Dossier Retour au dossier Pâturage

[Climalait ] DoubsDavantage de stocks fourragers pour s'adapter au changement climatique

| par Émilie Durand | Terre-net Média

Climalait, un programme visant à évaluer l'impact du changement climatique sur les systèmes d'élevages laitiers, montre que l'utilisation de la luzerne et l'augmentation des stocks fourragers est une bonne piste d'adaptation dans le Doubs.

Vaches montbéliardesPour faire face à l’évolution du système, les éleveurs ont réfléchi à plusieurs possibilités en fonction des situations de chacun dans le cadre du programme Climalait. (©Terre-net Média) « La luzerne semble être une ressource fourragère d’avenir pour la région, avec des rendements cumulés en constante hausse et des possibilités de coupes plus fréquentes donc plus nombreuses », peut-on lire dans les résultats de Climalait(1) concernant la région du Doubs. Comme dans d’autres régions, les simulations liées au changement climatique montrent une augmentation de la productivité des prairies, accompagnée d’une évolution de la répartition de l’herbe disponible au cours de l’année, mais un creux de production en été.

Le modèle étudié était une ferme disposant de 105 ha de prairies, dont 40 ha sur sol superficiel utilisés pour du pâturage et 65 ha destinés aux récoltes de foin. Le troupeau était constitué de 54 vaches montbéliardes à 6 000 kg de lait produits, avec un taux de renouvellement de 30 % et des vêlages étalés à 36 mois. La ration des vaches laitières est constituée exclusivement de foin en hiver, et d’herbe pâturée et de foin du printemps au début de l’automne. Les génisses, elles, sont nourries de foin en hiver et d’herbe pâturée en été.

Pour faire face à l’évolution du système (sécheresse en été, pluviométrie importante au printemps, etc), les éleveurs ont réfléchi à plusieurs possibilités en fonction des situations de chacun : anticiper les réformes, sans engraissement préalable, réduire les besoins alimentaires, et donc la production laitière, diminuer les effectifs de génisses. Mais la première piste évoquée a été celle de constituer des stocks plus conséquents.

La possibilité de cultiver des céréales a été envisagée, pour gagner en autonomie. « Cependant, les grandes cultures sont très peu présentes dans la zone, leur introduction dans les systèmes mobiliserait des compétences techniques que les éleveurs n’ont pas forcément », souligne l’étude Climalait. La culture du maïs pour affourager en vert est rejetée en bloc par les éleveurs, n’y voyant pas d’avantage convaincant par rapport au foin. La luzerne est un bon levier mais cette culture « est (pour l’instant) peu développée et peu maîtrisée dans la région », selon l’étude.

« En système AOP, le changement climatique a encore plus d'impact »

Lionel Malfroy (©Lionel Malfroy)

« Les scénarios évoqués étaient très intéressants, précise Lionel Malfroy du Gaec de la chapelle dans le Doubs. Au début, nous avions trouvés qu’ils étaient un peu extrêmes mais l’été que nous venons de vivre a confirmé leurs pertinences. En système AOP, le changement climatique a encore plus d’impact. Nous avons passé le cap de cet été car nous avons mis en place des prairies temporaires avec des légumineuses. Et cela nous a permis d'avoir des stocks de fourrage cet hiver. Cela faisait partie des leviers que nous avions trouvés, tout comme le fait de baisser le chargement ou de valoriser l’herbe au maximum au printemps et à l’automne. Apporter de l’azote dès 200 °C de somme de température pour assurer la première coupe plutôt que de le réserver à la deuxième coupe est aussi une solution stratégique. Certains cette année n’ont pas pu faire de deuxième coupe ! Climalait m’a aidé à changer mon système de production. C’est un bel outil de réflexion et de remise en cause surtout que les systèmes étudiés sont très proches des nôtres. »

N.B : (1) Climalait est un programme de recherche initié par le Cniel et mené par le Cniel, Arvalis, l'Idele, le réseau des chambres d'agricultures, Météo France, l'Inra et le BTPL.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


Patrice Brachet
Il y a 94 jours
Plus de stock égal moins d achat à l extérieur C’est du bon sens ....comme l invention du fil à couper le beurre !On a oublié une grande inconnue la portance des sols car les abats d eau seront très fréquents en période printemps hiver ( données spécialistes météo de ma région) et là c est pas le tout d avoir de l herbe il faut pouvoir la récolter
Répondre