaires, on pense d’abord aux grandes cultures. Pourtant, les exploitations avec élevage représentent 64 % de la SAU nationale et 48 % des terres labourables. Globalement, les fermes de polyculture-élevage ont des IFT (Indice de fréquence de traitements, nombre de doses homologuées appliquées/ha/an) plus bas que celles qui sont spécialisées en grandes cultures. Les prairies, le maïs ensilage sont des cultures plutôt économes en phytos. Les pratiques sont aussi moins intensives, avec des attentes différentes en termes de rendement. Pour autant, les systèmes de polyculture-élevage doivent aussi relever le défi de la réduction des phytos. « Il y a des marges de progrès, estime Nicolas Chartier, de l'Idele, lors d’une conférence au Space. Heureusement, ces marges s’accompagnent d’intérêts économiques ». En analysant les données des fermes des réseaux Dephy et Inosys, Nicolas Chartier a tiré des pistes d’amélioration. « S’il est clair que le maïs a un IFT supérieur à l’herbe, il y a aussi beaucoup de différences entre les exploitations au même système. Des éleveurs arrivent à avoir des productions importantes en utilisant moins de phyto ».

L’assolement premier levier

Les fermes en polyculture-élevage du réseau Dephy ont toutes réduit leur utilisation de phytos de 18 % en moyenne, contre 8 % pour celles en grandes cultures. « Les herbicides sont les plus difficiles à réduire, note Nicolas Chartier, car leur réduction demande de revoir l’assolement ». En creusant, sur une trentaine d’exploitations, les façons de réduire de moitié l’IFT, c’est ce changement d’assolement qui revient comme première solution. « En augmentant la part d’herbe, on arrive à 70 % de nos objectifs de réduction » souligne Nicolas Chartier.

Évidemment, réduire les phytos améliore les performances environnementales de l’exploitation. Mais qu’en est-il pour la rentabilité ? « Avec un objectif de réduire de moitié l’utilisation des produits phytosanitaires, si les performances pour les cultures sont moindres, il y a aussi moins de charges, analyse Nicolas Chartier. Au final, l’EBE est amélioré de 6 % et l’EBE sur produit brut de 7 % ». La réduction des phytos va de pair avec la durabilité des systèmes, qui gagnent en autonomie.

Pour accompagner les éleveurs dans ces changements, l'Idele travaille à un diagnostic simplifié pour évaluer rapidement les performances de l’exploitation et prévoir leur évolution avec de nouvelles pratiques.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 5 RÉACTIONS


PATRICE BRACHET
Il y a 204 jours
Tout à fait d accord c est un des objets de mon association et quelques soit les formules du moment que tout le monde y trouve son compte (animal , nature et citoyen)
Répondre
MDR
Il y a 204 jours
En polyculture-elevage, etre autonome a 100% devrait etre la base !!
Répondre
PATRICE BRACHET
Il y a 204 jours
Pour ceux qui pensent que sans l herbe on ne peux pas préserver l environnement écrivez par courrier à l adresse de association zéro cli - va - ges mairie d azerat 24210 et l on explique
Répondre
titian
Il y a 204 jours
Rien de nouveau Mr Brachet, par contre faut pas rêver, en SDCV il y a besoin du glypho pour faire un reset avec les graminées pluriannuelles.
Donc on a aussi du souci à se faire.
Répondre
PATRICE BRACHET
Il y a 204 jours
Pas besoin d augmenter l herbe dans notre association on descend à moins 70 % de phytos simplement en ayant des sols toujours couverts (méteil)qui sont allopathiques qui servent de nourriture aux vl et derrière on sème le mais en direct
Répondre