Bien-être animalDes centaines de manifestants réclament la fermeture des abattoirs

| AFP

Des centaines de défenseurs des animaux et de militants végans ont défilé samedi dans les rues de Paris, formant une nuée rouge pour réclamer, à l'appel de l'association anti-viande L214, la fermeture de tous les abattoirs.

Les manifestants - au nombre de 3 500 selon les organisateurs -, portant des T-shirts rouges et brandissant des drapeaux de la même « couleur viande » et des pancartes avec des photos d'animaux enfermés ou dépecés, sont partis de la place de la République scandant, au rythme de tambours, « stop au cauchemar, fermons les abattoirs » derrière une large banderole portée en tête de cortège. « C'est une manifestation revendicative pour attirer l'attention sur le sort réservé aux plus de trois millions d'animaux tués par jour dans les abattoirs en France et les dizaines de millions de poissons qu'on met à mort », a déclaré à l'AFP, Brigitte Gothière, une des fondatrices de l'association L214.

L'examen de la loi agriculture et alimentation fin mai a été une « grosse déception », selon elle. Les politiques « n'ont pas avancé d'un pouce en disant qu'ils font confiance aux filières. Les filières ce sont les filières d'élevage intensif qui les mènent et qui ont tout intérêt à faire consommer un maximum et à continuer à entasser les animaux », a-t-elle ajouté.

La styliste et créatrice de parfums Lolita Lempicka, membre de l'association, a défilé aux côtés des manifestants pour cette septième marche depuis 2012. Des actions similaires ont été ou seront organisées cette année dans 35 villes de 16 pays dans le monde, selon l'association opposée à la consommation de tous les types de chair animale. L'association L214, fondée en 2008, met régulièrement en ligne des images choc tournées en cachette dans des élevages ou abattoirs, et organise des campagnes contre l'exploitation animale.

En mai, une vidéo montrant des poules pondeuses côtoyant des cadavres fossilisés de volatiles dans un élevage des Côtes-d'Armor avait été diffusée juste avant l'examen parlementaire du projet de loi agriculture et alimentation. Le nom de cette organisation fait référence à l'article L214 du code rural qui stipule que « tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce ».


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article