Lu sur les réseaux« Éleveurs, combien payez-vous vos salariés agricoles ? »

| par | Terre-net Média

Trouver un salarié : un véritable casse-tête pour de nombreux éleveurs. Deuxième problématique : à quel prix ? Sur les réseaux sociaux, dans les groupes d'éleveurs, la main d'œuvre est un sujet qui revient souvent. Les instituts techniques s'y penchent également. Faut-il embaucher ? Si oui, quelle sera la rémunération du salarié ? Comment le fidéliser ? Sur ces questions, chacun a sa petite idée...

Combien coûte un salarié ? Quelle rémunération ? Quels horaires ? Dois-je lui attribuer des primes ? Autant de questions que se posent de plus en plus d'éleveurs.Combien coûte un salarié ? Quelle rémunération ? Quels horaires ? Dois-je lui attribuer des primes ? Autant de questions que se posent de plus en plus d'éleveurs. (©Terre-net-média) Lorsque la capacité financière de l'exploitation le permet, certains éleveurs se tournent vers l'embauche d'un salarié agricole. Sur La page Facebook des producteurs de lait, une éleveuse lance le débat : « Chers collègues laitiers, quel salaire en 35 h ou 39 h pour un salarié agricole polyvalent ? » Les réponses sont nombreuses :

- Plusieurs salariés témoignent : « Je suis payé 1 200 € net/mois pour 35h. », « Je fais 39 h et un week-end sur deux pour 1 500 € net/mois. », ou encore « Je suis en CDI à 39 h et un week-end sur trois avec le lundi en repos quand je suis de week-end et je touche entre 1 400 et 1 500 €/mois. Quand je fais trop d'heures, je les récupères lorsqu'il ne fait pas beau. »

- Les éleveurs qui prennent part à la conversation ont quant à eux plusieurs stratégies : « J'embauche un salarié en 35 h + 1 week-end sur 3 pour 1 350 € net/mois. », « L'idéal est d'annualiser les heures. » D'autres sont plus mitigés sur la question : « J'ai un ouvrier qui gagne environ plus de 400 € de plus que moi. », « Je me vois mal donner 1 500 € à un salarié alors que je ne gagne que 800 €/mois. »

Des éleveurs hésitent quant à eux entre l'embauche d'un salarié et l'installation d'un robot de traite. Découvrez >> Salarié, associé ou robot de traite ? Le bon choix sera le vôtre !

Un salaire et des charges supplémentaires

Le Cniel et l'Idele ont édité 15 fiches sur le salariat et l'association pour aider les éleveurs laitiers à mieux gérer les ressources humaines. L'une d'entre elles est consacrée au coût d'un salarié. Ils expliquent que le coût total employeur comprend le salaire net + les cotisations salariales (ce qui forme le salaire brut) + les cotisations patronales. Ces dernières s'élèvent en moyenne à 43,5 % du salaire brut, ce qui n'est pas à prendre à la légère.

Coût d'un salariéCoût d'un salarié (©Cniel) Cette fiche rappelle cependant qu'un « salarié est souvent uniquement perçu comme une charge. Il doit pourtant aussi être analysé au travers de ce qu’il apporte sur l’exploitation (développement d’un atelier, compétences, diminution de la surcharge de travail…). »

Pour motiver et fidéliser les salariés, certains employeurs versent des primes selon les résultats de l'élevage. Sur Facebook, un employé témoigne : « Je perçois une prime par vache vue en chaleur et positive à l'échographie. Ça me motive à faire bien attention et à surveiller tout le monde. » Du côté des patrons, un éleveur rencontré dans le cadre d'un reportage se disait contre ces primes : « Je ne suis pas du genre à attribuer une prime à la qualité du lait. En effet, dans ces cas-là, le salarié va se focaliser dessus et si par malchance on a un problème de qualité un jour, il sera pénalisé, laissera complètement tomber et sera démotivé. Je préfère ouvrir un plan d'épargne entreprise auquel je contribue pour mes salariés. »

Si le besoin de main d'œuvre reste occasionnel, l'éleveur peut aussi faire appel au service de remplacement. Les tarifs dépendant des secteurs, mieux vaut se rapprocher de sa structure locale et demander un devis.
Retrouvez tous les articles sur le salariat grâce au tag Salariés agricoles

Découvrez aussi le témoignage d'une salariée agricole posté sur Facebook en novembre dernier :


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 12 RÉACTIONS


Capitaine
Il y a 91 jours
Moi je remarque que les agris sont totalement anéantis et que la plupart des enveloppes pour voter sont parties en fumée par la cheminée ! Tout le monde dit que rien ne va, mais personne ne s’exprime c un paradoxe.
Répondre
Marius
Il y a 91 jours
Les producteurs laitiers normands ont préféré la production à outrance plutôt que la qualité. Voir les régions laitières en AOP (comté st nectaire beaufort etc..) Les producteurs ne se plaignent pas et pas d'érosion d' exploitants lait payé 500 euros avec ristoune 2 à 3 centimes.Avec une alimentation saine pas de gavage maïs soja concentrés. Troupeaux très sains. Les producteurs laitiers normands possédaient un environnement favorable à ce classement (bocages race fromages). Ils ont choisi de se lier avec le diable (industriels) qui promettaient qu'en augmentant les cheptels, ils gagneraient plus. maintenant ils vivent le revers de la "médaille". Il est peut-être encore temps de changer. Il faut se prendre en main et ne pas tout attendre (délimitation des zones cahier des charges (nourriture race etc. ) laiteries artisanales ou particulières). Je pense que les producteurs du comté seraient heureux de les conseiller.
Répondre
tintin
Il y a 91 jours
capitaine tu prêche un convaincue qui a déjà fait son devoir a réception des bulletins de vote.
mais tu vois bien qu il y a des forces énormes(financement de la region ...etc)pour que rien ne change.l agriculture coule tel le titanic mais la fnsea garde le même cap et se fiche des dégâts
collatéraux. et tout le para agricole rame dans le même sans ;les administrateurs de nos grandes coops qui sont fnsea valides l idée que, le prix du lait doit rester bas pour pouvoir faire du développement....la région prend position en les finançant pour que rien ne change.
merde la region NORMANDIE a perdu 20 000 agriculteurs en 4 ans.!!!qui en parle?
Donc oui il faut aller voter et je ne comprend pas qu il ni a que 40% de votant mais cela suffira t il?


Répondre
Marius
Il y a 91 jours
Voilà un exemple de copinage entre élus et fnsea.
Répondre
Capitaine
Il y a 92 jours
Comment changer les choses??? En rentrant une bonne fois pour toute dans le lard de la f’sea! Et c’est l’occavion: les urnes! Notre prix du litre est indexé sur les stocks de poudre: vous me direz « y en a plus que 22000t sur les 377000t de 2016 . Mais il s’agit des stocks publics hors les privés en Ont fabriqué et on ne sait pas combien . Sachant que Lactalis a reçu une aide européenne pour stocker la nouvelle fabriquée en 2018 . La première enveloppe la plus élevée de France sous forme prime Pac masquée : 21 millions d’euros ! Oui Monsieur. Et Fnsea Copa Cogeca ils ne savaient pas??? A ben c ballo! Vous dites pas que c paysan de la conf’ qui vous l’as dit parce sinon ils vont nous disputer les vilains !Et avec ça on peut pas développer l’emploi dans nos fermes, Ben c normal. Alors on passe un coup de fil à Hervé Morin et soudain la frsea Normandie décroche 467000€ et on lance un plan d’attaque pour l’emploi au passage on arrose les J’A :29000€ pourquoi on sait pas mais c comme ça et ça se renouvellera 3 années de suite. Si c pas merveilleux ! Signé La Conf’.
Répondre
tintin
Il y a 93 jours
completement d accord avec l analyse de Jonathan.je vais même plus loin en disant que quand tu tourne a 70 ou 100 semaines pour ne rien gagner tu préfère te suicider...L accumulation de fatigue et le manque de perspectives poussent un certains nombres d agriculteurs a aller jusque a l irrémédiable.
hier encore sur mon canton une agricultrice ...la 10 eme en 10 ans dans la plus grande indifférence de nos pouvoirs publiques et du monde qui nous entoure voir meme il faut le dire d un certain nombres d agriculteurs qui y voies des "opportunités".Le problème est de s avoir comment changer les choses?
CELA NE VIENDRA NI DU PARA AGRI NI DES INDUSTRIELS NI DE LA FNSEA...
LA RÉPONSE EST SUREMENT INDIVIDUEL OU EN PETIT GROUPE ET C EST OBLIGATOIREMENT VERS L AUTONOMIE :MOINS DÉPENDRE DES AUTRES!
Répondre
Jonathan
Il y a 93 jours
Pour Louis. Une semaine de travail c'est entre 70 et 100heures et 365j/365. donc il y a un besoin de mains d'oeuvres. Sauf que nous on ne gagne rien nos charges sont plus importantes que nos produits....on Vends en dessous de nos coûts de production !!! On vit avec des découverts énorme parfois. -100000€ des dettes fournisseurs qui augmentes. ON NA PAS LE DROIT DE FACTURER CE QUE L'ON PRODUITS, C'EST L'ACHETEUR QUI FAIT LE PRIX !!!!. alors si tu veux physiquement il y a besoin de main d'oeuvre mais économiquement non..... voilà tout le problème.
Répondre
LOUIS
Il y a 94 jours
Si vous ne gagnez que 800 euros je ne comprend pas que vous avez besoin d'un salarié
Répondre
tintin
Il y a 95 jours
les salaries ne sont pas responsables du revenu des agriculteurs on ne peut pas tout mélanger.
ce qui coûte cher se sont les charges sociales!! l etat touche 40 % du coût global entre les charges du patron et ce qu il prend aux salaries.
Répondre
Jonathan
Il y a 95 jours
Bien d'accord avec toi
Répondre