Salariés en élevageBien les accueillir, c'est partir du bon pied !

| par | Terre-net Média

Lors d'une rencontre personnelle comme professionnelle, la première impression n'est-elle pas souvent déterminante ? Alors mieux vaut que celle-ci soit bonne pour les nouveaux salariés arrivant dans un élevage tant les éleveurs ont de mal actuellement à recruter de la main-d'oeuvre. C'est pourquoi l'Idele et le Cniel donnent quelques conseils pour leur réserver le meilleur accueil possible.

deux eleveurs se serrant la main dans une prairie Le premier contact, voire regard, est souvent déterminant pour la suite de la relation entre l'employeur et son employé. (©Production Perig, Fotolia) 

Beaucoup d'éleveurs le déplorent : il est aujourd'hui de plus en plus difficile de trouver un salarié agricole, qui plus est compétent et motivé. Lorsqu'on a réussi à en embaucher un, autant bien l'accueillir dès son premier jour sur l'exploitation, pour qu'il s'y sente tout de suite bien et puisse travailler le mieux possible. Ce premier contact est souvent déterminant pour la suite de la relation entre l'employeur et son employé alors mieux vaut partir sur de bonnes bases dès le départ. La collaboration aura ainsi davantage de chances de fonctionner et surtout de perdurer. 

Cet article fait partie d'une  série sur le travail en élevage.

Retrouvez la publication précédente :  Bien-être au travail − Comment être un éleveur/agriculteur heureux dans son métier ?

Et toutes les autres dans le sommaire en bas de page.

Pour aider les éleveurs, l'Institut de l'élevage Idele et le Cniel (Centre national interprofessionnel de l'économie laitière) leur proposent de préparer suffisamment en amont l'arrivée de leur salarié sur la ferme en se focalisant sur plusieurs moments-clés.

Avant le jour J, il faut réfléchir aux :

  • Lieu d'accueil
  • Documents à remettre
  • Informations à donner sur l'entreprise et sur ses propres missions
  • Tâches qu'il aura à réaliser dans les premiers jours et semaines 
  • Matériel dont il va se servir

Attention : ne pas oublier de dire aux autres personnes travaillant sur l'exploitation qu'un nouveau collègue arrive ! Par ailleurs, il est recommandé de donner au salarié qui arrive une fiche de poste, un livret d'accueil et une feuille avec les règles de fonctionnement de l'entreprise.

Dans le sondage réalisé il y a quelques semaines sur Web-agri, 13 % des éleveurs disent travailler avec un ou des salarié(s) contre 42 % avec un ou des associé(s), 36 % déclarant être seuls sur leur élevage  :

N.B. : Les résultats de ce sondage sont indicatifs (l’échantillon n’a pas été redressé).

Bien accompagner le nouveau salarié

Le jour J, il faut veiller à : 

  • Favoriser la convivialité
  • Expliquer le mode de conduite et les règles de fonctionnement de la ferme
  • Se présenter
  • Détailler la fiche de poste, les consignes, les procédures (en termes de sécurité, d'hygiène et d'organisation du travail notamment)
  • Faire visiter l'exploitation, les différents ateliers et leurs productions, en insistant sur les équipements que le salarié aura à utiliser et les tâches qu'il aura à effectuer
  • Faire rencontrer les collègues de travail

Attention : il faut être présent toute la journée aux côtés du nouveau salarié, en essayant de le mettre en confiance et en répondant à ses questions. Mieux vaut éviter en effet de le laisser seul ou de le confier à quelqu'un d'autre lui car il aurait l'impression que vous ne pouvez pas ou ne voulez pas lui consacrer de temps.

La première journée de travail, il faut l'accompagner en :

  • Lui expliquant précisément ce que vous attendez de lui, ces premières consignes étant essentielles pour une bonne compréhension des missions et de la façon de les exercer au mieux
  • Allant s'assurer plusieurs fois que tout va bien
  • Faisant avec lui un bilan de ce premier jour

Attention : bien lui permettre d'exprimer son ressenti et ses éventuelles interrogations.

Mettre en avant les progrès en recadrant si besoin

Zoom sur le passage des premières consignes :

→ Questionner d'abord le salarié sur ce qu'il sait faire

→ S'exprimer de façon précise et claire

→ Vérifier que le salarié a bien compris (Petite astuce : le faire répéter, poser des questions ouvertes)

→ Se mettre d'accord avec lui sur l'intérêt de chaque tâche, sa durée et la méthode pour la mener à bien

→ Évaluer les résultats obtenus de manière précise et simple en faisant ressortir les réussites et en cherchant comment améliorer les points qui ont posé problème. En particulier, vous pouvez l'aider à identifier les gains de temps possibles.

L'objectif : faire progresser le salarié rapidement pour qu'il devienne autonome.

Ensuite, l'accompagnement doit se poursuivre par :

  • Un suivi régulier (entretien à la fin de la première semaine, du premier mois...), en faisant attention de toujours remercier le salarié pour son travail et de mettre en avant ses progrès, tout en restant exigeant sur les objectifs et en le recadrant si besoin.
  • Une formation continue
  • L'identification des connaissances et savoir-faire à acquérir ou développer, et des difficultés rencontrées

Ainsi, l'accueil prend du temps, mais il en fait gagner bien davantage par la suite ! En facilitant l'intégration du nouveau salarié, celui-ci sera plus vite performant et commettra moins d'erreurs. Et c'est l'organisation du travail en général, ainsi que la gestion et la performance globales de l'exploitation, qui en bénéficieront. En outre, un salarié bien accueilli, intégré et épanoui dans son travail sera plus motivé par la suite. Et vous aurez davantage de chances de le garder plus longtemps. Un avantage dans un secteur qui peine à recruter !


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article