Fin des quotas laitiers en 2015Le Copa-Cogeca propose de restituer à la filière les pénalités pour dépassement

| par | Terre-net Média

Selon la représentation européenne des syndicats agricoles à Bruxelles, les éleveurs doivent pourvoir profiter des opportunités de production de lait à l'export en produisant plus sans craindre d'être pénalisés pour dépassement de quota. Voici son communiqué.

« Le Copa-Cogeca a envoyé une lettre au Commissaire Ciolos et aux États membres pour appeler la Commission à agir dans le but de réduire la pression sur les producteurs laitiers durant la dernière année contingentaire et leur permettre de saisir les opportunités de marché croissantes. Les fonds du super-prélèvement doivent également être maintenus dans le secteur afin d'aider à son développement.

En outre, nous devons aborder la manière de faire face à la hausse potentielle de la volatilité des prix lors de l'expiration du système de quotas en 2015. Ce courrier a été rédigé en vue de la publication du prochain rapport de la Commission en juin.

Mansel Raymond, président du groupe de travail "Lait et produits laitiers" du Copa-Cogeca, a indiqué : "La demande de produits laitiers est en hausse, notamment dans les pays en développement et les économies émergentes comme la Chine et l'Inde, où l'Ocde-Fao prévoit une augmentation de la consommation de produits laitiers d'environ 30 % d'ici 2021".

"Les producteurs laitiers doivent être mieux placés pour exploiter ces opportunités et avoir confiance en l'avenir avec la perspective d'un secteur laitier rentable. Ils essayent de répondre à cette demande mondiale accrue mais sont pénalisés. Les exploitations laitières commencent tout juste à reconstituer leur trésorerie suite à la dernière forte baisse des prix", a-t-il ajouté.

Le Copa-Cogeca appelle donc à faire en sorte que le super-prélèvement pour 2014/2015 revienne au secteur. Ces fonds doivent rester dans le secteur laitier. Le calcul adapté du correctif matière grasse sur la base du rapport de juin serait également une manière de réduire la pression. En outre, la volatilité des prix pourrait encore augmenter à l'avenir et nous devons débattre des options pour y faire face en s'orientant vers le marché. Ces éléments figuraient dans la prise de position sur les évolutions dans le secteur laitier approuvée cette semaine par le Copa-Cogeca. »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article