Opération séductionEmmanuel Macron veut reconquérir le c½ur des agriculteurs

| par | Terre-net Média

Après les nombreux sujets de mécontentement qui ont poussé le monde agricole à manifester à plusieurs reprises l'année dernière et, en point d'orgue, la nouvelle réglementation sur les ZNT annoncée en décembre, le président de la République a subtilement vanté les mérites du modèle agricole français à l'occasion de la remise des prix d'excellence du Concours général agricole.

Le président de la République célébrant les mérites de l'agriculture française, à l'occasion des 150 ans du Concours général agricoleLe président de la République célébrant les vertus de l'agriculture française, à l'occasion des 150 ans du Concours général agricole (©Terre-net Média) 

C’est à une véritable déclaration d’amour aux agriculteurs qu’Emmanuel Macron s’est livré, le 17 janvier, devant les lauréats des prix d’excellence du Concours général agricole. Le 150e anniversaire de cette récompense constituait, il est vrai, l’occasion idéale de disserter sur la qualité de l’agriculture française.

Décidé à « défendre, renforcer, célébrer » l’exception agricole française dont le concours général agricole serait « quintessentiel », le président de la République a loué les mérites des agriculteurs français et de «  la vocation écologique et environnementale de l’agriculture », à grand renfort de lyrisme. « Qui défend le sol français ? Sa capacité à y produire durablement ? À avoir les meilleures espèces ? À y élever des bêtes qui ont leurs racines depuis parfois des siècles et des siècles ? Les agriculteurs, les éleveurs. Celles et ceux qui produisent depuis parfois bien longtemps et qui savent ce que leur sol peut donner », a affirmé le chef de l’État.

Une condamnation de l’agribashing

Car si le modèle agricole français a parfois « connu des excès », liés à « la concurrence mondiale », pour Emmanuel Macron, il permet d’assurer la souveraineté française et de « nourrir durablement notre population ». Tout en restant « un modèle à taille humaine qui a toujours su privilégier la qualité ». Or, « nous ne pouvons pas nous retrouver aujourd’hui, dans notre pays, avec trop de commentateurs qui ne défendent plus assez la qualité française », a prévenu le président de la République, invitant ses concitoyens à « ne pas donner de leçons » aux agriculteurs qui « en reçoivent beaucoup déjà ».

Le chef de l'État a donc insisté, tout au long de son discours, sur les nombreuses qualités des agriculteurs français, que ce soit le « bon sens » pour préserver l’environnement, le souci du bien-être animal, ou encore « l'engagement complet pour pouvoir manger français et manger bien ». Autant de vertus qui, pour Emmanuel Macron, rendent « inacceptables » les attaques de ces derniers mois vis-à-vis des agriculteurs.

Dissonances du côté de la ministre de l’écologie

Si Emmanuel Macron s’est appliqué à défendre ce modèle français, c’est sans doute avant tout pour apaiser les tensions avec le monde agricole, irrité ces derniers mois par les négociations pour les accords de libre-échange, le bouillant sujet de l’interdiction du glyphosate ou encore celui, tout aussi clivant, des zones de non traitement (ZNT) à proximité des habitations, illustration de l'objectif gouvernemental d'aller vers une réduction rapide de l'utilisation des pesticides de synthèse.

Cette belle déclaration d’amour du président a cependant été ternie par les propos tenus le matin-même par la ministre de la transition écologique, Elisabeth Borne. À l’occasion de ses vœux à a presse, cette dernière a estimé que « produire autrement c'est aussi changer de modèle agricole et ce n'est pas céder à un quelconque "bashing" que de le dire ». «  Ce modèle a eu ses vertus mais il est arrivé à bout de souffle, il bouscule la nature et il enferme tellement d'agriculteurs dans une impasse », a poursuivi la ministre, ajoutant que cet état d’esprit devrait être porté dans la future Pac. 

En regard du discours laudateur du président, ce positionnement s'avère difficile à expliquer. « Peut-être veut-elle récupérer le ministère de l'agriculture ? », ironise-t-on dans l'entourage de Didier Guillaume. 

Lecteurs, cliquez ci-dessous sur les boutons de lecture pour écouter la bande-son.

Quant au président de la République interrogé à l'issue de son discours, il a contredit les propos de sa ministre, estimant qu’en matière de transition agro-écologique, il fallait « avoir de l’ambition, mais sans pessimisme ». « Il y a toute la transition écologique et environnementale qu’on est en train de faire filière par filière pour progressivement sortir de certains pesticides, et réduire les pesticides, conformément aux engagements que j’ai pris en campagne. On est en train de réinventer un nouveau modèle, la France a une exception agricole qui est forte et qu’il faut défendre ». 

Questionné sur la capacité à préserver ce modèle français dans un contexte de concurrence internationale très fort, le président a également rappelé que sa stratégie restait de « faire bouger l’Europe dans le même sens ». « Derrière, ça veut dire aussi harmoniser les contrôles sanitaires européens », a-t-il ajouté, défendant l’idée d’une "agence sanitaire européenne".  


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 40 RÉACTIONS


Pat77
Il y a 24 jours
Super menteur a parlé . il nest quand meme fort : il peut dire qlq chose et le lendemain faire son contraire ! Il ne manque pas d'air !
Vive la révolution
Répondre
david
Il y a 24 jours
On devrait faire grève aussi....Sauf que nos bêtes seront mal sans nous, nos cultures repartiront en friche, un sacré boulot pour remettre çà à flot après...Et combien d'entre nous se feront saisir sa ferme pour impayé...

Par contre, on sera les seuls à avoir de quoi bouffer, car 98.5% de la population préfère éviter de se casser le dos, et ne produit pas 1gr de nourriture...ces gamins capricieux.

Donc on fait grève de la production, et quand on aura été compris, et çà ira vite quand les estomacs gargouilleront, on demande à l'état d'éponger nos dettes ET de nous payer pour relancer la machine...En 2008, çà été fait pour les banques, pourquoi pas pour nous?

Répondre
Clouseau
Il y a 25 jours
Alors, ces boues de station d'épuration, elles sont bloquées ? La fnsea avait annoncé haut et fort qu'elle allait tout bloquer, elle a changé d'avis ?
Répondre
MARIUS
Il y a 26 jours
Courage la fnsea (la cgt agricole) va nous sauver avec ses revendications et propositions inexistantes. Si casser.
Répondre
titian
Il y a 26 jours
Certainement pas on va en faire du miel.
Répondre
beaux parleurs
Il y a 27 jours
Alors, je croyais que vous alliez bloquer les boues des stations d'épuration ?
Répondre
erick28
Il y a 27 jours
si' il veux me conquérir , une seul solution ; j'accepte sa démission de son poste président de la république , ainsi que toute sa bande de bras casser de député de la REM .
Répondre
vik
Il y a 27 jours
Et je veux embaucher un salarié a mi-temps( Msa ne répond pas) renseignement pour le cout d'un salarié ,et ce matin en regardant les mémos de terre-net il y a encore des sanctions émis par le ministère du travail public le CSE qui est un délit Pouvez vous me dire ça veux dire quoi ? ça donne pas envie d'embauché on connait pas toutes les lois franchement du coup ça fait peur
Répondre
ptiloui
Il y a 28 jours
Ah oui on peut lui rappeler que les retraites agricoles devaient passer à 85 % du SMIC (carrière complète...). Devaient parce qu'après que la proposition de loi ait été votée à l'unanimité de l'assemblée, il ne restait plus que le vote du sénat qui s'annonçait formalité. Sauf... Que le gouvernement a annulé le vote le matin même... Merci Macron et tes sbires. Maintenant il nous sort qu'on va y gagner avec sa "réforme" des retraites... Ben voyons. Déjà pour y comprendre quelque chose il faut s'accrocher. Mais une chose est certaine, c'est que si Black rock est aussi satisfait, c'est que ça s'annonce vraiment mal pour nous.
Répondre
Chrislait
Il y a 28 jours
Et le dernier méfaits on en parle ? :L'Assemblée nationale a adopté, mardi 17 décembre, plusieurs modifications à l'article 16 du projet de loi de finances pour 2020 (PLF 2020), qui prévoit la suppression progressive de l'avantage fiscal dont bénéficie le gazole non routier.
Répondre