Hautes-AlpesDes éleveurs déposent des brebis tuées par le loup devant la préfecture

| AFP

Des éleveurs des Hautes-Alpes ont déposé mercredi une dizaine de brebis tuées par le loup la nuit précédente devant la préfecture à Gap pour « montrer à l'État la réalité de la prédation », a-t-on appris auprès des Jeunes agriculteurs (JA).

« C'était vraiment une opération coup de poing, menée par la FDSEA et les JA, nous étions une quinzaine », a affirmé à l'AFP Édouard Pierre, secrétaire général des JA du 05, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

Selon Édouard Pierre, « il y a eu une énième attaque de loup à Ancelle : un éleveur était inquiet hier soir, il était passé à son parc qui est électrifié dans la soirée puis dans la nuit et au matin, il a découvert le triste spectacle ». Neuf brebis étaient mortes et sept blessées. Toutes les bêtes tuées ainsi que deux agonisantes ont été déposées devant la préfecture.

« C'est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, c'est le ras le bol des éleveurs, on veut montrer la réalité de la prédation à l'État, on voulait faire prendre conscience à la préfète de la réalité du terrain », a ajouté Édouard Pierre, lui-même éleveur dans cette commune de 900 habitants à 18 km de Gap.

En déplacement, la préfète, Cécile Bigot-Dekeyzer, a proposé de les rencontrer en fin de journée, « mais si c'est pour entendre qu'ils ne peuvent rien faire, qu'ils sont désolés et que le loup est protégé, on est mieux à faire notre travail chez nous, on est repartis en laissant les brebis », a ajouté Édouard Pierre.

Dans un communiqué, Mme Bigo-Dekeyser a annoncé « la venue de la Brigade Loup, qu'elle avait sollicitée, durant toute la semaine prochaine dans le département ». Par ailleurs, le groupe national loup se réunira le 27 novembre.

D'après les éleveurs, le plafond de cent loups qui peuvent être tirés est « presque atteint », donc « les louvetiers n'interviennent plus » mais « si on veut faire baisser la prédation sur un territoire comme le nôtre avec des meutes constituées, la seule manière va être d'en abattre ».

Le syndicaliste avance le chiffre d'une « vingtaine d'attaques depuis mai rien que sur Ancelle avec près d'une centaines de bêtes tuées » et « 1 500 brebis tuées dans les Hautes-Alpes, soit 20 % de plus que l'an passé à la même date ».


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags :


A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article