En IsèreDes dizaines de chevaux, cochons, moutons maltraités ont été saisis

| Afp

Lyon, 27 oct 2014 (AFP) - Des cochons se nourrissant des cadavres de leurs congénères, des moutons et des chevaux faméliques : c'est ce qu'ont découvert gendarmes, services vétérinaires et associations, intervenus lundi dans l'Isère pour saisir des bêtes maltraitées.

Le propriétaire, un ancien agriculteur de 75 ans, avait pratiquement abandonné les animaux. « Une plainte a été déposée pour mauvais traitements et actes de cruauté, a déclaré Anne-Claire Chauvancy, de la Fondation assistance aux animaux. Chez les cochons, c'était vraiment irrespirable, il y avait des cadavres », décrit-elle.

Le 20 octobre, les services vétérinaires de la Direction départementale de protection des populations (Ddpp) étaient déjà intervenus après une dénonciation de riverains et avaient pu constater l'état de plus de 80 bêtes. Un âne, six chevaux, quatre chiens et une dizaine de moutons parmi les plus mal en point avaient déjà été saisis. Cette fois, l'ensemble des animaux ont été remis aux associations.

Après la fange, les moutons goûteront à la vie de château dans le parc de Versailles, où est basée la Fondation assistance aux animaux. Les chevaux seront quant à eux répartis entre différents refuges du Centre d'hébergement pour équidés maltraités et la Fondation 30 millions d'amis. Mais « trouver des places est extrêmement difficile », s'inquiète Mme Chauvancy, qui lance un appel à tous ceux qui auraient les structures pour en accueillir. Les cochons sont pris en charge par l'Oeuvre d'assistance aux bêtes d'abattoirs. Les gendarmes de Chalon étaient présents : « en appui, pour sécuriser, car c'est un individu (le propriétaire, ndlr) qui pourrait réagir violemment », a indiqué la compagnie de Grenoble. Les bêtes, consignées par la justice, restent pour l'instant propriété de l'agriculteur dans l'attente d'un jugement, d'après la responsable de la Fondation. 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article