Elections Msa de janvier 2010Le rôle méconnu des élus

| par Frédéric Hénin | Terre-net média

Le numéro de novembre 2008 du bulletin interne de la mutualité sociale agricole consacre un dossier au rôle des représentants des trois collèges d'électeurs. Leur mandat de cinq ans sera remis en jeu en janvier prochain.

Président de la Msa de l’Hérault, Jack Gauffre s’exprimait ainsi en 2008 « sur le rôle des élus Msa dans un environnement changeant ».

« Notre régime amorce un grand virage. Nos deux particularités essentielles, ce sont le guichet unique et la représentation par les élus des dossiers de l’action sociale et du suivi vers les assurés. C’est grâce à cela que la Msa continue d’exister. Les élus doivent donc s’impliquer, le réseau être actif, incontournable sur le territoire. La fusion des caisses (aujourd’hui achevée) va aider au fonctionnement technique, par des gains de productivité. Mais ce gain, il faut le réinvestir dans un suivi sur le terrain, par la proximité et l’aide aux adhérents. Il ne faut pas qu’il y ait un éloignement, d’où l’importance des comités départementaux. Selon moi, il faut que ces derniers aient une représentativité territoriale. »

Dans ce même numéro du Bimsa Marie-Luce Gazé Desjardins écrivait que c’est sur les réseaux (de représentants) que s’appuie la Msa, à la différence des autres grands régimes de protection sociale.

«Avec les suppléants et les autres personnes associées aux échelons locaux, c’est en moyenne un représentant de la Msa par commune, une dizaine par canton. À partir de 2010, chaque caisse aura à faire vivre et à mobiliser un réseau de 700 délégués en moyenne sur un territoire qui couvrira de un  à quatre départements

«Si leur rôle n’est plus le même qu’hier, ils continuent à donner un visage humain à la Msa. D’un coté, ils exercent une fonction de veille et d’alerte vis-à-vis de la Msa, et la connaissant, ils ont une fonction de "facilitateur" pouvant orienter les ressortissants. Mais comme l’a montrée une enquête menée début 2008 – à laquelle ont participé 2.500 élus de 42 caisses (il n’y en a plus que 35 aujourd’hui) –, ils ne sont pas aussi souvent interpellés qu’on pourrait le penser parce qu’ils ne sont pas toujours connus et que leur rôle est parfois mal identifié

«Relais de la Msa et de la politique du conseil d’administration, soutiens et promoteurs des actions et des projets institutionnels… les élus cantonaux sont aussi et surtout les représentants de la Msa sur leur territoire

A propos du rôle du millier d’administrateurs qui seront élus par les représentants (contre 2.500 sortants actuellement), leurs « fonctions auront évolué pour plusieurs raisons, les unes liées aux politiques publiques concernant la protection sociale et les autres tenant à la Msa elle-même. Les questions de restructuration seront derrière lui et il devra s’investir essentiellement sur la protection sociale, les services à rendre aux adhérents, l’action sanitaire et sociale et l’animation des territoires, tout cela dans le cadre d’une nouvelle stratégie et d’une nouvelle convention d’objectifs et de gestion avec éventuellement des modalités de financement différentes ».

« Des changements sont donc attendus, d’autant plus qu’avec 35 caisses, outre la Caisse centrale, le réseau politique sera constitué d’un conseil central composé de 29 administrateurs centraux, 35 présidents et 35 premiers vice-présidents de caisses.» Et nombreux d’entre eux auront plusieurs casquettes !


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article