ConsommationBiocoop mise sur son « ADN » pour mailler le territoire

| AFP

Alors que sa croissance ralentit depuis deux ans, Biocoop, première enseigne spécialisée dans la production et la vente de produits bio en France, développe le « zéro déchet » et mise sur son « ADN », l'économie sociale et solidaire, pour « mailler le territoire »

En 2018, la coopérative, née en 1986, a réalisé un chiffre d'affaires de 1,2 milliard d'euros, en hausse de 11 %, contre + 13,5 % l'année d'avant et + 25 % en 2016, a annoncé lors d'une conférence de presse son directeur général, Orion Porta. Concurrencée par les rayons bio des grandes surfaces, l'activité affiche une croissance « conforme à nos objectifs » de + 4 % à parc comparable, a-t-il affirmé. Elle s'est « nettement accélérée depuis le mois de novembre », probablement liée à sa première campagne publicitaire télévisée.

L'enseigne, qui compte 560 magasins dont 74 ont ouvert l'an dernier, fait travailler 3 200 fermes et emploie 6 200 salariés, veut « capitaliser sur (son) ADN, le 100 % bio, de saison, zéro OGM et le commerce équitable » (21,4 % de l'offre), a expliqué son nouveau président, Pierrick De Ronne, 37 ans. Celui-ci remplace Claude Gruffat, resté 15 ans à la tête du réseau, et désormais candidat aux élections européennes sur la liste d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV).

Biocoop développe depuis 2018 de nouveaux canaux de distribution pour « mailler le territoire ». « Nous sommes souvent numéro 1 dans des villes de taille moyenne, et numéro 2 ou 3 dans des grandes villes où la cherté du foncier favorise les chaînes intégrées » dont les magasins les plus rentables soutiennent ceux qui le sont moins, « alors que nous n'avons que des indépendants », a expliqué Gilles Baucher, directeur du réseau.

Parmi ces nouveaux canaux : un service « click and collect » (la livraison en magasin d'achats effectués sur internet) pour lequel Biocoop ne dispose pas encore des structures nécessaires, a ajouté Thomas Dromer, responsable de la cellule innovation.

En développement aussi : le magasin « mono-métier » de type artisanal, avec l'ouverture d'une toute première boucherie à Angers, prévue en mai. Les quelque 130 boucheries des magasins ont vocation à devenir autonomes.

Autre axe « encore très expérimental », six « mini espaces de vente » baptisés « corners » ont ouvert dans des lieux très divers (cinéma art et essai, ferme, restaurant bio) et huit autres sont en projet, ainsi que deux points de ventes « satellites » aux magasins existants dans des zones rurales.

Pionnier du vrac (40 % de l'offre aujourd'hui), Biocoop ouvrira à Paris en mai, « Anti déchet Nation » près de la place homonyme dans le XIIe arrondissement, son premier magasin « zéro déchet » qui regroupera toutes les solutions - vrac, contenants consignés, emballages recyclables - afin que tous les établissements puissent « s'en inspirer ».


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article