Paroles de Jeunes - Gabriel, 21 ans#DevenirAgriculteur, « pour produire 1 kg de fumier, on remplit 10 kg de papier»

| par Fanny Collard, Fabien Renou | Terre-net Média

Gabriel Simon, 21 ans, souhaite s'installer en élevage avicole près du restaurant de ses parents, en Touraine. Convaincu par la vente directe, il pense que revenir à une agriculture familiale respectueuse de la nature est la clé pour s'en sortir.

Gabriel Simon Gabriel Simon témoigne pour Paroles de Jeunes. (©Terre-net Média)

G abriel Simon, 21 ans, belge d'origine, est arrivé en France en 2012. Passionné d' élevage avicole et convaincu par la vente directe , ce globe-trotteur a fait ses armes dans plusieurs élevages français entre le Gers, la Touraine et la Vendée en bovins viande, porcs, volailles, canards et lapins. Et Gabriel n'a pas fini son tour de France puisqu'en septembre prochain, il compte partir dans un élevage de Bresse pour « voir la seule AOC en volaille de France », dit-il.

A terme, son projet est de revenir en Indre-et-Loire, à côté du restaurant que gèrent ses parents à Ingrandes-de-Touraine. Il compte s'installer en volailles plein air, canards gras, lapins fermiers et porcs plein air, avoir un abattoir et un atelier de transformation à la ferme et faire uniquement de la vente directe. « Mes parents utilisent principalement des produits locaux . Ils ont un potager et un élevage de volailles dans les vignes . Je produirai la viande pour le restaurant et le magasin sera situé juste à coté », explique-t-il. Il raconte par ailleurs l'expérience des ses parents sur son blog " Des poules et des vignes à Bourgueil. "

« Revenons à une agriculture familiale »

Malgré la crise, Gabriel est sûr de la direction qu'il prend. « J'ai toujours travaillé sur des exploitations où la vente directe était pratiquée et croyez-moi, ce ne sont pas ces agriculteurs qui ont manifesté en septembre 2015. Il faut encourager l'installation des jeunes qui veulent faire de la vente directe sur un projet viable et transmissible . »

« Aujourd'hui, les agriculteurs sont trop aidés et pas assez payés par rapport au prix de revient de leur production. Combien de fermes survivent grâce au DPB ? Nous sommes dans une société capitaliste avec la notion de produire plus, avec plus . Les produit agricoles sont vendus à perte aux coopératives : jamais une entreprise industrielle ne vendrait un produit à perte. Revenons vers une agriculture plus familiale , plus respectueuse de la nature avec moins de normes . Un jour, un agriculteur tourangeau m'a dit lors d'une visite de sa ferme : "aujourd'hui, en France, lorsque l'on produit 1 kg de fumier, on remplit 10 kg de papiers !" »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


THIERRY VOISENET
Il y a 1114 jours
Gabriel tu à raison je pense, l'agriculture industrielle faite par le système coopératif et professionnel agricole nous emmène dans le mur.
Répondre
Pierre
Il y a 1120 jours
Lu sur Facebook sur le compte du papa de Gabriel :
Tu te lèves tot le matin pour travailler jusqu'au soir , et tu lis vite fait un témoignage de ton fils de 21 ans , témoignage d'un futur entrepreneur ...
‪#‎PAPAESTCONTENT‬
cf. https://www.facebook.com/vincent.cuisinierdecampagne/posts/1232780476756003
Répondre