Solutions agricoles au climatCniel : « le projet Carbon dairy est la solution pour les élevages laitiers »

| par | Terre-net Média

Le projet Life carbon dairy et « ferme laitière bas carbone » est ardemment défendu par l'interprofession laitière : non seulement ce programme volontaire permettrait de réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre des élevages laitiers d'ici 2025, mais les actions menées dans les exploitations permettraient, en moyenne, de réduire sensiblement les charges des exploitations.

[Vidéo Cniel] : Présentation de la ferme laitière bas carbone

A quelques heures du début de la Conférence mondiale sur le climat, qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre au Bourget, le Cniel fait la promotion du projet « Life carbon dairy », appelé aussi « ferme laitière bas carbone » initié par l’Institut de l’élevage pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des élevages laitiers de 20 % d’ici 2025. Basé sur le volontariat des éleveurs, l’intérêt de ce programme n’est pas seulement environnemental, mais aussi économique.

« Sur 1 700 fermes déjà auditées dans le grand Ouest, nous constatons que les 171 exploitations les plus faiblement émettrices de Ges enregistrent en 2015 des charges inférieures de 14 €/1 000 l par rapport aux autres. Il y a donc un lien fort entre environnement et économie », a expliqué Marie-Thérèse Bonneau, membre du conseil d’administration du Cniel.

Dans les exploitations, le projet consiste en un audit gratuit d’une demi-journée, réalisé avec l’outil de diagnostic Cap’2ER, actuellement en cours de certification auprès d’Ecocert. Cette certification permettra de garantir les évaluations d’émissions de CO2.

L’outil prend en compte le maximum de données pour évaluer les émissions « jusqu’au portail de la ferme », explique pour sa part Jean-Baptiste Dollé, chef du service environnement à l'Institut de l'élevage. L’évaluation multicritère tient ainsi compte de la qualité de l’air, du niveau d’eutrophisation, mais aussi des performances économiques de la ferme et des conditions de travail des éleveurs.

A la fin du diagnostic, l’éleveur sait sur quels leviers il peut agir pour réduire l’empreinte carbone de son atelier laitier et, éventuellement, réduire son niveau de charges. Les actions pouvant être menées, selon les situations, sont nombreuses : optimisation des rations, meilleure gestion des prairies, réduction de sa consommation d’énergie, etc.

Après un lancement dans six régions (Bretagne, Basse-Normandie, Pays-de-la-Loire, Nord-Pas-de-Calais, Lorraine et Rhône-Alpes), en partenariat notamment avec les Chambres d’agriculture et France conseil élevage, le Cniel et l’Institut de l’élevage veulent maintenant déployer le dispositif à toute la France. « 4 000 exploitations ont été auditées. L’objectif est d’inciter le maximum d’éleveurs à réaliser le diagnostif et, le cas échéant, mettre en œuvre des actions. »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article